Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2002 1 08 /07 /juillet /2002 20:46

Petite musique de la lâcheté en acteur majeur


Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


« Nous le sommes tous », une pièce pour les gastronomes de la langue française et pour les gourmets de l’humour.

theatre2-reduit-copie-2.jpg

Il était une fois… Mais ce sont les adultes qui sont concernés cette « fois »-ci. Six petites fables de mythologie contemporaine vont donc nous être contées avec talent dans ce joli petit théâtre du Vieux-Balancier. Le sujet ? Le seul qui vaille : l’homme. Et toutes ses petites saloperies. En particulier la lâcheté. C’est vous dire si nous sommes visés. Et le tir est précis !

S’il faut absolument donner des références, il y a du Ionesco chez Olivier Chiachiarri. Il travaille la matière verbale au muscle. Au plus près du nerf. S’il le faut, il racle jusqu’à l’os, jusqu’à la moelle. Il pousse la logique interne des mots jusqu’au bout, là où la morphologie fait déraper la sémantique, là où le sens contrecarre le son, là où le signifié fait grincer la prosodie. Là où la lâcheté devient, par de furtifs glissements progressifs, « une mission », là où nos minables compromissions s’ennoblissent en « sens de la nuance »…

C’est d’une intelligence diabolique. Et nous le prenons en pleine poire ! Malgré le comique très aigu de ces fables, certains spectateurs ne rient donc pas. La vérité n’est pas toujours bonne à dire !

Tout ceci nous est lumineux parce qu’il y a une mise en scène (Bruno Dairou) et une direction d’acteurs (Laure Azouz) au rasoir. La scénographie est simplifiée et les changements se font à vue pour mieux nous impliquer. Pas d’échappatoire ! Trop facile  ! Et le rythme enlevé fait ressortir intelligemment l’humour des situations.

Mickaël Dufourneaud réussit, le bougre, à dompter sa gueule d’ange et son corps fougueux pour interpréter efficacement une tripotée de salauds.

Laure Azouz, belle comme le péché mortel, cruelle comme la tentation, joue sa partie – hélas beaucoup trop courte ! – avec une maîtrise, une finesse et un naturel confondants.

Didier Tournan, grandiose, subtilissime, passe d’une saynète à l’autre avec un art étincelant de la nuance.

Tous trois nous composent en direct une petite musique de la lâcheté en acteur majeur. Ils ont une gourmandise de jouer qui nous comble. 

Vincent Cambier


Nous le sommes tous, d’Olivier Chiacchiari

Mise en scène : Bruno Dairou et Laure Azouz

Avec : Mickaël Dufourneaud (Homme 1), Didier Tournan (Homme 2) et Laure Azouz (Femme)

Lumières : Marc Cixous

Musique originale : David Voulgaropoulos

Scénographie : Jean-Yves Dufourneaud

Le Vieux Balancier • 2, rue d’Amphoux • Avignon

À 18 heures (1 h 15)

04 90 82 41 91

Tarifs : 11 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher