Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2002 4 11 /07 /juillet /2002 19:22

Concertino en « mi » bémol pour âme d’enfant

Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


« Les Petites Insomnies de Filomène », une gâterie onirique au Big Bang.

theatre2-reduit-copie-2.jpg

La grâce de Félix et de Filomène opère une fois de plus (rappelez-vous Nez à nez). Tout de suite, nous sommes dans le cercle magique, dans le monde du merveilleux. Celui qui vous mitonne du rêve étoilé aux petits oignons, celui qui vous mâche l’âme.

Décor forain de bric et de broc (beau travail de Chantal Bosc), tombola, musique (entraînante et jolie comme tout), lumières (la croûte du mitron lumineux Denis Servant est chaude et craquante, moelleuse en dedans. On reconnaît sa patte)…

Félix, un clown impayable, qui réchauffe sa tendresse tous les jours, comme d’autres entretenaient le feu il y a longtemps. Filomène, un ange longiligne qui dort, comme la princesse.

Filomène, réveillée, va nous conter ses bouts de vie, ses bouts d’aventure, ses bouts de rêve. Au-delà des mots, au-delà du langage. Avec son corps, ses mimiques, la musique de sa bouche, sa fraîcheur de cœur… Au risque d’embarquer Félix sur une planète pas nette…

Jean-Luc Bosc et Marie-Émilie Nayrand composent pour nous un concertino en mi bémol pour âme d’enfant. Ce sont deux grands acteurs qu’il faut aller admirer d’urgence. En famille. Pour être heureux. Tout simplement. 

Vincent Cambier


Les Petites Insomnies de Filomène, de Jean-Luc Bosc
et Marie-Émilie Nayrand

Mise en scène : Jean-Luc Bosc

Avec : Marie-Émilie Nayrand (Filomène) et Jean-Luc Bosc (Félix)

Lumières : Denis Servant

Décors : Chantal Bosc

Musique : Philippe Prohom

Le Big Bang • 18, rue Guillaume-Puy • Avignon

À 14 h 45 (1 h 15)

04 90 27 12 71

Tarifs : 14 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher