Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 12:08

Satie en sourdine


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Érik Satie, mais oui, vous savez, le compositeur des « Morceaux en forme de poire », des « Préludes flasques pour un chien » et autres « Gymnopédies » ? Cette personnalité aussi fantasque qu’attachante, qui a marqué la musique française du vingtième siècle, Brigitte Bladou l’aime assurément. Avec beaucoup de sincérité, elle nous fait pénétrer dans l’univers décalé du musicien. Mais on reste sur sa faim, car on devine que Satie, surnommé l’« Ange du bazar », aurait sans doute gagné à faire l’objet d’une traitement plus piquant.

C’est une impression paradoxale que donne ce spectacle. D’un côté, nombre d’éléments font voir à quel point Satie était un personnage détonnant. Tout chez lui (que ce soit sa personnalité, son œuvre ou son domicile !) fait voir une fantaisie pleine d’autodérision. Brigitte Bladou nous le montre en inventeur de la « pyrophonie », mais aussi auscultant son piano à l’aide d’une sorte d’un « phonoscope » géant, ou encore ne mangeant que des aliments « blancs » : poulet sans peau, sucre et autre noix de coco… Alors, fou, Érik Satie ? Incompris, sûrement.

C’est en effet presque un autre Satie qui apparaît lorsque certaines de ses pièces sont jouées au piano. On voit alors affleurer chez le compositeur toute une mélancolie rêveuse qui fait comme contrepoids à la fantaisie débridée de l’homme.

Le paradoxe de ce spectacle, donc, c’est que toute cette fantaisie et cette ambivalence (tristesse et fantaisie mêlées) soient comme tenues en sourdine. La mécanique théâtrale semble comme grippée, malgré l’intérêt certain de Brigitte Bladou pour son sujet. Or, cet état de fait concerne plusieurs aspects du spectacle, comme l’utilisation de la vidéo, qui reste assez inaboutie. C’est dommage parce que, en tant qu’auteur, Satie en a de bonnes, comme le montre ses saillies décapantes sur les communistes ou encore les critiques musicaux. Ou encore ce plaisant : « Je déteste l’art : je lui dois trop de rasoiries ». Mais l’ensemble manque de chair, de théâtralité, pour réellement convaincre.

Il est vrai qu’il est tout à l’honneur de Brigitte Bladou de faire œuvre de pédagogie pour nous en apprendre plus sur Satie, trop connu pour ses quelques « tubes » au piano, quand ce ne sont pas seulement pour ses titres farfelus. On perçoit ainsi au fil de la pièce à quel point le compositeur était une véritable figure du milieu artistique de son temps, ami, non seulement de grands musiciens, mais aussi de peintres ou d’écrivains comme Cocteau. Toutefois, le souci d’intégrer au fil du texte de nombreuses informations biographiques tend à rendre celui-ci trop didactique et, donc, pas assez théâtral. Parfois, Satie, parlant de ses multiples et célèbres amis, a ainsi simplement l’air d’une pédant faisant étalage de ses relations !

Finalement, le rideau tombe sur un Satie toujours aussi énigmatique. Je te veux, lance hardiment le titre d’un de ses airs les plus enjoués. Mais nous avons beau le « vouloir » de toutes nos forces, lui nous glisse sans cesse entre les doigts, se jouant de tous ceux qui essaient de le mettre en cage, serait-ce une cage de scène. 

Céline Doukhan


Érik Satie ou Qui aime bien Satie bien, de Brigitte Bladou

Compagnie Ter Magis • 23, rue d’Argenteuil • 75001 Paris

09 54 35 25 25 | 06 61 71 58 57

jsm@free.fr | avousdejouer@hotmail.fr

Mise en scène : François Bourcier

Assistante à la mise en scène : Camille Fernandez

Avec : Brigitte Bladou

Voix off Érik Satie : Raymond Acquaviva

Textes : Érik Satie

Musique : Satie, Debussy, Ravel

Costumes et décors : Solomon Hiramsky

Création lumières : Antonio de Carvalho

Les Trois Soleils • 4 , rue Buffon • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 84 09 13

Du 9 au 31 juillet 2009 à 18 h 20 (le spectacle devait normalement se jouer seulement les jours impairs, en alternance avec Wolfi le petit Mozart mais, ce dernier étant annulé, le spectacle Satie se joue finalement tous les jours)

Durée : 1 h 15

15 € | 10 € | 7 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher