Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 17:14

Un travail cousu main


Par Vincent Morch

Les Trois Coups.com


Quoi de plus banal que des bouts de ficelle ? Pourtant, il suffit de si peu pour les métamorphoser en acteurs d’historiettes innombrables, aussi poétiques les unes que les autres. C’est sans doute l’un des plus beaux privilèges de l’enfance, que Valérie Joyeux, Vincent Raoult et Véronique Dumont ont réussi à mettre en scène avec talent, pour le plus grand plaisir de tous.

Une armoire immense trône sur la scène. Était-ce aussi impressionnant lorsque j’étais petit ? En tout cas, j’ai bien rêvé, moi aussi, d’en faire mon lieu d’élection, de dormir bien au chaud au fond de ses tiroirs, et d’explorer chacun des mystères qu’elle renfermait.

Et quels mystères ! Qui aurait pu penser qu’elle n’était autre, sous ses apparences banales, qu’un théâtre magique où je pourrais me balader dans une forêt hantée par des escargots aux hormones, ou dompter un monstre terrible comme au cirque ? Qui aurait pu penser que de simples ficelles pouvaient accomplir tant d’exploits ? Certainement pas mes parents…

Ce n’est pas là le moindre mérite de Ficelles que de faire replonger les adultes dans cet univers oublié. C’est aussi, c’est surtout, un spectacle pensé pour les enfants, à partir de leur propre point de vue. Ainsi, ce signe qui ne trompe pas : avant que le spectacle ne commence et que l’on n’éteigne les lumières de la salle, Valérie Joyeux prévient les petits et leur explique pourquoi ils vont être plongés dans le noir. Cette attention témoigne du souci constant de se mettre à leur portée, qui éclate de manière évidente dans l’écriture du spectacle.

Les dialogues sont très simples, faits de phrases très courtes mais très expressives. Le jeu des intonations, les changements de voix permettent aisément d’identifier les différents personnages. Une séquence d’action qui se répète six fois (tremper des bouts de ficelle dans un liquide mystérieux) structure l’attention des petits et leur permet de comprendre que quelque chose de nouveau va maintenant se produire.

C’est d’ailleurs avec beaucoup de pertinence (et une certaine ironie vis-à-vis des adultes) que cette séquence est appelée le « travail », car il est certain qu’à trois ans ce concept doit paraître bien étrange – pour ne pas dire absurde. Enfin, le rythme du spectacle est suffisamment énergique pour ne pas ennuyer, mais aussi suffisamment calme pour que les enfants aient le temps de comprendre ce qui se passe sous leurs yeux.

Si donc la poésie inhérente à ce spectacle m’a ému, je trouve également très touchante cette attention intelligente et sincère de leurs créateurs au public auquel il s’adresse. Les petits ont parfois de la chance… 

Vincent Morch


Ficelles…, de Valérie Joyeux et Vincent Raoult

Mise en scène : Véronique Dumont

Avec : Valérie Joyeux, Vincent Raoult

Lumière : François De Myttenaere

Scénographie : Arnaud Van Hammée

Costumes et petits décors : Marie Kersten

Décor sonore : Vincent Raoult

Théâtre des Doms • 1 bis, rue des Escaliers-Saint-Anne • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 14 07 99

Du 8 au 28 juillet 2009 à 17 h 30

Durée : 45 minutes

14 € | 10 € | 6 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher