Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 02:12

Un classique décapant !


Par Maud Sérusclat

Les Trois Coups.com


L’une des dernières farces du grand Molière, « le Médecin malgré lui », est proposée cette année par plusieurs compagnies dans le cadre du Off. Je me suis rendue au Théâtre du Balcon, qui donne la version de la Cie Chatôt-Vouyoucas. C’est une réussite totale, aussi juste qu’hilarante.

Sganarelle est un faiseur de fagots qui en fait voir de toutes les couleurs à sa femme Martine. Il boit le peu d’argent qu’il rapporte, il la frappe et la laisse se charger seule de leurs quatre enfants. Quand, un beau matin, deux hommes la croisent à la recherche d’un médecin. Martine décide alors de leur faire croire que son mari est l’homme qui leur faut. Mais attention, elle les prévient, le gaillard n’a pas la tête de l’emploi. Pour que jaillisse la science d’un tel homme, au poil hirsute et au verbe peu châtié, il y a une technique à connaître. Le bougre n’avoue pas si facilement qu’il est un prodigieux médecin. Il faut le frapper énergiquement jusqu’à ce qu’il se rende à l’évidence et avoue qu’il peut tout guérir. Belle vengeance, non ? C’est ainsi que Sganarelle se retrouve avec un habit de médecin sur le dos, au milieu d’une famille bourgeoise qui vit un drame. Lucinde, jeune et belle femme, a mystérieusement et brutalement perdu la parole, tant et si bien que son père a dû retarder le mariage qu’il avait prévu pour elle.

© F. Mouren-Provensal

Ce spectacle est une réussite totale pour plusieurs raisons. D’abord parce que la direction d’acteur est juste. Elle rend au texte de Molière sa simplicité et souligne les ressorts du comique farcesque sans lourdeur ni erreur, et c’est assez rare pour être souligné. On rit à chaque minute ou presque. D’ailleurs, le comédien qui interprète le rôle de Sganarelle, Hervé Lavigne, est magistral. Ensuite, parce que la mise en scène et la scénographie sont à la fois astucieuses et harmonieuses, et délicieusement accompagnées d’une musique baroque qui en souligne l’énergie. Andonis Vouyoucas n’est pas un débutant, c’est pourtant la première fois qu’il choisit de mettre en scène une pièce de Molière. Il a tout compris, et on souhaite vivement qu’il récidive au plus vite, avec tout le théâtre classique si possible !

Voilà donc de quoi réconcilier le plus rebelle de nos ados avec le théâtre. Même les plus jeunes spectateurs ont été conquis : j’ai été très touchée par leur regard émerveillé dès le début de la pièce, lorsque les comédiens descendent sur scène et installent le décor. Leurs yeux ne se sont pas éteints un seul instant. La troupe a rendu au texte de Molière son intensité et sa drôlerie. Vous l’aurez compris, il faut aller voir ce petit chef-d’œuvre, de toute urgence ! 

Maud Sérusclat


Le Médecin malgré lui, de Molière

Compagnie Chatôt-Vouyoucas

www.theatregyptis.com

Mise en scène : Andonis Vouyoucas

Avec : Arnaud Appréderis, Agnès Audiffren, François Champeau, Christine Gaya, Martin Kamoun, Hervé Lavigne, Nancy Madiou, Philippe Noesen, Sébastien Todesco

Création costumes : Fred Sathal

Conception de l’espace : Andonis Vouyoucas

Lumières : Jean-Luc Martinez

Diffusion : Odile Sage

Théâtre du Balcon • 38, rue Guillaume-Puy • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 00 80

Du 8 au 31 juillet 2009 à 14 h 10

Durée : 1 h 10

17 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher