Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 16:33

Que du bonheur !


Par Vincent Morch

Les Trois Coups.com


Une petite expédition hors les murs d’Avignon m’a conduit sur la colline des Mourgues, l’un des sites de Villeneuve en scène. Dans cet écrin de verdure, en face du fort Saint-André, j’ai passé un moment inoubliable avec « Traces… », une création du Petit Théâtre du pain.

Je dois avouer qu’au début, j’ai eu peur. Sur le bord du chemin que je remontais, j’ai trouvé des tables de pique-nique, quelques bancs, et la majorité du public assis sur le sol. En face, une petite estrade. Des acteurs parodient la présentation d’un projet de réhabilitation urbaine, employant de manière ironique la rhétorique d’usage. Le progrès passe par la destruction des vieilles barres, et la création d’un quartier innovant et durable. D’autres acteurs les interpellent, et critiquent le projet. Où tout cela va pouvoir nous mener ?

Où ? À quelques mètres de là, dans un petit amphithéâtre de pierre, devant une structure assez impressionnante de métal et de câbles, et dans une ambiance sonore de chantier créée par des percussions en tous genres et des voix. C’est bon, c’est très bon. Le sourire me vient aux lèvres. Il ne me quittera plus.

« Traces… » | © Jean-Pierre Estournet

Car Traces… est un spectacle inventif, délirant et touchant, servi par une mise en scène ingénieuse qui utilise – toujours à très bon escient – de nombreux effets cinématographiques : flash-back, reprise d’une même scène sous un angle différent, effets de ralenti et d’arrêt sur image. Les personnages, tous très hauts en couleur, sont l’objet d’interprétations parfois extraordinaires d’intensité et de justesse. Ainsi, la scène où Mariya Bogdanova Aneva joue une caissière de supermarché vaut presque à elle seule d’aller voir cette pièce.

Si tous ces personnages, au début, nous paraissent un peu dingues (celui qui remporte le pompon étant sans conteste le chef de chantier qui dialogue avec sa figurine de Goldorak), leurs comportements trouvent tous une cohérence au fur et à mesure que leur histoire nous est révélée. Car voilà : réhabiliter un quartier, ce n’est pas seulement remuer du béton et des pierres, c’est aussi remuer de nombreux souvenirs et la question de savoir ce qu’il restera de chacun…

Le spectateur est donc ballotté sans arrêt, et pour son plus grand plaisir, entre le rire et la gravité, le burlesque et la cruauté. C’est rare un spectacle qui réussit à allier aussi bien toutes ces dimensions de notre existence. Alors, encore bravo ! 

Vincent Morch


Traces…, du Petit Théâtre du pain et d’Aurélien Rousseau

Mise en scène : Fafiole Palassio

Avec : Mariya Bogdanova Aneva, Cathy Coffignal, Hélène Hervé, Manex Fuchs, Ximun Fuchs, Guillaume Méziat, Tof Sanchez, Lontxo Yriarte

Travail du mouvement et de l’espace : Philippe Ducou

Décor : Ponpon, Joseph Duhau

Réalisations plastiques : Maripi Pihouée, Alexandra Filiatreau

Lumière : Pantxo Claverie, Josep Duhau, Tof Sanchez

Costumes : Muriel Liévin

Création musicale : Ximun Fuchs, Lontxo Yriarte

Régie générale : Josep Duhau

Administration : Elorri Etcheverry, Aurélie Lambert, Vincent Claverie

Diffusion : Ximun Fuchs

Affiches : Lontxo Yriarte

Photos : Jean-Pierre Estournet

Colline des Mourgues • Villeneuve-lès-Avignon

Réservations : 04 90 26 07 40

Du 6 au 24 juillet 2009 à 21 h 30

Durée : 2 h 10 avec entracte

18 € | 13 € | 6 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher