Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 14:58

Où l’on apprend que Pagnol était flamand et qu’Artaud n’aimait pas les peluches


Par Lise Facchin

Les Trois Coups.com


Chers spectaclovores,

Je me suis donc levée à une heure fort indue, pour me rendre place Matthias, où les spectateurs avaient rendez-vous avec un bus qui devait les emmener dans un champ, en pleine campagne bourguignonne. Un spectacle qui n’était donc donné ni à Chalon ni dans la rue ! Pour pimenter le voyage, un orage est venu fondre sur nous avec toute sa clique de grêlons et de foudre, mettant la représentation en péril. Mais la compagnie Marius, qui pousse l’amour de l’art jusqu’à assurer des représentations sous la neige, a haussé les épaules comme un seul homme et a entrepris de distribuer les soins d’urgence : imperméables et pastagas !

« Jean de Florette », la première partie du spectacle, pouvait commencer. Le bel amphithéâtre de bois, monté dans un petit coin du champ, trace au sol une scène placée en lisière de forêt. Pour une fois, on a monté du Pagnol sans dégouliner de Provence, sans indigestion de cigales. En introduisant un soupçon de commedia dans la mise en scène, le rythme tient les deux fois deux heures de spectacle (séparées par une pause pique-nique) sans jamais lasser le spectateur. L’angle comique du personnage d’Hugolin, presque envisagé comme un Scapin, loin d’en diminuer la dimension tragique, lui confère une profondeur originale et fort plaisante.

Tous les comédiens servent à merveille le texte et les intentions de Pagnol, avec leur accent pourtant hors de propos avec sa résonance rude et gutturale. Après la surprise des premières minutes, on se rend à l’évidence que, pour un Pagnol réussi, qu’importe la provenance pourvu qu’on ait l’accent ! Après un déjeuner frugal, on attaque la seconde partie : Manon des sources. Encore plus enlevée et plus fine, elle achève de conquérir les plus récalcitrants. C’est un tonnerre d’applaudissements et quelques grosses gouttes de pluie bien chaude qui ont accueilli le baiser des amoureux et le retour de l’eau.

© Claude Journu

Hier dans la journée, on avait placardé sur les murs de la ville des silhouettes de papier, grandeur nature. Sans explication. À mon retour du bus, elles avaient été agrémentées d’inscriptions : « Reçoit souvent des lettres de l’étranger », « Achète de l’alcool », « Prête sa voiture », « Héberge souvent des gens », « Vit seul », « A un accès très rapide à Internet »… Parce que : « La première des résistances est résistance à la norme. Quand tout le monde a été résistant, on a tondu les femmes » *. L’art est frère de subversion.

Pour finir la journée : Passage de la compagnie Perette, rue de l’Ancienne-Prison. Un trio dansé, délirant et prônant un langage chorégraphique accessible à tous pour remettre la danse à la rue. Le premier danseur, canne blanche à la main, l’air illuminé, vient nous chercher dans la rue. Tout en dansant dans un long manteau noir, il nous a ouvert les grandes grilles d’une cour pavée. Le plateau nous attendait. Sur un enregistrement calqué sur le célèbre Pour en finir avec le jugement de Dieu d’Antonin Artaud, cette espèce de savant fou va manipuler, déformer, heurter les deux corps inanimés qui reposent sur sa table de travail. Comme des montres mécaniques, le mouvement semble les remonter et leur conférer de plus en plus de vie et d’énergie. Ce qui a commencé comme un solo se double d’un duo pour terminer en véritable trio d’illuminés. Trois savants fous qui s’en prennent à de petites peluches innocentes avec une cruauté drôlissime.

J’espère qu’il fait beau chez vous et que vous vous portez bien. À demain ! 

Lise Facchin


* Cette phrase était inscrite sur un mur consacré à la figure d’un résistant de la Deuxième Guerre mondiale disparu récemment.


Festival Chalon dans la rue, du 22 au 26 juillet 2009 à Chalon-sur-Saône

www.chalondanslarue.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher