Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 01:26

Quelle chance on a…


Par Élise Noiraud

Les Trois Coups.com


Un homme seul sur scène. Ou plutôt non, deux hommes. Ou plutôt non, deux hommes et un accordéon. L’un se tait, l’autre parle. Raconte. L’un joue, l’autre danse. S’envole. Un trait fin, invisible, indicible même, s’étend de la terre au ciel, et relie sous nos yeux le banal à la poésie. La magie émerge de la vie dans son plus simple appareil. En racontant l’école, les champs, la voiture familiale, mille détails insignifiants, mille histoires de tous les jours, Potier convoque une flamme, une émotion et nous fait voyager avec délice. Comment un seul homme peut-il faire naître des mondes par le simple pouvoir des mots ? Voilà le mystère du travail de Gérard Potier. Sa force. Sa magie. L’exigence du labeur cent fois repris pour toucher enfin le cœur, le nœud, l’essence. Sans artifice, ni gros moyen. Avec simplicité, humanité. Et un immense talent.

Dans Pas bouger le chien, Gérard Potier est donc accompagné d’un accordéoniste, Gérard Baraton. Je ne sais pourquoi, cela me laissait vaguement dubitative. Entendre des histoires ancrées, comme souvent chez Potier, dans une enfance vendéenne, paysanne, une atmosphère de village, odeur de paille et tout le reste, avec, cette fois, l’accordéon en fond sonore, j’ai craint le folklorique. Frayeur stupide, honteuse même, tant, une fois de plus chez ce comédien-conteur, tout est juste. Le folklorique ? Il lui fait un pied de nez en commençant lui-même par une petite chorégraphie traditionnelle, joyeusement autodérisoire . L’accordéoniste ? Un partenaire malicieux et attentif, dont la musique magnifique prolonge ou accompagne les mots du conteur. L’accordéon, c’est comme une planche d’appel pour Potier, qui fait danser son corps autant que ses mots. Et cette Vendée de son enfance, dans laquelle il puise ses histoires, est comme un terreau fertile sur lequel poussent des fleurs au parfum universel d’enfance, de drames anodins et de grandes joies. Le parfum de ces années où tout est important, essentiel, vital. Et au contact duquel on s’enivre doucement. La sensation est douce, intime, parfois douloureuse, souvent souriante. Toujours évidente.

« Pas bouger le chien »

Ce sont des histoires, donc. Emmêlées, enlacées, enchaînées. La journée à la mer, le voleur de stylo-plume, « Fifi Ier, roi de Vendée »… Des récits pleins de vie, d’humour, de musique. Souvent joueur, amusé, décalé, Potier n’hésite pas à nous interpeller, à laisser des silences à la densité malicieuse, à dévoiler une complicité comique avec son accordéoniste. Mais il ne perd jamais le fil. Retrouve toujours, au moment où on s’y attend le moins, cette sensibilité à vif qui le caractérise tant. Cœur, poumon, ventre, comme un organe qui bat, halète, et rejoint toujours une émotion à la justesse infinie. Sous le masque de l’adulte apparaît le visage de l’enfant, qui nous transperce. En plein cœur. Ça sent le soleil, la vie, la peur et le désir, l’envolée et le plomb, les douleurs qui ne cicatrisent jamais et la fringale de vivre quand même. Ce n’est pas « culturel », la Vendée n’est ni le propos ni l’enjeu. Pour lui, éventuellement. Pour nous, non. Cette histoire, son histoire, cette Vendée, c’est notre planche d’appel à nous, peut-être. Pour rejoindre un endroit intime, et collectif, où se nichent, à vif, les émotions qui ont le goût des premières fois et de tous les possibles. 

Élise Noiraud


Pas bouger le chien, de Gérard Potier et François Rollin

À part ça… bazar mythique • 82, rue Amelot • 75011 Paris

01 48 87 20 01

Avec : Gérard Potier

Accordéoniste : Gérard Baraton

Régisseur général : Olivier Geoffroy

Théâtre des Béliers • 53, rue du Portail-Magnanen • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 82 21 07

Du 8 au 30 juillet 2009 (jours pairs) à 12 h 20

Durée : 1 h 15

16 € | 11 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Nom d'un chien 30/07/2009 12:21

Tres bon, je recommande "Pas bouger le chien"!

Rechercher