Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 13:22

Chalon – tire la langue –
dans la rue…


Par Lise Facchin

Les Trois Coups.com


Après la chaleur étouffante d’Avignon, ses remparts et ses fontaines incontournables, qu’il est bon de se retrouver dans les bras du doux vent chalonnais ! C’est aujourd’hui l’ouverture de la 23e édition du Festival des arts de la rue de Chalon-sur-Saône qui, cette année, est placée sous l’égide de la danse. Reportage en cartes postales.

Chers lecteurs troiscoupsphiles,

Que de charme dans cette ville de Chalon ! Des façades à colombage, des places timidement pavées, un fleuve d’une largeur mélancolique qui rappelle doucement la Tamise, sans oublier la cave du meilleur sommelier du monde de 1993 à 1996 ! Mais c’était aujourd’hui l’ouverture du festival, et les rues se sont doucement mises à se barioler joyeusement.

Comme vous le savez, les arts de la rue sont multiformes. Au hasard des rues, le chaland trouve sur son chemin théâtre, musique, peinture, performances en tout genre. Jongleurs, danseurs, équilibristes et slameurs se mélangent dans une exubérante profusion. Dans ce festival, un « In » et un « Off », comme il est d’usage. C’est à la programmation officielle que revient l’honneur d’ouvrir les festivités.

« Devoris causa »

À 15 heures, Escarlata Circus, une compagnie catalane, présentait Devoris causa. Ce spectacle fou tient autant des Deschiens que de l’univers du cinéaste Jean-Pierre Jeunet (pensez plutôt à Delicatessen qu’à Amélie Poulain !). Guidé par une ménagère espagnole, nous entrons dans un chapiteau exigu. Dedans, une cuisine en bois nous attend et, derrière les fourneaux, un homme aux grosses lunettes, harnaché avec une lampe frontale bricolée sur le principe des lampes de bureau. Il distribue à qui le souhaite des cornets d’une mixture légumineuse, un peu étrange, mais qui s’est révélée fort bonne. Mais qu’avons-nous mangé ? Tendresse et sadisme se succèdent tour à tour dans ce spectacle délirant aux teintes de sépia un peu vieillot.

J’avais échappé avec plaisir à notre feu d’artifesse national. Halte-là ! Le festival de Chalon a corrigé cette impertinence et, une fois que le soleil bourguignon eut cassé sa pipe, v’là-t’y pas qu’un ramdam de tous les diables se fit entendre. Théâtre Attrape, compagnie de pyrotechnie tout droit venue de Belgique, présentait Babel, une création réunissant, sur une structure métallique de quinze mètres de haut, percussionnistes et chanteurs lyriques…

Bon, c’est pas tout ça, mais, moi, je suis épuisée avec ces pérégrinations. Et demain je dois me lever tôt pour aller voir… ron… zzz… 

Lise Facchin


Festival Chalon dans la rue, du 22 au 26 juillet 2009 à Chalon-sur-Saône

www.chalondanslarue.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher