Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 20:06

Pinceau et saxo


Par Élise Noiraud

Les Trois Coups.com


La Cie Trio choc, axée sur la création de spectacles clownesques et musicaux, présente actuellement, au théâtre La Luna, sa nouvelle création: « l’Odition ». Tout part d’une rencontre improbable entre un clown musicien venu passer une audition dans un théâtre et l’ouvrier du lieu, en charge des décors. Et la situation propice aux dérapages les emmène de cocasseries en cocasseries. Une escalade musicale délirante, dans laquelle ils se perdent peu à peu, avec malice et exubérance, malgré les rappels à l’ordre d’un mystérieux jury. Côté public, on rit, oui, de bon cœur. On se perd un peu, aussi. Le spectacle est de qualité, c’est indubitable, et offre un bon moment. Mais il souffre, à mon sens, d’une certaine dispersion, et gagnerait peut-être à se resserrer, tant du point de vue du rythme que de celui du propos.

M. Maurice vient passer une audition. Il entre sur un plateau où travaille déjà Hippolyte, l’ouvrier du théâtre, affairé à un décor. La scène jonchée d’éléments divers (affaires de chantier, éléments de décor, sorte de métronome géant servant de range-instruments à M. Maurice…) est soumise au regard de celui que nous, spectateurs, ne voyons pas : le jury. Un jury situé en hauteur, au loin, tel un dieu menaçant, et qui manifeste ses accords ou désaccords en allumant sur le plateau un voyant rouge et sonore. C’est une menace comme un point d’attraction pour les deux clowns, dont le sort est entre les mains de cet invisible employeur. Grande tige maladroite et attendrissante, Pierre Moulias acquiert immédiatement notre sympathie dans le rôle d’Hippolyte. Face à lui, Claude Cordier joue M. Maurice, petit clown appliqué et consciencieux, qui amuse par sa naïveté et son enthousiasme. Quiproquo, incompréhensions mutuelles puis entente soudaine, le duo fonctionne bien. Et les passages musicaux ou dansés sont particulièrement réjouissants.

« l’Odition » | © Doumé

Néanmoins, ces bons moments flottent. Il manque comme un lien, un liant. Quelque chose nous échappe. En lisant la note d’intention du spectacle, je constate le désir de parler de multiples choses : la difficulté de trouver un travail, le parallèle entre artistes et ouvriers, la violence de l’entretien d’embauche. Pour ma part, sur scène, je n’ai ni réellement vu ni réellement compris tout cela. Mais, a posteriori, je me dis que c’est peut-être toute cette toile de sens qui pèse sur la réalité du plateau et l’empêche de s’envoler vraiment, dans un ici et maintenant. Non que le propos me semble problématique ou critiquable, bien au contraire, mais j’ai eu la sensation que le spectacle demeurait tendu, étiré. Comme tiraillé entre deux réalités qui ne parvenaient pas à se rejoindre scéniquement : d’un côté, un propos qui précède et sous-tend toute œuvre, et d’un autre, la réalité forcément instantanée de ces deux clowns. Le rythme du spectacle souffre un peu de cette vision binaire, et c’est dommage, car il a toutes les qualités pour s’envoler dans la joyeuse folie qui l’emmène à plusieurs reprises. À suivre, donc. 

Élise Noiraud


L’Odition, de Claude Cordier

Cie Choc trio • 2, rue de Moselle • 86600 Lusignan

05 49 43 25 71

choctrio@wanadoo.fr

Mise en scène : Priscille Cordier-Eysman

Avec : Claude Cordier, Pierre Moulias

Lumières : Marc Deroche

Direction clownesque : Dominique Commet

Chorégraphie : Maïna Brigeon

Création décors : Claude Cordier

Patine décors : Laure Cotin

Création son : Emmanuel Faivre

La Luna • 1, rue Séverine • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 86 86 28

Du 8 au 31 juillet 2009 à 13 heures

Durée : 1 h 20

15 € | 10 € | 7 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher