Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2006 6 29 /07 /juillet /2006 14:13

Un cas troublant

 

Le Théâtre Mega-Pobec s’attaque à une œuvre de Jean-Yves Picq profonde et déroutante : « le Cas Gaspard Meyer ou De l’influence de la mémoire indienne sur un court de tennis ».

 

Duel entre deux hommes, sur un terrain de tennis défraîchi. Gaspard Meyer est le fils d’un requin de la finance qu’il s’apprête à dénoncer publiquement pour association de malfaiteurs et crime contre l’humanité. Replié sur lui-même, Gaspard Meyer s’est inventé un langage des signes et communique dans une langue composée de langues disparues avec l’esprit d’une vieille femme indienne. Le professeur Artmann, anthropologue et linguiste, est là pour percer son mystère et peut-être lui éviter l’asile.


Mais leur échange dépasse ces enjeux et acquiert une dimension fantastique. Paradoxalement, le cadre spatio-temporel apparemment très précis explose finalement : le terrain de tennis, symbole d’une société fondée sur la compétitivité, est la surface trompeuse d’une terre multiculturelle. Et le temps de la rencontre, construit sur le modèle d’un match découpé en sets, est contredit par l’épaisseur de la mémoire et l’incertitude de l’avenir.


Le Cas Gaspard Meyer est une œuvre complexe, dont il faut prendre la peine de découvrir les différentes strates, à l’image de ce revêtement de tennis recouvrant la terre des ancêtres oubliés qui grondent leur fureur.


Cette « fable poétique sur l’économie » joue sur la confrontation de deux réalités dont Gaspard Meyer est le médiateur : le monde ultralibéral, visible, criard, et l’univers invisible d’une humanité oubliée, dont la vieille indienne se fait le porte-parole : « Si mon cœur est aujourd’hui malade de la maladie de la mort, c’est parce que vous avez fait de cette terre qui devait nourrir l’homme et lui permettre de vivre ce rêve éveillé qu’est la vie, vous en avez fait un lieu de souffrance et de famine, un lieu de calcul et de honte, vous avez fait du rêve de vie, un cauchemar de mort. »


Le texte sonne comme un appel désespéré au réveil des consciences. Le public, disposé de part et d’autre de l’aire de jeu selon un dispositif bifrontal, est invité à participer activement à cet échange. Ce choix scénographique est pertinent, même si l’espace scénique n’en permet pas une réalisation optimale. En revanche, la présence d’un côté des gradins de la régie est plutôt perturbante si on se trouve en face, comme ce fut mon cas. Ainsi, les voix off sont faites en direct et à vue par Marie Crouail dans un micro, ce qui enlève beaucoup au mystère.


L’étrangeté naît davantage du jeu des comédiens, qui portent le texte avec une justesse remarquable. Julien Flament incarne un Gaspard Meyer très sobre et profond. Quant à Jean-Pierre Brière (également metteur en scène), il fait du professeur Artmann une énigme à part entière. Un échange déroutant.


En montant le Cas Gaspard Meyer, le théâtre Mega-Pobec fait le choix courageux d’une écriture contemporaine féroce et dérangeante, qui pose sans aucune complaisance de vraies questions sur le monde actuel. 

 

Émilie Démoutiez

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Cas Gaspard Meyer ou De l’influence de la mémoire indienne sur un court de tennis (fable poétique sur l’économie), de Jean-Yves Picq

Théâtre Mega-Pobec

Tél. : 02 32 31 34 44

Courriel : mega.pobec@wanadoo.fr

Site : www.megapobec.fr

Mise en scène : Jean-Pierre Brière

Avec : Julien Flament, Jean-Pierre Brière et la participation de Marie Crouail

Direction d’acteurs : Marie Crouail

Scénographie : Pascale Mandonnet et Jean-Pierre Brière

Costumes : Pascale Mandonnet

Lumières et son : Didier Préaudat

Voix indienne : Monique Fontaine

Conseiller en langue indienne : Sylvio Gané

Régisseur : Marc Leroy

Théâtre Buffon • 18, rue Buffon • 84000 Avignon

Réservations : 06 82 29 76 46

Du 6 au 29 juillet à 12 heures

Durée : 1 h 30

Plein tarif : 14 euros, tarif abonnés : 10 euros

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher