Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 11:24

Vertige de l’âme


Par Claire Néel

Les Trois Coups.com


Manufacture, lieu-théâtre du Off du Festival d’Avignon. Manufacture, nom féminin, du latin manufactura, « fait à la main ». Manufacture, fabrique, où la Cie Ouvre le chien montre sa construction dé-constructive du théâtre « comme endroit de l’extrême et non du consensus ». « Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust », voici pour le titre, et pour le commencement imprévu de la création d’un spectacle. Vivant. Survivant à l’autre dans lequel s’était confondu David Bowie et réveillant tous les autres endormis en nos confins.

Renaud Cojo pose le duo Ziggy Stardust-David Bowie comme l’incarnation de sa réflexion sur le geste artistique, le dédoublement de personnalité, et leurs résonnances. Ce spectacle a jailli lors d’une répétition de la précédente création de la compagnie (Elephant People), lorsqu’à force de répéter, le présent semblait fuir et que Renaud Cojo a demandé à Christian, musicien, de jouer… Une double (encore !) quête s’est mise en marche, celle d’un théâtre profondément spontané, celle de l’essence de la duplicité de l’artiste, et de tous ceux qu’il inspire, de chacun.

Le spectacle se joue devant nous en même temps qu’est montrée, par le biais de films collectés pendant une année, toute l’élaboration du projet. Il bascule sans cesse d’une réalité à l’autre. Les films deviennent des reportages, on suit Renaud Cojo à Londres où David Bowie a tué Ziggy Stardust. On le suit aussi dans sa séance avec un psychanalyste, en caméra cachée, devant lequel il se présente habillé en Ziggy Stardust, avec son questionnement sur sa propre identité. On le suit encore sur la scène d’Angoulême, dans le même accoutrement, refaisant devant 15 000 personnes attendant Iggy Pop le discours d’adieu qu’avait fait Ziggy-Bowie… avant de se faire sortir de scène.

L’autre réalité, c’est la scène de La Manufacture. On y retrouve en direct les personnes que l’on voit dans les films. On s’aperçoit que ce projet s’est bâti sur des rencontres, et que ce théâtre se fait avec des hommes plus qu’avec des hommes-comédiens. La spontanéité, la quête de vivant, est poussée jusqu’à faire lire des textes de Jung et de Harold Searles, sur la schizophrénie des artistes, par un invité différent à chaque représentation puisque découvert à l’issue de chacune d’elles pour celle du lendemain.

Indissociable du vertige de ces dédoublements multiples, et non moins vertigineuse : la fascination d’être fasciné. L’inaccessible qui nous révèle à nous-mêmes et qui gratte l’endroit de notre idéal. Notre secret d’une vie rêvée, qui sert de guide ou reste caché. Ce spectacle est hypnotique (pas soporifique !), fondu dans l’humour et la musique. Et les curieux chroniques seront séduits par la démarche se déroulant à l’infini sous leurs yeux. 

Claire Néel


Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro
de Ziggy Stardust
, de Renaud Cojo

Compagnie Ouvre le chien • 32, avenue d’Arès • 33000 Bordeaux

05 57 01 36 10 | télécopie 05 57 01 36 11

olechien@wanadoo.fr

www.ouvrelechien.com

Conception, mise en scène, images, interprétation : Renaud Cojo

Avec : Romain Finart, Eliott Manceau, un(e) invité(e) en alternance

Montage images : Benoît Arène, Renaud Cojo

Son : Sylvain Dumoulin

Lumières : Éric Blosse, Véronique Bridier, Emmanuel Bassibé

Costume : Odile Béranger

Construction : Jean-François Huchet

Régie générale : Emmanuel Bassibé

Diffusion-production : Florence Bourgeon

La Manufacture • 2, rue des Écoles • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 12 71

Du 8 au 28 juillet 2009 à 14 h 10, relâche le 20 juillet 2009

Durée : 1 h 15

15 € | 11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher