Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 12:02

« Cérémonies »

sous haute tension


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Ne vous fiez pas à leur gueule d’ange. C’est en effet un combat implacable auquel se livrent les deux principaux protagonistes de « Cérémonies », magnifiquement interprété par deux jeunes comédiens au jeu intense.

Nous voici il y a quelques décennies, quelque part dans une campagne rude, où les rapports entre les hommes, les bêtes et la nature sont traversés d’une terrible âpreté. Mais rien de comparable à la rudesse dramatique des rapports des hommes entre eux. Car il est question ici d’une terrible fêlure, celle créée par la perte et l’abandon dont ont été victimes les deux protagonistes, Razou et Radieux, placés à l’Assistance dès leur plus jeune âge.

Que s’est-il passé ? Comment se sont-ils retrouvés là ? C’est ce que tente de découvrir Razou (Julien Bouanich) en demandant à Radieux (Sylvain Levitte) de lui parler de sa vie. Mais ne le sait-il pas déjà ? Le texte entretient brillamment cette ambiguïté. « Ma vie, raconte-la ! », exige Razou impérieusement. Et Radieux a beau faire, il ne peut dire non. Car Razou le tient, littéralement. Razou qui, lui, ne trouve pas en lui-même ce discours qu’il recherche sur sa propre histoire. Une sorte de blocage insurmontable qui fait qu’il ne peut se passer de Radieux, conteur à son corps défendant, qui lui invente la vie dont il aurait rêvé. Une vie dans laquelle, tout simplement, il ne serait pas « rien », un mot qui revient souvent dans sa bouche. « La cérémonie ? Je n’ai que ça », avoue-t-il. Et, partant, toute l’impossibilité de se construire en tant qu’homme parmi les autres hommes…

« Cérémonies »

Dans le petit théâtre du Ring, la mise en scène, avec une remarquable économie de moyens, exprime une véritable sensation d’étouffement, comme si un serpent encerclait progressivement sa proie pour mieux l’asphyxier. Au centre du dispositif se trouve un plateau circulaire en bois, en équilibre instable sur une demie-sphère posée au sol. Ce plateau est donc toujours mouvant et permet de moduler à volonté un équilibre-déséquilibre particulièrement efficace pour représenter le rapport de force entre les personnages.

De la première à la dernière seconde, le spectacle est incroyablement intense grâce à la très heureuse combinaison d’un texte magnifique et d’une interprétation magistrale, frémissante d’un bout à l’autre. Les deux jeunes comédiens, rejoints à la fin de la pièce par Ariane Simon, font preuve d’une maîtrise vraiment très prometteuse : diction exemplaire, échanges sur le fil du rasoir et une présence tour à tour enfantine (Razou parfois trépignant de joie), fragile et effrayante. Julien Bouanich est particulièrement impressionnant dans ce rôle de personnage aux multiples facettes, ne donnant jamais totalement la clé, la vérité de Razou, comme si, au fond, de même qu’avec les ceintures qu’il utilise avec Radieux, il lâchait plus ou moins de lest, avec une maîtrise consommée. Grâce à lui, le personnage de Razou prend une épaisseur et une force d’autant plus inquiétantes qu’elles sont inattendues.

Dans la bouche de ces jeunes comédiens se révèle la grande qualité d’écriture du texte de Dominique Paquet, à la fois très efficace d’un point de vue dramatique et empreint d’une véritable valeur littéraire, dans ses constructions et ses images qui donnent à l’ensemble une « inquiétante étrangeté ». Ce face-à-face est haletant. En tout cas, paradoxalement, la seule chose qui nous distrait de temps en temps de cette confrontation haletante, c’est une pensée admirative pour la qualité du texte et de l’interprétation. Une bien saine distraction, donc. 

Céline Doukhan


Cérémonies, de Dominique Paquet

Groupe 3.5.81 • 55, boulevard de Strasbourg • 75010 Paris

01 42 46 67 21 | télécopie 01 42 46 15 58

contact@groupe3581.com

www.groupe3581.com

Mise en scène : Patrick Simon, assisté de Benoît Seguin

Avec : Julien Bouanich, Sylvain Levitte, Ariane Simon

Lumières : Cyril Hanès

Scénographie : Goury

Le Ring • 13, rue Louis-Pasteur • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 27 02 03

Du 8 au 31 juillet 2009 à 15 h 30

Durée : 1 h 15

25 € | 10 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

urkel 14/06/2010 16:52



J'ai adoré la prestation de Julien Bouanich et j'ai vu qu'il avait déjà une bonne filmographie à son actif et pour son age. Je vais suivre sa progression de près.


 


Retrouvez le dans le dernier court métrage de Eric Bu "Nathan", 3ème opus de la Trilogie des limbes.


J'ai vu les 1ère image du film car je suis coprod et c'est vraiment très prenant, un coté bizarre et mystique très
entrainant. Et Julien joue vraiment bien. Retrouvez plus d'info, de photos et vidéos sur le site touscoprod.com :
http://tinyurl.com/2uotyc2

 



Rechercher