Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 13:32

C’est quoi, ce délire ?


Par Olivier Pansieri

Les Trois Coups.com


Cela faisait un moment que je voulais savoir à quoi ressemblait ce nouveau lieu perché là-haut dans le dix-huitième : La Reine blanche, presque deux cents places, du théâtre, de la musique, de la danse. Comment résister ? La troupe Family Comics y présente « Capitaine des cabarets », dans une comise en scène de Rachdi Zgaren et de Youssef Hamid. Une série de numéros, dont quelques-uns époustouflants, exécutés sans chiqué par une troupe black-blanc-beur… et même yellow puisqu’il y a deux Asiatiques, le tout dans une ambiance bon enfant.

Mais d’abord : où est-ce ? Sortir métro La Chapelle. Attention ne pas confondre avec la porte du même nom. Dans votre dos, les vénérables Bouffes du Nord, avancez sur le trottoir de gauche rue Marx-Dormoy. Troisième à gauche, c’est là : « passage Ruelle ». Heureusement, on voit tout de suite que c’est une salle de spectacles : une foule joyeuse s’est massée devant la porte ! Des gens venus de partout, mais beaucoup du quartier. Aussi nombreux que, pour l’instant, sages comme des images.

Le spectacle commence par un numéro de claquettes tellement loupé qu’on se dit que c’est exprès. Effectivement, des pirates des planches sortent d’un peu partout et s’emparent de la scène. À leur tête, Rachdi Zgaren, acteur, danseur et chorégraphe émérite de breakdance, alias le capitaine M.C. Loyal. Au point qu’il a sa statue de cire au musée Grévin en tant que premier Français champion du monde de danse hip-hop ! Un monument, en somme, doublé d’un phénomène. Il joue ici son propre rôle revu et corrigé avec un humour parfois appuyé.

On l’aura compris, Capitaine des cabarets est plus un récital qu’une pièce « normale ». L’auteur ne s’est pas cassé la tête et a repris le bon vieux truc de l’audition, prétexte pour chacun à montrer ce qu’il sait faire. Magie pour le sorcier (Shang-Haï), qui fait apparaître colombes, boule de cristal ou flammes au gré de son humeur impénétrable. Clowneries pour Mamadou (Shiler) et Tête de Turc (Gurkan), qui passent d’un personnage à l’autre avec la même aisance qu’ils dansent. Poésie avec ce faux spectateur (Rasheed), à qui on flanque une guitare dans les mains et qui bien sûr en joue divinement. Un de mes moments préférés.

Acrobatie, enfin, avec le frère muet du sorcier (By), qui mêle sauts périlleux et prouesses dansées, dont une « toupie » impressionnante sur la tête. Petit « break théâtre » avec Mamadou, en tutu, qui donne son interprétation très personnelle du Lac des cygnes, avant d’enchaîner avec une histoire loufoque de feux qui régleraient la circulation des bêtes sauvages dans la jungle. La salle trépigne de joie. C’est le signal pour les autres de passer aux choses sérieuses. Gurkan se lance dans une « danse du ventre de la tête », qu’il visse et dévisse presque à volonté. Rachdi lui répond en se robotisant. Les deux semblent électrifiés par les pulsations de la musique. De la bande dessinée en live !

Ce capitaine (Rachdi Zgaren, qu’on se le dise !) n’a pas volé son titre de champion du monde. Il est réellement prodigieux. Les spectateurs ne s’y trompent pas en lui faisant un triomphe. Ils sont venus en famille, en voisins, en potes venus fêter la fin des examens ou le début de l’été. Le spectacle est d’ailleurs aussi dans la salle, et il vaut le détour. Un peu trop long tout de même, avec une fin à épisodes qui n’ajoute rien. Il sera repris (resserré ?) à la rentrée dans cette même salle et, avec un peu de chance, dans le Off d’Avignon. Surveillez les platanes. On le voit, nos hommes-caoutchouc clowns, danseurs et pirates ne doutent de rien. C’est beau, la jeunesse ! 

Olivier Pansieri


Capitaine des cabarets, de Rachdi Zgaren

Compagnie Family Comics

Mise en scène : Rachdi Zgaren et Youssef Hamid

Avec : By, Gurkan, Mourad, Rachdi, Rachid, Shang-Haï, Shiler

Photo : Sheitan-M

www.myspace.com/capitainedescabarets

Une production Faramo | Family Comics | La Reine blanche, avec le soutien de la Mairie de Paris et de la Mairie du 18e arrondissement

www.reineblanche.com/

La Reine blanche • 2 bis, passage Ruelle • 75018 Paris

Métro : La Chapelle, ligne 2

Réservations : 01 40 05 06 96

Dimanche 7 juin 2009 à 19 heures, vendredi 12 juin, vendredi 19 juin, vendredi 10 juillet 2009 à 21 heures

Durée : 1 h 40

20 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher