Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 19:07

Mystères et merveilles

 

Le Théâtre de la Commune propose en ce moment une immersion dans l’univers étrange et prodigieux d’Ézéquiel Garcia-Romeu et François Tomsu. De jeux de mots en tours de passe-passe, un vieil homme entouré de petits bonshommes agiles tente de résoudre l’éternel problème de l’origine du monde. En cette période où des questions existentielles graves et douloureuses nous poursuivent sans relâche, les « Aberrations du documentaliste » sont un ravissement pour l’esprit et le cœur.

 

Dans une bibliothèque poussiéreuse et faiblement éclairée, un documentaliste, à la fois savant et fou, assis à sa table, se parle à lui-même (ou à l’univers tout entier ?). Il disserte sur la création, l’origine du monde et sa fin, la vie et la mort, la connaissance et l’ignorance, la finitude humaine. Et de conclure : « Rore ! ». Et d’épeler : « R.O.R.E. » ! Cela n’a pas de sens, me direz-vous. Mais, finalement, qu’en savons-nous ? Car il n’est pas si fou, ce vieil homme. Même ses aberrations, bien que souvent fantasques, ne sont pas dépourvues de bon sens…

 

Pendant ce temps, la table s’anime. Des trappes s’ouvrent et des petits hommes remontent à la surface. Tantôt une réplique en miniature, ou plutôt un « mini-moi » du documentaliste, tantôt la Mort dans sa cape noire qui se promène, tranquille et moqueuse. On nous avait parlé d’un théâtre de marionnettes. Or je ne vois qu’un vieux documentaliste et de petites personnes étonnantes au visage minutieusement façonné, aux doigts fins et agiles. La table les fait apparaître, mais, aussitôt après, elle les avale, les soustrait à notre regard pour les ramener vers l’inconnu, vers le fond. Elle est la scène dans la scène, à moins qu’elle ne soit le second rôle de la pièce. Quant au documentaliste, de regardé il devient regardeur, spectateur amusé de ce qui se joue sous ses yeux.

 

« Aberrations du documentaliste »

 

Allez, je peux vous le dire : tout est sublime dans cette pièce. La mise en scène règle, de façon intelligente et subtile, tous les détails. Ainsi, le décor intimiste et mystérieux, l’alternance déstabilisante entre lumière tamisée et obscurité, le son – notamment celui d’une goutte d’eau qui tombe inlassablement, nous rappelant que le temps passe – nous procurent le sentiment d’avoir fait un voyage au centre de l’univers.

 

Jacques Fornier (le documentaliste) est lunaire. Ses yeux sont espiègles, ses gestes gracieux. Sa voix est posée et sa diction précise. Elle fait parfois penser à de petites cantates… Quant aux marionnettes, la souplesse de leurs mouvements, la précision de leur marche, de leurs haussements d’épaules est presque confondante. Je vous l’assure, il y a de la vie en elles. D’ailleurs, elles nous renvoient à notre propre image, à notre propre petitesse (tout comme le font les multiples mises en abyme). Ne sommes-nous pas en effet comme ces minuscules marionnettes ?

 

Bien sûr, cette pièce nous rappelle la vanité de l’existence terrestre et l’absurdité de la vie humaine. Avant que la lumière ne s’éteigne pour de bon, une fragile marionnette parcourt la table d’un bout à l’autre, portant sur ses épaules un globe terrestre. En fait, c’est nous que la petite chose porte sur ses épaules. Oui, c’est ce globe terrestre qui n’est pas plus gros qu’un melon. 

 

Caroline Keppi

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Aberrations du documentaliste, d’Ézéquiel Garcia-Romeu et François Tomsu

Cie Ézéquiel - Garcia-Romeu, Le Granit

Mise en scène : Ézéquiel Garcia-Romeu et François Tomsu

Avec : Jacques Fornier

Manipulateurs : Ézéquiel Garcia-Romeu et François Tomsu

Scénographie : Ézéquiel Garcia-Romeu et François Tomsu

Direction technique : Serge Serrano

Régie générale : Alexis Jimenez

Régie lumières : David Pasquier

Régie son : Géraldine Dudouet

Régie plateau : David Gondal

Chef électricien : Siegfried July

Théâtre de la Commune • C.D.N. d’Aubervilliers • 2, rue Édouard-Poisson • Aubervilliers

Réservations indispensables : 01 48 33 16 16

Du 2 au 6 juin 2009 à 19 heures et 21 heures, mercredi 3 juin 2009 à 14 h 30

Durée : 55 minutes

11 € | 7 € | 3 €

En savoir plus sur www.theatredelacommune.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher