Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 22:20

Pour un théâtre ouvert

 

Une rencontre à l’intitulé prometteur se tient au café littéraire du Salon du théâtre ce dimanche : « Un théâtre dans une ville : action culturelle, projet social ? » Les metteurs en scène Christophe Rauck, directeur du Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, et Pascal Rambert, directeur du Théâtre de Gennevilliers, sont invités à nous présenter leur travail à la tête de ces institutions installées en banlieue parisienne. Malgré l’intérêt de leurs propos, la discussion m’a souvent semblé rester à la superficie des questions soulevées.

 

Quelle relation peut unir un théâtre à un territoire, à sa population, à sa réalité sociale ? Comment le théâtre peut-il prendre en compte cette réalité dans son action culturelle ? Et (comment) cette action culturelle peut-elle devenir un projet social, un vecteur de transformation de la réalité ? Telles étaient les questions que je m’attendais à voir débattues cet après-midi. La discussion est toutefois demeurée assez théorique.

 

Évoquant la particularité des contextes sociaux de leurs villes respectives, source à la fois de richesses et de difficultés, Christophe Rauck et Pascal Rambert ont insisté sur la nécessité pour « leurs » théâtres d’évoluer avec le territoire auquel ils sont attachés, de répondre à ce qu’entreprennent les autres acteurs de la ville. Le TGP et le Théâtre de Gennevilliers s’efforcent ainsi de tisser des liens avec les populations locales, travaillant notamment avec des associations. Ils sont étroitement liés à leur mairie, pour des raisons aussi bien historiques que pratiques. Une collaboration qui n’atténue en rien l’indépendance d’institutions nées dans les années 1950 et 1960, aux riches heures du Théâtre national populaire.

 

Plus concrètement, Pascal Rambert et Christophe Rauck nous présentent leurs projets artistiques respectifs. L’un et l’autre œuvrent pour un théâtre ouvert, « poreux » ainsi que le qualifie Pascal Rambert. Ce dernier conçoit en effet son théâtre comme un lieu de perméabilité absolue, source de créativité : perméabilité entre le proche et le lointain, entre des artistes du monde entier et une population locale ; entre les arts eux-mêmes, le Théâtre de Gennevilliers proposant de l’art contemporain sous toutes ses formes, opéra, danse et théâtre ; perméabilité enfin entre le théâtre et son public : sont ainsi proposés des rencontres philosophiques, des ateliers d’écriture gratuits et des répétitions ouvertes. Répétitions ouvertes qui sont aussi au programme du TGP, lequel innove également en consacrant plusieurs week-ends par an à des auteurs vivants tels que Rémi De Vos ou Wajdi Mouawad.

 

La question demeure : quel effet ont ces diverses actions sur la ville, sa population, et le rapport de cette dernière au théâtre ? Sans doute la réponse de Pascal Rambert est-elle sage, lorsqu’il déclare qu’il faut laisser au temps le soin de faire exister les choses. 

 

Sarah del Pino

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Salon du théâtre et de l’édition théâtrale

Entrée libre • de 10 heures à 19 heures

Foire Saint-Germain • place Saint-Sulpice • 75006 Paris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher