Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 19:41

Enquête shakespearienne

 

Connaissons-nous vraiment « Richard III » ? Ce soir, au Théâtre de l’Intervalle, je ne vais pas découvrir l’œuvre de Shakespeare. Bien sûr, je connais en partie l’histoire de ce roi usurpateur, mais j’avoue ne pas avoir toujours saisi l’ensemble des paradoxes du personnage. Allons donc à l’essentiel pour en extraire une nature, un caractère, une personnalité. Là est le pari osé de la Royal Magic Beans Company. Un pari largement relevé !

 

L’enquête est ouverte. Sur la scène un cadavre nous accueille avant même que les lumières ne s’éteignent. Je comprends très vite qu’il s’agira ici de savoir qui a tué Richard III (si toutefois il s’agit d’un meurtre). Il nous faudra remonter les pistes et, pour ce faire, connaître l’histoire de cet homme. Ainsi un arbre généalogique est improvisé et détaillé. L’explication est presque didactique, nourrie par une voix off qui égrène l’histoire familiale pour le moins complexe. Les noms fusent à n’en plus finir, et je me perds. Mais ceci n’est qu’une introduction et tout s’éclaircit peu à peu, l’humour décadent et la légèreté du ton aidant.

 

Pour dépeindre le tableau, il ne sont que trois sur scène, qui incarnent les personnages shakespeariens et trois enquêteurs. Cette adaptation farfelue de Richard III repose, en effet, sur l’alternance d’explications et d’illustrations, le texte de Shakespeare se mêlant aux réflexions des investigateurs. Une véritable performance pour ces comédiens, qui passent admirablement du tout au tout. Alix Denambride est tantôt la mère, tantôt la maîtresse du roi, sans jamais nous égarer. Je suis alors littéralement bluffée par les capacités « schizophréniques » de cette jeune comédienne. La puissance de son interprétation du texte de Shakespeare est remarquable. Pourtant, une minute plus tard, elle nous expose les conséquences dramatiques de ce qui vient de se jouer. D’ailleurs, outre ce coup de cœur très personnel, l’ensemble des comédiens est toujours juste et précis.

 

Bien sûr, la mise en scène et les lumières sont intéressantes. Pourtant, il semble que le bien-fondé de cette création tienne au jeu de ces comédiens prêts à tout. La moindre fausse note aurait été fatale, mais il n’y en aura pas une.

 

Absorbée par la pertinence du jeu, je cherche maintenant à comprendre et à décortiquer la personnalité de Richard III (encore une fois interprété avec talent par le chef des enquêteurs, qui se métamorphose physiquement sur scène). La complexité du personnage est intelligemment mise en exergue. Il n’est pas seulement le roi en puissance, avide de pouvoir, qui conquerra le trône d’Angleterre en assassinant ceux qui se dressent sur son chemin. Cette ambition est, avant tout, une revanche sur une nature ingrate et sur une société qu’il rejette. La noirceur de cette victime devenue bourreau s’explique au fil de la démonstration.

 

Si cette création est audacieuse, elle est surtout réussie. Je suis donc ravie et curieuse de découvrir les futurs projets de la Royal Magic Beans Company, qui déborde résolument de créativité, pour notre plus grand plaisir. 

 

Pascaline Chambon

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Et mon tout est un homme, de la Royal Magic Beans Company

Mise en scène : Emmanuelle Mehring

Avec : Amandine Chance, Alix Denambride, François Robert, Christophe Rosso

Création lumière et son : François Robert

Théâtre de l’Intervalle • 21, rue Royale • 69001 Lyon

Réservations : 04 78 76 11 96

Du 6 au 24 mai 2009, mercredi et jeudi à 19 h 30, vendredi et samedi à 20 h 30, dimanche à 16 h 30

10 € | 14 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher