Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 22:10

Tout est bien qui finit bien

 

Je connaissais bien la pièce, ses marivaudages et ses quiproquos. Je craignais de m’ennuyer un peu, mais ce ne fut pas du tout le cas. Cette jeune compagnie a fait souffler un vent frais sur cette comédie, dont la lecture se trouve dépoussiérée. Décidément, la programmation du Lucernaire offre de belles surprises.

 

La journée promettait d’être belle. Suzon devait épouser Figaro, mais le bonheur joue à cache-cache, se dérobe et ne se laissera pas attraper facilement. Tourbillon de paroles, d’intrigues à rebondissements inattendus et un peu forcés. À devenir fou. On se demande s’il est possible que les esprits se calment sans l’intervention d’un médiateur.

 

Cette histoire de fils qui aurait pu épouser sa mère est un peu tirée par les cheveux. Admettons qu’il soit logique que l’auteur du Barbier de Séville (qui est en quelque sorte le premier épisode de l’histoire de Figaro) ne puisse se retenir de couper les cheveux en quatre.

 

Par bonheur François Ha Van signe une mise en scène très contemporaine et respectueuse d’un texte dont on redécouvre toute la saveur. Il réussit à nous servir la pièce de Beaumarchais entière et intacte. Elle en devient moderne, et on se surprend à en apprécier le fond. Et les costumes contemporains nous font oublier qu’elle a été écrite en 1778. Comme ces querelles de pouvoir résonnent avec justesse ! Terrible dialectique du pouvoir des forts sur les faibles : « prouver que j’ai raison pourrait accorder que je puisse avoir tort ». Alors, n’insistons pas.

 

Le droit de cuissage est chose commune. La misogynie et le sadisme du comte sont poussés à leur paroxysme. Je ne suis pas prête d’oublier son entrée en scène, la tronçonneuse à la main. L’effet comique est saisissant et absolument juste.

 

La distribution est plutôt « jeune » et prometteuse. La plupart des comédiens ont suivi les cours de l’école de formation professionnelle du Vélo volé, que dirige François Ha Van. Il faudrait tous les citer, et, qu’ils me pardonnent, mais j’ai une tendresse particulière pour le jeu délicatement insolent de Julie Quesnay (la Comtesse).

 

Les costumes apportent un éclairage nouveau. Leurs tonalités bleues, blanches et rouges annoncent un avenir républicain. Un camaïeu de bleus désigne le monde du travail. Les « patrons » sont en blanc, dans un stylisme d’inspiration japonisante. Les vêtements de la noce sont coupés dans des tissus unis ou imprimés à dominante rouge. La musique, elle, adoucit les mœurs, avec une adaptation de trois morceaux de l’opéra de Mozart du même nom.

 

Je redécouvre un classique avec plaisir. C’est intelligent et drôle. Enfin une vraie belle comédie qui libère un rire sans réserve, sans complexe et sans vulgarité. Courez-y : ce n’est pas si fréquent. 

 

Marie-Claire Poirier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Mariage de Figaro, de Beaumarchais

Cie Le Vélo volé • 40, rue Coriolis • 75012 Paris

velovole@infonie.fr

Tél.-télécopie : 01 46 28 27 70 | portable : 06 14 41 55 72

Mise en scène : François Ha Van

Avec : Guillaume Tagnati, Julie Quesnay, Rafael Reves, Nathalie Yanoz, Anne Tresmolières, Laurent Suires, Céline Jorrion, Matila Malliarakis, Sylvain Savard, Jean-Baptiste Guinchard, Étienne Durot, Stéphanie Germonpré, Fanny Sidney

Scénographie : Sarah Heitz-Ménard et François Ha Van

Lumières : David Chesneau et François Ha Van

Costumes : Tifenn Deschamps

Musique : Nicolas Teuscher

Musiciens : Nicolas Teuscher (basse), Anna Startseva (violon) et Julie Quesnay (accordéon)

Construction des décors : Pascal Monneau et Moustafa Oushrir

Photos : David Kruger

Le Lucernaire • 53, rue Notre-Dame-des-Champs • 75006 Paris

Réservations : 01 42 22 66 87

Au moins jusque fin août 2009, du mardi au samedi à 21 h 30

Durée : 2 heures

30 € | 20 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Luna 01/05/2011 10:42



J'aime beaucoup "Le mariage de Figaro" de Beaumarchais : cette pièce est très fraîche et dynamique... bon l'opéra de Mozart l'est encore plus !
Je viens d'ailleurs tout juste de publier mon avis sur cette magnifique pièce de théâtre sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Rechercher