Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 19:05

 

« Craig et la Marionnette »

 

Maison Jean-Vilar à Avignon

5 mai au 29 juillet 2009

Coproduction Bibliothèque nationale de France, Association Jean-Vilar, Association nationale des théâtres de marionnettes et des arts associés (THEMAA)

 

Edward Gordon Craig (1872-1966) fut l’un des grands refondateurs de l’art théâtral au début du xxe siècle. Présentée à la Maison Jean-Vilar à Avignon, une sélection de soixante-dix pièces du fonds Craig du département des Arts du spectacle de la BNF permet de mieux appréhender le rôle de la marionnette dans la pensée de ce grand homme de théâtre. Une cinquantaine de prêts consentis par des marionnettistes contemporains atteste par ailleurs la rémanence, le plus souvent inconsciente, de cette pensée dans la pratique d’aujourd’hui.

 

Pour Bruno Racine, président de la BNF, « il est important de montrer au public l’originalité et la puissance d’imagination d’Edward Gordon Craig et de souligner la dette colossale que la scène contemporaine a envers lui. »

 

 

Copeau, Jouvet, Barrault et bien d’autres admiraient Craig pour avoir su assigner au metteur en scène la tâche ambitieuse de rivaliser d’invention poétique avec le dramaturge, et de donner à voir sur scène la poésie latente du texte. Dans la lignée du symbolisme, Craig percevait la marionnette comme une effigie divine, un « modèle de l’homme en mouvement », une création parfaite appelée peut-être à supplanter l’acteur lui-même.

 

L’exposition commence par quelques marionnettes de la collection personnelle de Craig. Elle montre ensuite comment l’homme de théâtre fait évoluer la simple figurine destinée à l’origine à indiquer l’échelle d’une maquette de décor vers une « marionnette » rudimentaire et une nouvelle forme de gravure sur bois, qu’il baptise « Black Figure ». L’école pour l’art du théâtre que Craig a fondée à Florence en 1913 faisait la part belle aux marionnettes : les élèves devaient apprendre à en sculpter eux-mêmes sur le modèle d’une marionnette birmane.

 

 

Mais la création la plus fascinante de Craig est sans conteste la « surmarionnette ». L’acteur humain est, précisément, « trop humain » pour pouvoir fournir, dans sa chair et son aléatoire émotivité, le matériau d’une œuvre d’art. Mais par quoi le remplacer ? Craig parle d’une « surmarionnette » au nom calqué sur celui du surhomme nietzschéen, mais sans préciser ce que ce terme recouvre exactement. Des documents inédits permettent sur ce point de formuler de nouvelles hypothèses qui seront présentées dans cette exposition.

 

Les marionnettes contemporaines sur lesquelles se poursuit le parcours établissent des liens avec la pensée de Craig autour de différents axes : les traditions revisitées ; le rejet du réalisme ; l’acteur marionnettisé ; l’exploration de l’espace et du mouvement ; le jeu avec la langue ; la transmission.

 

L’exposition « Craig et la Marionnette » sera présentée à Charleville-Mézières, au musée de l’Ardenne, du 18 septembre au 4 octobre 2009, à l’occasion du Festival mondial des théâtres de marionnettes (18-27 septembre 2009).

 

Recueilli par

Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Exposition « Craig et la Marionnette », du 5 mai au 29 juillet 2009

Maison Jean-Vilar • 8, rue de Mons • 84000 Avignon

Horaires d’ouverture :

– jusqu’au 7 juillet 2009 : 9 heures à 12 heures et 13 h 30 à 17 h 30, du mardi au vendredi, 10 heures à 17 heures le samedi

– à partir du 7 juillet 2009 et pendant la durée du Festival d’Avignon : 10 h 30 à 18 h 30 tous les jours

Fermeture le 14 juillet 2009

Entrée : 3 €

Commissariat :

– Patrick Le Bœuf, conservateur au département des Arts du spectacle, BNF

– Évelyne Lecucq, comédienne, auteur et essayiste, Association nationale des théâtres de marionnettes et des arts associés (THEMAA)

Scénographie : Violette Cros

Réalisation technique : Association Jean-Vilar-BNF

Publication :

Craig et la Marionnette, sous la direction de Patrick Le Bœuf

Coédition Actes Sud-BNF

Broché, 19,6 × 25,5 cm

120 pages et 120 illustrations couleur

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher