Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 17:47

Ah, l’amour…

 

Dans une nouvelle version présentée au Théâtre musical Marsoulan de Paris, « Coups de foudre » propose une histoire d’amour construite à partir des standards de la variété musicale française et internationale. Allant des années 1950 à nos jours et dans une atmosphère entre le Rocky Horror Picture Show et Broadway, ce spectacle musical nous prend dans ses filets. Description d’une création populaire et réussie.

 

Vingt et une heure trente. On se presse dans le hall du Théâtre Marsoulan. À l’image d’une jeune fille maniant savamment les règles ancestrales de la séduction, le spectacle se fait désirer. Des voix grognonnes et des questionnements inquiets s’élèvent de l’assistance : « Mais qu’est-ce qu’ils font ? », « Quelqu’un sait ce qu’il se passe ? ». Patience. L’ouvreuse entrebâille enfin les portes avec la savante dose de retard qui transforme un simple rendez-vous en un évènement. On entre dans la salle et on laisse un peu nos humeurs s’adoucir à mesure que s’abaissent les lumières.

 

Au moment où on ne les attendait presque plus, les comédiens prennent place sur scène. Je l’avoue, j’ai encore quelques a priori. Dans un décor sombre, évoquant à la fois les antiques tragédies grecques et un univers « burtonien », l’amère et maléfique Éris entonne les prémices d’une histoire connue depuis toujours : l’amour.

 

Vouant une haine féroce à cet intolérable sentiment, cette sorcière et ses sbires vont s’escrimer à faire grandir les désillusions dans le cœur de ceux qui ont quelque inclinaison pour cette insupportable émotion. Ainsi, les « rouge passion » Jason et Cassandre, le candide Alceste et la romantique Daphné vont tomber dans les méandres déployés par les soudards d’Éris jamais à court de mauvais coups. En quatre tableaux tout en chansons, ces personnages vont faire l’expérience de toutes les désillusions et toutes les surprises que comporte le lexique amoureux.

 

 

Cette aventure se révèle alors un rafraîchissant mélange de références liées à la tradition du chant dans le spectacle. La mise en scène fait des clins d’œil aux chœurs de la tragédie grecque (par de déjantées Érynies), évoque l’opéra, ou reprend plus simplement les codes du cinéma et de la comédie musicale. Le tout bercé par une esthétique oscillant entre le grotesque et l’inquiétant, le rêve et la réalité.

 

Je me détends. Je ris même, et me laisse entraîner par ce zapping malicieux mené par des comédiens énergiques. Ces derniers prennent un plaisir partagé à détourner le sens originel des chansons et à superposer les registres musicaux. Sous leurs caricatures, les paroles de Boris Vian, Jacques Brel ou Bashung répondent avec naturel à celles de Niagara, Lorie ou Joey Star. L’amour apparaît sous toutes ses coutures. Qu’il passe par la voix au coffre étonnant d’Éris ou par les frêles et enfantins couplets de Daphné, on a beau traverser les âges et les genres, on se rend finalement compte que l’histoire est toujours la même. Ainsi, l’interprétation habile et décomplexée de ces douze comédiens parvient à nous étonner et à nous faire redécouvrir une histoire pourtant au moins une fois déjà vécue.

 

Un moment surprenant, donc. La seule ombre au tableau de ce joli divertissement serait peut-être quelques longueurs vers la fin du spectacle. Cependant, je dois l’avouer, en plus d’avoir passé un bon moment, il me prend en sortant comme l’irrépressible envie de chantonner, sourire aux lèvres, des refrains que j’avais oubliés. Alors, il serait dommage de ne pas se laisser porter par ce spectacle léger qui a le mérite, qui plus est, de réconcilier les générations. 

 

Maud Dubief

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Coups de foudre, de Jean-Baptiste Arnal, Gabrielle Laurens et Catherine Robert

Fantaisies Prod • 9, rue Notre-Dame-de-Lorette • 75009 Paris

01 42 81 96 99 | 06 22 27 93 78

fanaisiesprod@gmail.com

www.coupsdefoudre.fr

Mise en scène : Jean-Baptiste Arnal

Avec : Aurélia Arnaud, Matthieu d’Aurey, François Borand, Lorelyne Foti, Célia Delaruelle, Cécile Dumoutier, Julien Salvia, Gabrielle Laurens, Emmanuel Vacarisas, Angélique Fridblatt, Vanessa Cailhol, Rachel Pignot

Direction musicale et arrangements : Raphaël Callandreau

Chorégraphie : Catherine Arondel

Création costumes : Mariannick Poulhes

Création décors : Éric Klatt

Théâtre musical Marsoulan • 20, rue Marsoulan • 75012 Paris

Réservations : 01 43 41 54 92

www.theatremarsoulan.com

Du 30 avril au 3 juillet 2009, les jeudis à 21 h 30 et les vendredis à 19 h 30

Durée : 1 h 15

18 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher