Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 03:28

Bouillon de cultures


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Les « Variations autour de la viole(s) » proposées au Théâtre de Fontainebleau se présentaient comme une curiosité scénique. Prenez une viole de gambe, un contre-ténor et une danseuse hip-hop, secouez bien et laissez cuire une heure…

Le risque, dans ce genre d’entreprise, est de ne pas dépasser un niveau anecdotique et ostensiblement didactique (on voit vite venir le sens de la démonstration : eh oui, une danseuse hip-hop et un contre-ténor sur une même scène ne provoquent pas un effondrement du théâtre !). Restait donc à passer du supportable à l’intéressant, et de l’intéressant à… à quoi d’ailleurs ? C’est un spectacle qui « ne s’explique pas, qui se ressent », suggérait l’excellent chanteur Robert Expert après la représentation. Et il est vrai que l’on « ressent » beaucoup. C’est un spectacle sur le ressenti primitif, empirique, de tout un chacun confronté à l’art, et en particulier à la musique.

C’est ce qui ressort de l’ouverture du spectacle : au son d’une très classique viole de gambe, voilà que le corps de la danseuse s’anime, se contorsionne avec une grâce à la fois saccadée et élastique. Réaction sans mots, pure expression d’un ressenti spontané et qui n’a pas besoin d’intermédiaire. Mieux : voilà qu’arrive le contre-ténor, vêtu d’une sorte de restant de costume baroque avec moult rubans et fanfreluches. Et nous voici partis dans un Stabat mater inédit, au cours duquel là aussi la danseuse répond sans comprendre (les mots chantés), mais en percevant de tout son être un quelque chose d’insondable et, assurément, physique. Le corps comme une caisse de résonance.

« Variations autour de la viole(s) » | © Chantal Depagne

Dans cet enchaînement de séquence jouées, chantées et dansées se succèdent des moments comiques ou émouvants, ou souvent les deux… Le décloisonnement est aussi à l’œuvre dans le choix des musiques, qui inclut Bach, Sainte-Colombe, mais aussi les contemporains Noriko Baba, Franck Gervais et Éric Fischer. Tous, ici, sont mis à égalité. Une belle leçon de tolérance et d’ouverture qui porte avec courage la défense de la culture, de toutes les cultures.

Le spectacle parvient donc à dépasser le statut de simple curiosité et émeut notamment grâce à de nombreuses très belles idées de mise en scène. Une des plus poétiques arrive à la toute fin, quand la danseuse et le chanteur, qui ont fini par s’apprivoiser, posent sur des pupitres des feuilles de papier. Là, comme par magie, une grande photo de famille ( ?) sépia projetée depuis la salle frappe la scène, les corps des protagonistes et les feuilles de papier transformées en autant de portraits. Comme si les corps étaient semblables à une pellicule photographique pouvant être, littéralement, impressionnée par une plus ou moins longue exposition… Ne refusons pas les influences, nous sommes multiples, et plus riches dans la diversité que cloisonnés chacun dans les domaines que nous connaissons déjà.

Voilà donc un spectacle étonnant et touchant, qui bouscule nos repères avec humour et intelligence, comme on aimerait en voir plus souvent. À noter que cette représentation inaugure une résidence de la Péniche Opéra dans le sud de la Seine-et-Marne et en particulier à Fontainebleau pour les trois années à venir. Voilà qui s’annonce bien ! 

Céline Doukhan


Variations autour de la viole(s)

Cie La Péniche Opéra • bassin de la Villette • 46, quai de Loire • 75019 Paris

01 53 35 07 76 | télécopie : 01 53 26 91 93

penicheopera@hotmail.com

www.penicheopera.com

Direction musicale : Robert Expert et Marianne Muller

Chorégraphie : Nathalie Pernette

Assistante chorégraphe : Regina Meier

Mise en scène : Mireille Larroche

Avec : Robert Expert, contre-ténor ; Emily Audoin, viole de gambe ; et Magali Duclos, danseuse hip-hop

Lumière et régie générale : Jean Grison

Costumes : Les Vertugadins

Œuvres d’Abel, Bach, Sances, Le Camus, Hume, Calestani, Rognoni, Porpora, Haendel, Sainte-Colombe, d’India, Purcell et trois commandes passées par La Péniche Opéra et Musique nouvelle en liberté à Noriko Baba, Franck Gervais et Éric Fischer

Coproduction : J.M.F., Musique nouvelle en liberté, Péniche Opéra, S.P.E.D.I.D.A.M.

Théâtre de Fontainebleau • rue Denecourt • 77300 Fontainebleau

Réservations : 01 64 22 26 91

Durée : 1 heure

Tournée :

– Fontainebleau le 28 avril 2009

– à Poissy le mardi 5 mai 2009

– Le Havre le 7 mai 2009

– Guingamp le 22 mai 2009

– Lamballe le 29 mai 2009

– Saint-Cloud

– Perpignan

– Orthez…

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher