Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 16:02

Le contexte : Avignon et ses festivals

 

Le « IN »

Créé en 1947 par Jean Vilar, le Festival d’Avignon, est sur le plan national et international, reconnu comme l’un des plus importants rendez-vous culturels de France.

Cinquante-neuf années ont passé depuis la création de la « Semaine d’art dramatique »… Tout ou presque a changé. La durée : d’une semaine à l’origine, avec quelques spectacles, le Festival se déroule désormais pendant trois à quatre semaines chaque année en juillet. Il a essaimé ses représentations dans d’autres lieux que la mythique cour d’Honneur, dans une quarantaine de sites aménagés pour la circonstance (écoles, chapelles, gymnases, etc.).

Communément appelé le « In », il est directement financé par le ministère de la Culture, les collectivités territoriales et la ville d’Avignon.

Il fait partie des emblèmes de notre patrimoine culturel.

 

Le « OFF »

Autour du Festival « in », s’est développé un espace théâtral plus spontané, « inventé » dès 1963 par André Benedetto. Le Festival « off » qui, tirant sa première vigueur de l’esprit de 1968, a poursuivi son expansion en investissant massivement près d’une centaine de lieux, parfois transformés avec ingéniosité en espace d’accueil pour l’exercice théâtral.

En 1982, un acteur, Alain Léonard, a l’idée de mettre un peu de lisibilité dans cette gigantesque foire et fonde Avignon Public Off (APO), dont le projet initial est de fabriquer un programme répertoriant tous les spectacles du Off.

Le Off, festival alternatif, est devenu une réalité incontestable dans le paysage culturel national. C’est un des plus grands festivals de compagnies indépendantes au monde, par la richesse et la diversité de ses offres culturelles.

Il bénéficie d’un nombreux public, pluriel dans sa composition et passionné de spectacle vivant dans tous ses genres et sous toutes ses formes. Il est aussi, de l’avis de ces publics, le véritable terreau qui fertilise la création artistique en France.

 

La crise

La crise ouverte, que traversent depuis de plus de vingt ans les métiers du spectacle et qui s’est violemment cristallisée autour de la réforme du régime de l’intermittence, a entraîné en 2003 l’annulation de plusieurs grands festivals nationaux et, chose exceptionnelle, celle de l’emblématique Festival d’Avignon, le In.

Cette annulation a également mis en lumière l’absence de visibilité du Festival off, puisque le lendemain de l’annulation du In, la quasi-totalité des médias nationaux titrait : « Le Festival d’Avignon est mort. »

 

Le schisme

Quelques directeurs de lieux, artistes ou techniciens réagissaient aussitôt devant ce qu’ils considéraient comme une décision unilatérale et décidaient de créer l’Association des lieux de Festival en Avignon (ALFA), d’interpeller APO et de lui soumettre des propositions de changement radicales. De nombreuses rencontres et propositions ont eu lieu à partir de l’automne 2003 et devant le refus de tout changement de la part d’APO, ALFA éditait un programme différent ainsi que des cartes d’abonnés pour le Festival 2004.

Classé par lieu, le programme d’ALFA, laissait une plus large place aux compagnies, définissait clairement la ligne artistique des lieux. L’ambition déclarée étant d’améliorer la lisibilité et la pertinence du Off, de permettre un pluralisme salutaire et créatif et enfin, à travers les recettes générées par la vente des cartes abonnés, de dégager les moyens d’une véritable solidarité entre les compagnies, le public et les lieux.

Cette solidarité passait par la création d’un fonds d’action artistique. Ce fonds a été mis en place et a permis d’aider à la diffusion de 5 spectacles présentés lors du Festival 2005, de 12 spectacles en 2006, ainsi que la création de 2 festivals et plusieurs résidences d’artistes.

 

Premier pas vers l’unité

1) Le protocole d’accord

À l’issue du Festival 2004, Avignon Public Off décidait enfin de rencontrer ALFA pour véritablement dialoguer sur l’avenir du Off. Un protocole d’accord entre ces deux associations venait sceller ce dialogue. Il aboutissait peu avant l’été 2005, à la création d’une association : CFO (Cartes Festival Off), coprésidée par un représentant d’APO et un représentant d’ALFA, et dont l’un des buts principaux était la gestion des cartes d’abonnés des publics du Festival et la mise en place de la redistribution d’une partie des recettes ainsi réalisées vers des fonds d’actions artistisques. 60 % de la somme globale servait encore au financement d’APO.

2) Le protocole portait également sur la réalisation d’un programme unique et exhaustif intégrant toutes les revendications formulées par ALFA puisqu’il mentionnait les débats, évènements, expositions, rencontres du Off…

 

L’élargissement

Dans la foulée, ce protocole a été immédiatement élargi aux Scènes d’Avignon, association constituée des 5 théâtres conventionnés par la ville d’Avignon (les Carmes, le Chêne noir, le Chien qui fume, le Balcon et les Halles) ainsi qu’à ARTO (Avignon réseau théâtres œuvres), association créée au printemps 2005 et regroupant une douzaine de lieux.

Les recettes des cartes redistribuées auprès des 4 partenaires de CFO ont permis de développer des projets artistiques initiés par les associations de lieux et notamment :
– Pour ALFA, des résidences de création à Avignon à l’automne 2005.
– Pour les Scènes, le festival Scènes d’Avignon et Compagnies dédié aux jeunes compagnies théâtrales de la région PACA en janvier 2006.

La signature du protocole et la bonne volonté affichée de tous les partenaires a permis en 2005 un Festival apaisé.

 

L’appel à l’union

Sollicité par ses pairs (les Scènes d’Avignon), par 34 des 36 directeurs de lieux de l’association ALFA et par des indépendants, l’auteur, poète, metteur en scène André Benedetto, père fondateur du Off, figure emblématique des acteurs culturels avignonnais, président de l’association les Scènes d’Avignon, lance un appel en février 2006 pour tenter de constituer cette « maison commune du Off », qui rassemblerait toutes les sensibilités.

Quelques extraits de cet appel :
« […] L’année dernière, le Off a enfin pu offrir au public un programme complet unique ainsi qu’une carte d’abonnement. Ce qui fut une bonne chose pour les compagnies et pour les spectateurs. Et tout le monde s’en est félicité.
Depuis la rentrée, la longue refondation chaotique et controversée d’Avignon Public Off a entraîné une situation telle que nous sommes à la veille d’une nouvelle scission […].
[…] À la suite de nombreuses rencontres, réunions et débats, à la demande de beaucoup de structures rattachées ou non aux diverses associations de théâtres, impliquées dans la préparation du Festival, et de personnes de bonne volonté, je lance un appel à l’union. […]
[…] La maison commune à direction collégiale est un concept qui dépasse les intérêts particuliers pour ne se préoccuper que de l’intérêt général. Il n’y a pas de pouvoir à prendre dans cette maison, mais des responsabilités à partager pour se livrer à une tâche simple : établir un seul et unique programme.
À plus tard et tous ensemble l’élaboration d’un vrai projet ambitieux. »

Le 20 février, des représentants de compagnies et de lieux décidaient de mettre en place une « maison commune paritaire et collégiale », intitulée Avignon Festival & Compagnies (AF&C).

Cette décision a été prise à une très large majorité, exception faite des représentants d’AFO qui se sont retirés et de ceux d’ARTO qui se sont abstenus.

 

Recueilli par

Vincent Cambier

www.lestroiscoups.com


Source : service de presse Bodo

pourbodo@club-internet.fr

Renseignements pour le public

04 32 76 35 35

www.avignonfestivaletcompagnies.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher