Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 16:45

Cocktail surprise

 

C’est du boulevard, et du très bon. Philippe Nicolitch nous offre avec « Cosmopolitain » une première pièce à l’écriture alerte, à l’humour « so british », truffé de perles à ressortir dans votre prochain dîner mondain. Un jeune auteur à suivre, à coup sûr.

 

L’histoire se passe dans un salon, au design minimaliste et fonctionnel. Au mur, une toile aux figures géométriques. Couleurs vives, lignes brisées. À l’image de ceux qui gravitent autour du couple que forment Jean-Luc et Hélène.

 

Le premier est architecte de cages à lapin pour grabataires, réglé comme du dessin technique. L’épouse, un peu greluche, est engoncée dans son foyer. Dans Un Indien dans la ville, Arielle Dombasle était obsédée par ses chakras, la belle Hélène que joue Cindy François est ici préoccupée par ses « irrigations ». Un couple pas folichon, mais follement drôle. Cindy François confirme ici son grand talent, là où Jean-Paul Figasso semble parfois un peu pataud. Mais, patience, c’est son premier rôle.

 

Cette vie pépère bascule lors d’un dîner de famille avec les parents de Jean-Luc. Marie, que Jocelyne Millet incarne à la Maria Pacôme, est admirable : alcoolique, déprimée par son déménagement dans une banlieue très rurale, elle crépite d’esprit. Son mari, Albert (Pierre Vorméringer), est trop effacé pour ne rien avoir à cacher.

 

Mais c’est avec l’arrivée de Clothilde, puis de Rachid, que tout part en vrille. La sœur de Jean-Luc (Charlotte Deyzac) a suivi au Népal Jennifer, une camionneuse anglaise (au propre comme au figuré). Le bellâtre marocain (Fabrice Milich), lui, va provoquer de surprenantes révélations. Derrière son apparente légèreté, cette comédie évoque la lesbophobie, l’adoption par des homos, le racisme, la bisexualité… de manière juste, en évitant toujours le cliché.

 

Les comédiens, formés pour la plupart à l’école du New-Yorkais John Strasberg, sont plus talentueux les uns que les autres. Ils sont admirablement dirigés par Catherine Mongodin, qui a fourbi ses armes dans un répertoire plus classique. Elle nous offre de Cosmopolitain une adaptation tonique qui nous laisse tout exténués d’hilarité. 

 

Olivier Pradel

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Cosmopolitain, de Philippe Nicolitch

Compagnie du Nez-en-Moins

Dans le cadre du troisième Festival parisien du théâtre gay et lesbien

Mise en scène : Catherine Mongodin

Assistance à la mise en scène : Christelle Garcia-Moya, Laure Maloisel

Avec : Charlotte Deyzac (Clothilde), Jean-Paul Figasso (Jean-Luc), Cindy François (Hélène), Fabrice Milich (Rachid), Jocelyne Millet (Marie), Pierre Vorméringer (Albert)

Costumes : Théâtre des Quartiers-d’Ivry

Lumières : Emmanuel Faure

Accessoires : Cécilia Da Mota, Patricia Echraghi, Bernard Alix

Théâtre Côté cour • 12, rue Édouard-Lockroy • 75011 Paris

Réservations : 01 47 00 43 55

Le 18 avril 2009 à 18 heures, les 19 et 25 avril 2009 à 20 heures, le 23 avril 2009 à 22 heures

Durée : 1 h 5

15 € | 12 € au profit de S.O.S.-homophobie

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher