Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 17:59

Amusant ou inquiétant délire ?


Par Olivier Pradel

Les Trois Coups.com


« Je deviens fou ! Qui me sauvera ? » Raphaël d’Olce interprète avec talent le journal d’un jeune Normand du xixe siècle, sombrant dans la folie. Son adaptation, tout en légèreté, n’en est pas moins inquiétante.

Au premier rang, un enfant rit franchement. Puis cesse, interloqué par le jeu du comédien, Raphaël d’Olce. L’artiste a du talent. Et multiple, puisque, s’étant frotté aux beaux-arts et aux arts appliqués, il signe aussi l’affiche de son spectacle.

D’Olce nous donne à entendre le Horla de Maupassant, d’après le texte le plus abouti de ses trois versions, éditées entre 1885 et 1887. L’œuvre semble annoncer la paranoïa qui submergera l’auteur six ans plus tard… Il adapte cette nouvelle de manière très originale, dans la cave d’un restaurant. Dans un décor de pierres apparentes, en huis clos, son interprétation rythmée, soignée, est soulignée par une diction parfaite. D’Olce entraîne son public à ressentir toute une brassée d’émotions : de la joie frétillante d’un matin naissant à la suante angoisse d’une nuit de pleine lune.

« le Horla »

Le temps d’un été en bord de Seine, un jeune homme tient un journal intime, inachevé. Entre légèreté et inquiétude, d’Olce promène son public dans les dédales intérieurs d’un homme confronté aux prémices de sa folie. Le surprend souvent. Le narrateur est-il aliéné par un « rôdeur d’une race surnaturelle » ? Ou confronté à son inconscient qui sombre dans le délire ? Quelle est la nature de cette emprise ? Dans une vie des plus réelles, surgit brutalement un évènement mystérieux, inexplicable, inadmissible…

Au-delà de l’histoire de son unique personnage, Maupassant restitue une époque par le prisme fantastique, comme le firent certains de ses contemporains : il y a ici un peu des Histoires extraordinaires de Poe ou de la Vénus d’Ille de Mérimée. Ce xixe siècle est traversé par des découvertes exotiques, évoquées par un étrange bateau brésilien aperçu par le héros depuis sa terrasse. L’époque est partagée entre curiosité scientifique et tradition chrétienne, évoquée par un moine du mont Saint-Michel. Siècle friand d’ésotérisme et d’hypnose. Teinté d’un scientisme omniprésent qui aborde toute nouveauté, même la plus intrigante, avec une froide rationalité.

Tout au long du spectacle, l’histoire paraît mystérieuse, mais peut-être perçue comme insignifiante jusqu’au drame final, horrible. Le public cesse alors de rire. Définitivement. Et s’inquiète. Vraiment. À voir absolument, pour être dépaysé. Doucement effrayé, aussi. 

Olivier Pradel


Le Horla, de Guy de Maupassant

Compagnie Emporte-voix • 5, rue de Mèches • 94000 Créteil

contact@emportevoix.fr

www.emportevoix.com

Mise en scène : Raphaël d’Olce

Avec : Raphaël d’Olce

Direction artistique : Arnaud Beunaiche

Le Kibélé • 12, rue de l’Échiquier • 75010 Paris

http://www.kibele.fr/

Réservations : 06 63 26 38 34

Les 1, 8 et 29 avril et le 6 mai 2009 à 20 heures

Durée : 1 heure

10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher