Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 12:50

Voyage intérieur déroutant

 

Si « le chemin se fait en marchant », il se fait presque toujours avec des bagages. Et quels bagages ? Souvent ceux que nous avons été chargés de porter. « Bag lady », littéralement la « femme au sac », nous invite à écouter, aux détours de sa route, ce qu’il y a dans son sac et qui l’empêche d’aller plus loin. Une errance qui mérite d’être entendue, certes, mais pas seulement. Une douleur profonde qui ne trouve malheureusement pas tout à fait l’écho qu’il faudrait au fond de nos âmes.

 

Nous sommes tous chargés d’histoires. Mais il y a des histoires plus lourdes que d’autres, plus emcombrantes, plus traumatisantes. C’est précisément le cas de cette jeune femme qui apparaît au lointain dans cet espace blanc et vide. Où sommes-nous ? Dans un terrain vague ? Un parking ? Un sous-sol ? Quelle importance ? Quelle importance pour cette femme qui en a tant sur le cœur ? Cette femme, au regard fort et sombre, qui vient de nulle part et qui semble pourtant aller quelque part, nous intrigue. Le silence et le néant qui l’entourent sont tout aussi intriguants. Aucun indice. Rien. Le vide.


Et pourtant, déjà, le blanc omniprésent des murs bruts raconte. Les poteaux réguliers et symétriques qui balisent son itinéraire sont autant de stigmates d’un passé tourmenté qu’elle fuit à pas incertains. Une poussière blanche parsème le sol comme une empreinte multiple de ses souvenirs dissous en elle. Tous ces petits détails, non laissés au hasard, agissent finement sur notre perception de sa présence. Il est vrai que cet espace en friche est particulièrement bien choisi, comme en écho au désordre intérieur de cette femme. À la manière de Marguerite Duras, ici « tout écrit ».


Puis il y a les mots. Des mots qui, au premier abord, ne font pas sens, mais qui se construisent peu à peu ensemble pour nous laisser percevoir, de-ci de-là, une bribe de souvenir, une confession confuse, un délire angoissant, une imagination pleine d’espoir. Des mots dont la poésie singulière est fondue dans le timbre de voix sombre particulièrement choisi de Cécile Garcia-Fogel. Une comédienne qui offre très justement son corps au tumulte de l’errance, son regard à l’espoir noir.


Ainsi, elle se montre devant nous autant fragile que forte avec une belle nuance tout en finesse. Une finesse de composition qui est remarquable, mais qui, néanmoins, ne nous touche pas autant qu’elle pourrait. Tel un ouragan de folie, de blessures, de cicatrices, les maux de cette femme écorchée vive ne nous suffisent pas. Nous avons besoin de respirer avec elle, mais cette respiration, comme une suspension nécessaire, n’est pas complètement au rendez-vous. Et c’est dommage. Car tout y est. Le texte et la mise en scène résonnent tous deux très fortement dans cet espace vide. Les images et les partis pris sont justes. La question de l’intensité reste en suspens, comme une touche de désordre intentionnel ou non. Baglady n’en reste pas moins un moment unique et vrai qui soulève des questions peu traitées au théâtre. 


Angèle Lemort

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Baglady, de Franck McGuiness (traduction de Joseph Long)

Théâtre du Nord • 4, place du Général-de-Gaulle • B.P. 302 • 59026 Lille cedex

03 20 14 24 24

www.theatredunord.fr

Mise en scène : Stuart Seide

Assistante à la mise en scène : Fabienne Lottin

Avec : Cécile Garcia-Fogel

Scénographie : Charles Marty

Costumes : Fabienne Varoutsikos

Lumière : Jean-Pascal Pracht

Musique : Marc-Olivier Dupin

Maquillages : Catherine Nicolas

Photo : © Anne Nordman

Théâtre Gérard-Philipe • 59, boulevard Jules-Guesde • 93207 Saint-Denis

Réservations : 01 48 13 70 00

Du 24 mars au 12 avril 2009, du lundi au vendredi à 21 heures, samedi à 19 heures, dimanche à 15 h 30, relâche les 25, 27, 30 mars 2009 et 1er, 3, 7, 9 avril 2009

Durée : 1 heure

20 € | 15 € | 13 € | 10 € | 6 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher