Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 00:40

Il manquait quelque chose…


Par Aurore Krol

Les Trois Coups.com


Louise Lecavalier est une artiste hors pair qui marque la danse contemporaine depuis une vingtaine d’années. Longue chevelure blonde, visage expressif, souplesse hors du commun et attitudes théâtrales font d’elle une interprète marquante et polyvalente. En travaillant avec trois chorégraphes différents pour sa nouvelle création, elle souhaitait explorer une « fascination pour l’impulsion du mouvement précédant toute forme de communication humaine, celle qui permet de lire l’âme ».

Le spectacle se découpe en trois parties, mais il n’est en rien un triptyque. Chaque chorégraphie a ses enjeux distincts, et possède son titre propre. La première partie, Lone Epic, courte, enjouée, dynamique, est en lien direct avec la musique du film Citizen Kane. La danseuse y est d’abord la chef d’orchestre d’une sorte de concerto invisible. Des mots, matériellement présents ou évoqués par de simples traces lumineuses, interrogent l’émotion et suggèrent des pensées secrètes. Une question finira par se dessiner sur scène, n’obtiendra pas de réponse, maintiendra le spectateur dans le mystère.

Tous ces mots apparaissent, reviennent comme des flashs subliminaux, comme un oubli difficile. Polyphonique, cette première danse est emplie de théâtralité et se prête à merveille aux clins d’œil cinématographiques. Elle nous emporte dans les sentiments intimes d’une femme, dans quelques épisodes de sa vie, jusqu’à ce qui semble un adieu sur le quai d’une gare. Une image qui se ressent comme un générique de fin hollywoodienne…

Le deuxième épisode, Lula and the Sailor, est un duo assez étrange et détaché de toute narration. Un revêtement de sol de forme carrée a été déroulé au centre de la scène comme pour géométriser et structurer l’ensemble. Un homme et une femme se croisent, appréhendent un espace commun sans forcément s’y rencontrer. Les corps alternent entre postures miroirs et gestes dissymétriques, mais n’agissent jamais en couple. Le rapport à l’autre est quasi inexistant, dépourvu de contacts physiques ou de complicités visuelles.

Enfin, une troisième partie, « I » Is Memory, se veut une performance autour de l’articulation. Guidée par un son électronique et grésillant, par une musique s’apparentant à la transe, la danseuse y semble sous hypnose auditive. Ses gestes, d’abord hésitants, finissent par être des réponses à ces stimuli sonores. Plusieurs images viennent à l’esprit : la maladie, le handicap, la métamorphose, l’animalité… Mais, si cette chorégraphie est la plus évocatrice, c’est également celle qui a fini par m’ennuyer. Observer pendant quarante-cinq minutes des contorsions maladives au ralenti est une épreuve qui provoque finalement comme un sentiment de rejet. La lenteur de cette dernière partie a un effet crispant et douloureux sur le spectateur. On ressent comme une gêne physique face à ce corps contorsionné, trituré, aux articulations malmenées. Cela intéresse bien sûr, mais cela ne touche pas, et on finit par se détacher de cette danse très (trop ?) conceptuelle.

De la plus concrète à la plus abstraite, ces trois histoires sont entrecoupées par des changements de décor qui font partie intégrante du spectacle. L’aspect technique ainsi mis au jour rend le spectateur complice des rouages et coulisses de la scène, donne une touche intimiste à l’ensemble. Les techniciens sont quasiment à voir eux aussi comme des performeurs, sont comme des microspectacles entre les trois chorégraphies. Ils ont d’ailleurs été spontanément applaudis lors de leurs différentes interventions.

Au final, on ressort de la salle avec l’impression qu’il manquait quelque chose. Était-ce le manque de cohérence entre les trois parties ? La faiblesse des éléments narratifs de la deuxième danse ? La longueur de la dernière ? Certes on a assisté à de grandes prouesses artistiques, mais on aurait aimé plus, on aurait aimé être marqué, recevoir l’empreinte de ces chorégraphies et en rester imprégné. Cela aurait contribué à donner une puissance vive à ce qui n’est qu’un bel exercice de style. Reste le talent, l’originalité et la personnalité charismatique de Louise Lecavalier. 

Aurore Krol


Lone Epic | Lula and the Sailor | « I » Is Memory, de Crystal Pite, Tedd Robinson et Benoît Lachambre

Lone Epic

Chorégraphie : Crystal Pite

Interprète : Louise Lecavalier

Musique : extraits de Citizen Kane (avec l’autorisation
de Varèse Sarabande Records), Bernard Herrmann

Lumières : Lucie Bazzo

Costume : Anne-Marie Veevaete

Mixage sonore : Owen Belton, Diane Labrosse

Répétitrice : France Bruyère

Durée : 16 min

Lula and the Sailor

Chorégraphie : Tedd Robinson

Interprètes : Louise Lecavalier, Éric Beauchesne

Musique originale : Yannick Rieu

Lumières : Jean-Philippe Trépanier

Costumes : Yso, Dubuc

Répétitrice : France Bruyère

Production Fou glorieux, Ten Gates Dancing

Coproduction : Théâtre de la Ville, Paris ; la Biennale de Venise ; l’Agora de la danse, Montréal ; et le Centre national des arts, Ottawa

Durée : 12 min

« I » Is Memory

Chorégraphie : Benoît Lachambre

Interprète : Louise Lecavalier

Musique originale : Laurent Maslé

Lumières : Jean Philippe Trépanier

Accessoires : Louis-Philippe Saint-Arnault

Répétitrice : France Bruyère

Durée : 45 min

Production : Production « I » Is Memory et Lone Epic : Fou glorieux, en coproduction avec STEPS # 10, Suisse ; Théâtre de la Ville, Paris ; Tanz im August-Internationales Tranzfest, Berlin ; Aarhus Festuge, Aarhus ; Centre national des arts, Ottawa ; L’Usine C, Montréal ; en partenariat avec les diffuseurs du Canada

Fou glorieux : administration, Suzanne Benoit ; coordination de tournée et communications, Anne Viau ; direction technique et régie de scène, Lucie Bazzo ; agent, Uriel Luft, Atmo Productions

www.louiselecavalier.com

Théâtre national de Bretagne, salle Serreau • 1, rue Saint-Hélier • 35000 Rennes

Réservations : 02 99 31 12 31 ou www.t-n-b.fr

Du 18 au 20 mars 2009 à 20 heures, sauf le 20 mars à 21 heures

Durée : 1 h 20

23 € | 17 € | 12 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher