Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 14:01

L’Expérience japonaise :
en crescendo


Par Fatima Miloudi

Les Trois Coups.com


La compagnie Baby Q en est à son deuxième passage à Nîmes. Déjà présente en 2007, gageons qu’elle reviendra. La sélection chorégraphique, de la toute dernière création de Yoko Higashino, « Watashi wa sosorareru | I Am Aroused » aux œuvres à peine plus anciennes, a ensorcelé par son inquiétante beauté.

Entrons dans son univers. Elle nous y convie. Tandis que les spectateurs s’installent, une jeune femme en tutu blanc et perruque blonde, danse devant le rideau si rouge intense du théâtre. Mais, quelque chose, au-delà de la jolie poupée virevoltante, nous interroge. Les traits de son visage, dissimulé derrière un voile tendu, sont effacés. Petite danseuse, élégante, au corps sans tête. Le spectacle à peine commencé, on sait déjà que le fil directeur sera celui de la présence ou de l’effacement de l’humain, particulièrement de la femme.

Un face-à-face. Une danseuse, image virginale, dos au sol, fait ses grands écarts dans l’air. Avec lenteur. Mais la posture du corps reste tendue. Face à elle, très actif, un danseur. Deux rythmes opposés. Différence de l’homme et de la femme. Peut-être.

Derrière quatre panneaux blancs translucides, on devine le fond du théâtre, quelques malles de transport et un lit, où sont amoncelés des corps de femmes, comme sans vie. Des hommes les emmènent, poids mous sur leurs épaules, et les déposent l’une après l’autre devant les toiles. Des portes blanches prennent forme et des ombres projetées se dessinent. Quelque chose est dit, à nouveau de l’humain, et de son rapport à soi et à son double.

« I Am Aroused » | © Éric Bossick

Comme ce le sera tout au long de I Am Aroused (Je suis excitée), l’homme agit sur le corps de la femme et sa possibilité de mouvement. Un danseur dessine sur leur ventre des signes noirs, sorte d’œufs qu’elles pourraient contenir. Et toujours, l’une après l’autre, elles amorcent un mouvement, bras tendus vers le haut, sur la pointe des pieds. Ensuite, sans prévenir, parce que l’énergie semble tout à coup se dissiper, elles tombent. Puis se relèvent et recommencent. L’évanouissement des corps et la vie qui reprend pour se perdre à l’instant créent un fort sentiment de malaise.

Qu’est-ce qui alimente le mouvement ? Les hommes qui transportent, manipulent ou repoussent avec violence le corps des femmes ? À quoi tient le corps qui s’effondre et qui chute ? Qu’est-ce qu’un être ? Une poupée, une marionnette, un objet mécanisé dirigé par des ondes sonores interférant sur l’énergie des corps ? Qu’est-ce que l’humain finalement ?

Sur un fond de musique électro, qui laisse de belles places au silence, dans un univers d’images projetées qui distillent un climat angoissant, Baby Q interroge les rapports souffrants des hommes. Le visage effacé de la danseuse à l’ouverture, les longs cheveux agités qui recouvrent complètement la face d’une autre et les yeux en gros plan des premières images filmées indiquent, sans doute, dans la violence qui traverse I Am Aroused que l’aveuglement y a sa part. Je crois que c’est peu dire que Yoko Higashino s’intéresse à la danse en ce qu’elle a trait au sens de l’humain. Et encore, ai-je à peine évoqué le spectacle. Tout simplement magnifique ! 

Fatima Miloudi


I Am Aroused

Compagnie Baby Q

Chorégraphie, danse : Yoko Higashino

Danse : Rika Yokoya, Kana Tanaka, Kohei Takahashi, Kenjiro Sasaki, Ayumi Hino, Daiji Meguro, Shiori Tada

Ingénieur son : Norimasa Ushikawa

Ingénieur lumière :Noriyuki Mori

Directeur technique : Koro Suzuki

Visuels : Yohei Saito

Théâtre de Nîmes • 1, place de la Calade • 30017 Nîmes

Réservations : 04 66 36 65 00

Jeudi 26 mars à 20 heures

Durée : 1 heure

22 € | 20 € | 13 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher