Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 21:53

Poésie al dente


Par Claire Néel

Les Trois Coups.com


« Boumkœur » comme titre, comme rythmique et comme lieux. Les cœurs et les caves de deux jeunes hommes qui vivent dans une cité non identifiée mais très identifiable, voire identitaire : voici le spectacle mis en scène par Habib Naghmouchin à la Maison des métallos, rendant sa chair au roman de Rachid Djaïdani.

Après un après-midi de manifestation, je vais planter mon piquet à la Maison des métallos, le 19 mars… et la trouve fermée, pour cause de soutien aux grèves. Quoi de plus normal pour cette maison qui fut un haut lieu du syndicalisme, dans une rue portant le nom d’un militant résistant (et communiste). Tant pis, je reviendrai demain ! Ce lieu culturel reste fidèle à son histoire, mettant en lien spectacles vivants, débats publics et manifestations associatives, avec son quartier au cœur des projets. Boumkœur trouve tout naturellement sa place dans la programmation, bien inscrite dans notre actualité contemporaine.

J’ai « 25 hivers à mon actif » dit Yaz. Lui et Grézi vivent dans leur tour rose bonbon dont ils ne perçoivent pas « le goût sucré ». La mélasse est tenace et les colle à leur quartier. Ils sont au chômage, et l’argent qu’ils gagnent parfois est « TDC » (tombé du camion). Leur désir d’exister autrement les guide jusqu’à leur rencontre, dans un supermarché, où ils « fusionnent d’amitié » et lient un pacte. Grézi livrera toutes les histoires du quartier à Yaz, qui en fera un livre, portant la parole vraie de leur réalité. Ainsi reconnaissance et fortune iront main dans la main : Grézi partira à Los Angeles et Yaz jettera d’autres encres… Mais le rêve est rattrapé par la cruauté et son lot de trahisons. Cage d’acier au lieu de cage dorée, mais le livre finira peut-être par s’écrire, puisque Yaz y croit.

© Lot 

Habib Naghmouchin réussit à adapter le roman de Rachid Djaïdani à la scène en alternant parties dialoguées et récit pur, dans une adresse directe aux spectateurs. Le texte de l’auteur se prête idéalement à la représentation théâtrale. Vivant, gorgé d’authenticité, il ne triche pas avec ce qu’il défend. Sa poésie propulse les sensations intenses des protagonistes au-delà des mots. La mise en scène privilégie l’espace de la parole, elle l’organise sur un plateau carré comme un ring ou comme le sol d’une cave. Là boxe le verbe, sur ce plateau à trappes-cœurs.

Les acteurs, Tony Mpoudja et Salim Kechiouche, ont été dirigés vers une interprétation simple et naturelle, en rapport direct avec les spectateurs. Leur extrême sincérité est déroutante et touchante. Leur fragilité, leur maladresse les déshabillent de leur costume de comédien. On voit deux jeunes hommes armés de leur virilité et de leurs failles nous convaincre par leur entière implication de la nécessité de leur geste : être présents sur scène, maintenant, avec Boumkœur

Claire Néel


Boumkœur, de Rachid Djaïdani

Coproduction Maison des métallos | La Boutonnière

Mise en scène : Habib Naghmouchin

Assistant à la mise en scène : Cédric Mérillon

Avec : Tony Mpoudja et Salim Kechiouche

Éclairage : Daniel Crowley

Décors : Jean-Paul Dewynter

Costumes : Cécile Naghmouchin

Graphisme : Vincent Pesci

Maison des métallos • 94, rue Jean-Pierre-Timbaud • 75011 Paris

Réservations : 01 47 00 25 20

reservation@maisondesmetallos.org

Du 19 au 29 mars 2009, du mardi au samedi à 20 heures ; dimanche à 16 heures

Durée : 1 h 30

13 € | 9 € | 8 € | 5 €

Théâtre de la Boutonnière • 25, rue Popincourt • 75011 Paris

Réservations : 01 48 05 97 23

Reprise :

Du 23 mars au 7 mai 2010, du mardi au samedi à 20 heures, relâche exceptionnelle le 1er mai 2010

Durée : 1 h 30

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher