Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2001 6 14 /07 /juillet /2001 19:03

… Des jours entiers… des nuits entières…

à vivre…

 

La compagnie du Lézard-Bleu fait décoller le réel tous les jours au Bourg-Neuf.

 

theatre2-reduit-copie-2.jpg

 

On peut reculer devant une pièce entièrement couturée de balafres laissées par des haillons de vies banales, donc a priori sans intérêt. Mais, d’une part, cette œuvre de Durringer est bourrée jusqu’à la gueule d’humanité. D’autre part, Patrice Merle et Dédeine Volk-Léonovitch pressent avec talent tout le suc émotionnel et compassionnel des grappes verbales de l’auteur. Et les plaies de la crainte initiale se cicatrisent.

 

Patrice Merle compose de l’intérieur un homme englué dans la grisaille poisseuse de sa petite existence. Oh ! bien sûr, il ravaude parfois le tissu de ses jours. Par exemple, il prend le chaud sur un carré de gazon. Il se « trempe de soleil ».

 

Mais les jours où il reçoit des coups, au lieu de boxer sa vie, il frappe un punching-ball. Fort. Pour éviter d’être « tout brûlé ». Heureusement, il va sentir un glissement d’« Elle ».

 

« Elle », c’est Dédeine Volk-Léonovitch. Qui nous offre un festival en faisant miroiter toutes les facettes de cette femme-cristal. Celle-ci a beau être « alléchante du châssis », c’est le type même d’une fille sans type. Elle claudique de l’âme à s’en essouffler, à se faire des pincements au cœur… jusqu’au sang.

 

Pourtant, avant, elle « était vachement drôle »… L’ennuyeux, dans cet indicatif, c’est ce douloureux imparfait. Même s’il est proféré avec une voix active.

 

Quoi qu’il en soit, entendre D. Volk-Léonovitch dire « Rien d’intéressant dans ma vie » en hurlant de rire est un des grands moments du Festival 2001.

 

En ce qui concerne la mise en scène de Stéphane Facco, on sent un authentique point de vue, une ferme direction d’acteurs et une vraie rigueur.

 

Pour reprendre un mot de Beckett, « il n’y a rien de plus drôle que le malheur ! » 

 

Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


… Des jours entiers… des nuits entières…

D’après Chroniques des jours entiers, des nuits entières, de Xavier Durringer (éditions Théâtrales)

Compagnie du Lézard-Bleu • Lacaze • 12200 Toulonjac

04 75 23 53 92 ou 06 03 16 68 91

Avec le soutien du Théâtre Réel et du Nouveau Théâtre Julien

Mise en scène : Stéphane Facco

Avec : Dédeine Volk-Léonovitch et Patrice Merle

Conseils chorégraphiques : Jean-Baptiste Barbier

Théâtre du Bourg-Neuf • 5 bis rue du Bourg-Neuf • Avignon

04 90 85 17 90

Du 6 au 28 juillet à 17 heures

Durée : 1 h 10

85 F et 60 F

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher