Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 16:43

L’heure du thé anglais


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Trois semaines de représentations et une salle qui affiche en ce dernier soir « complet » : un succès dont se félicite l’équipe des Marronniers. Mais pourquoi un tel engouement pour cette adaptation du fameux ouvrage de Lewis Carroll, « Alice au pays des merveilles » ?

Parce que, avec Tea Time chez Alice, l’ensemble Boréades ne nous présente pas simplement une pièce de théâtre avec quelques incursions musicales, mais bien davantage l’occasion d’apprécier un savant mélange où la musique baroque se partage la vedette avec le théâtre. En effet, cet ensemble musical revendique l’appellation de « baroque alternatif » et nous offre une expérience inédite, nourrie d’un parti pris original pour un rendu parfaitement hybride. Le défi de faire cohabiter deux univers ne va pas toujours de soi, mais nous apparaît ici tout à fait pertinent. Ainsi, nous renouons avec l’esprit fantaisiste du génial écrivain anglais tout en nous laissant porter à la découverte d’un univers insolite et décalé, dans lequel l’espiègle petite Alice se complaît à merveille.

Divers épisodes du texte de Carroll sont ici librement interprétés, parmi lesquels on retrouve certains passages bien connus, tels que l’extrait intitulé « La cuisine, le cochon et le poivre », ou encore l’épisode de « La nage dans une mare de larmes ». Autant de moments qui font écho aux morceaux interprétés par deux violistes, extraits du répertoire trop peu connu de deux compositeurs du xviie siècle, John Dowland et Tobias Hume. Ainsi, ce subtil mélange permet la mise en relief de l’esprit de Carroll par le biais des plages musicales en ménageant de véritables temps de silence sur ce texte bavard.

Concernant le du jeu des acteurs, on apprécie la reine, bien sûr, remarquablement incarnée par Paulin Bündgen, contre-ténor dont la voix et le charisme contribuent à créer un personnage d’opérette aussi improbable qu’exquis. Quant à la petite Alice, un ingénieux procédé de mise en abyme nous permet de découvrir cette dernière dans ce qu’elle a de plus étonnant et de plus malicieux. Ces choix témoignent d’un caractère drôle et déjanté, fidèle à l’esprit « surréaliste » de l’histoire.

On apprécie aussi une scénographie très ingénieuse, où tout se transforme. En un instant, une chose devient tout autre, à commencer par les aiguilles de la pendule qui deviennent des archers. L’usage de la vidéo est ici très finement pensé et permet de créer de véritables tours de magie lorsque cela est nécessaire, et trouve tout son intérêt lors du défilé de cartes, par exemple. Enfin, les costumes consistent en des pantalons bouffants, des collants aux couleurs criardes, taillés dans des matières riches, comme du velours ou de la soie.

C’est pourquoi cet insolite moment passé en compagnie d’Alice est inventif, drôle et brillant. Il comporte un aspect aussi ludique que pédagogique en donnant l’occasion aux spectateurs de théâtre de découvrir le répertoire trop peu connu du baroque. Déplacer les repères et les pratiques pour les rendre mouvants et créer la surprise. Un pari visiblement réussi pour un public semble-t-il conquis. 

Élise Ternat


Tea Time chez Alice, de Lewis Carroll

Songs de Dowland et Hume

Ensemble Boréades

Avec : Paulin Bündgen (contre-ténor) en alternance avec Jean-Christophe Henry (ténor), Anne-Sophie Moret (viole de gambe), Nathalie Mellet (viole de gambe), Thierry Bordereau (comédien)

Adaptation : Pierre-Alain Four

Supervision musicale : Marie-Laure Teissère

Scénographie : Christelle Crouzet

Costumes : Karine Peyre de Fabrègues

Création graphique : Céline Ollivier

Création lumière et vidéo : Philippe Roy

Régie : Xavier Davoust

Théâtre des Marronniers • 7, rue des Marronniers • 69002 Lyon

Réservations : 04 78 37 98 17

Du 11 février au 2 mars 2009 à 20 h 30 ; 17 heures dimanche, 15 heures les 11, 12, 18 et 19 février

Relâche les 16, 17, 23 et 24 février 2009

Durée : 1 h 10

14 € | 11,50 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher