Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 15:34

Il ne faut jamais se résigner


Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


Du 18 au 20 mai 2006, la compagnie Épices & parfums donnait son spectacle « Adrian, l’enfant du paradis » en avant-première du Festival d’Avignon. C’était au Théâtre de l’Albatros dans le cadre de « Aux arts, etc. ». Un bien joli spectacle, ma foi, porté par Gille Crépin.

adrian-gc.jpgSur une île prétendument paradisiaque, vit le jeune Adrian. A priori, tout lui sourit : son existence est imbibée de luxe et d’insouciance et, conséquemment, d’inconscience sociale. Un peu méprisante et hautaine même, cette inconscience… Un père et une mère, bien sûr. Mais pas ordinaires, tout de même. La mère d’abord : Maristella, ancienne beauté, aujourd’hui fanée, miséreuse qui ne tirait sa force que de ses charmes physiques… Le « beau-père » ensuite : l’impitoyable capitaine Manuel Ricardo Monest de Grandvilla, dangereux dictateur au petit pied, qui impose ses volontés vaniteuses et velléitaires à tout ce qui est vivant sur l’île de Paraiso. Nom boursouflé d’une terrible ironie, car en fait de paradis, la majorité de la masse humaine de l’endroit sous-vit dans la misère, soulignant la mainmise de Ricardo Manuel Monest sur les âmes et les chairs.

Et puis ce bel ordre bancal est troublé par l’irruption de Zina. Zina, la nouvelle servante de la famille du capitaine. Zina, à la recherche de son amie Deniz. Zina, qui n’a rien à perdre. Zina, qui ne laisse pas Adrian indifférent. Mais Zina disparaît… Et Adrian part à sa recherche.

Il croisera la route de Mado, la flamboyante épicière des pauvres ; celle de Luigi, le mendiant aveugle, qui semble percevoir les choses au-delà des choses, les mots au-delà des mots, les sentiments au-delà des sentiments, qui semble percer la cuirasse des cœurs ; celle de Gilberto et de ses amis, enfin, qui symbolisent une possible résistance à la tyrannie du capitaine…

L’auteur Gille Crépin a écrit là une bien jolie pièce. Je trouve beaucoup de qualités à ce texte d’ici et maintenant. Sur la forme : une construction architecturée au petit point, qui ménage ses effets, qui introduit avec grâce ses coups de théâtre ; en deux mots : théâtralement efficace. Sur le fond : un texte tissé dans la trame de la simplicité, celle qui enveloppe les épaules de nos vies, mais qui aborde des thèmes essentiels comme le sens de l’existence, à contre-courant des litanies actuelles, médiatiques et sociétales notamment, qui prônent à tout prendre le pognon à tout prix.

Le comédien Gille Crépin, lui, sert l’écrivain avec générosité. Il incarne avec justesse et sobriété l’inconscience et les yeux dessillés d’Adrian, la détresse de Maristella, la gouaille de Mado, l’énergie de Zina, la sagesse sereine de Luigi, la perversion hautaine du capitaine… Je me souviendrai longtemps du claquement sec que crache l’éventail de Manuel Ricardo Monest de Grandvilla. Glaçant !

Quant à Marc Ferrandiz, Pierre de Cazenove, Maëlle Audeno et Adam Simon Callejon, ils ont tous les quatre compris l’essentiel : la mise en scène, les lumières, les accessoires, les costumes et la musique doivent être au service du texte et du comédien.

S’il y a une justice, je suis sûr qu’Adrian remportera un beau succès au Festival 2006, car, ainsi que le siffle doucement cette pièce, il ne faut jamais se résigner. 

Vincent Cambier


Adrian l’enfant du paradis, de Gille Crépin

Cie Épices & parfums • 30170 Monoblet

04 66 83 87 13 | 06 21 26 24 78

www.colporteur.net

parfums@colporteur.net

Mise en scène : Marc Ferrandiz

Avec : Gille Crépin

Régie générale : Pierre de Cazenove

Musique : Adam Simon Callejon

Costumes : Maëlle Audeno

Affiche : Didier Latorre

Aux arts, etc. • 27-29, rue des Teinturiers • Avignon

04 90 82 92 47

auxartsetc@gmail.fr

www.aux-arts-etc.com

Du 18 au 20 mai 2006 à 20 h 30 ; le 17 mai 2006 à 10 heures ; les 18 et 19 mai 2006 à 14 h 30

9 € et 7 € en soirée | 3 € en matinée

Ce spectacle sera joué tous les jours pendant le Off d’Avignon

à 12 h 30 au Théâtre de l’Albatros

27-29, rue des Teinturiers • Avignon

04 90 86 11 33 | 04 90 85 23 23

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher