Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:14

Comme un mille-feuille


Par Amicie de Vannoise

Les Trois Coups.com


À Paris, au Théâtre du Rond-Point, ce soir, dans le noir, du monde riait. Peu informé avant d’être plongé dans l’obscurité, le public était libre d’interpréter la notion d’« opéra clownesque ». Des clowns qui chantent, un opéra aux paroles délurées ? Pas du tout. Ou bien si, un peu ! Olivier Martin-Salvan, qui ne joue pas moins de vingt personnages à lui seul pendant une heure et quart, emmène le spectateur dans les coulisses d’un Opéra où va se produire le célèbre opéra-comique « Carmen ».

Le comédien raconte les répétitions de spectacle en dévoilant progressivement ses capacités surprenantes. Sans décor ni déguisement, il change brusquement de lieu, de personnage. Adoptant un accent pour le metteur en scène, une poitrine autant imaginaire que généreuse pour la maquilleuse, de longs cheveux pour Carmen, un petit sourire retroussé pour le chef d’orchestre… Du baryton à la soprano, Olivier Martin-Salvan ose et dose. Décalage dans le jeu mais également dans la mise en scène sont au programme. Un comédien masculin costaud imitant une jeune femme qui sautille avec légèreté : fabuleux ! Le comédien livre au public son talent, qui ressemble à un mille-feuille. On le voit doué, on le voit simple, on s’y attache.

Cette balade qu’il propose au cœur d’un univers artistique agité, où le budget et les heures avant la première représentation sont serrés, est ambitieuse. Si le spectateur réussit progressivement à comprendre l’histoire, saisir les particularités des personnages, des moments d’égarement demeurent tout au long de la pièce. Ainsi, le premier quart d’heure est décevant. L’humour grotesque ouvre le bal, et il faut s’accrocher pour comprendre qui est qui : quatre personnages imaginaires qui échangent, mais un seul homme en scène ! Notre imagination est vivement sollicitée, habilement aidée cependant par les gestuelles et bruitages étonnamment justes auxquels se livre Olivier Martin-Salvan.

© Brigitte Enguérand 

Outre le rire, le spectateur entrevoit la réalité du monde qui existe derrière les rideaux. En effet, le metteur en scène Nicolas Vial et la dramaturge Anne Reulet-Simon, notamment, sont allés enquêter préalablement auprès de professionnels liés à l’opéra afin de pouvoir en parler à leur manière : clownesque.

De son côté, le pianiste Aurélien Richard interprète remarquablement la musique originale de Georges Bizet (Carmen) en alternant avec ses compositions propres. Il tourne quasiment le dos à la salle mais, entre deux morceaux, on peut le voir froncer les sourcils, prendre des airs méprisants, intrigués… Jeu en définitive assez curieux, car en voyant ses expressions de visage, on attend davantage de lui. Pourtant, il ne nous donnera rien de plus. Olivier Martin-Salvan ne l’y invite d’ailleurs pas puisque il ne le regarde jamais.

Main dans la main, sourires et clins d’œil échangés : c’est pendant les applaudissements nombreux que l’on découvre la grande complicité qui lie les deux hommes. Divertissante, la pièce l’est assurément, et pour ceux qui apprécient l’absurde ils auront l’occasion de rire davantage… 

Amicie de Vannoise


Ô Carmen, d’Olivier Martin-Salvan, Anne Reulet-Simon, Nicolas Vial

Production : L’Incroyable Compagnie

Mise en scène : Nicolas Vial

Dramaturge : Anne Reulet-Simon

Composition originale : Aurélien Richard

Avec : Olivier Martin-Salvan

Musique : Georges Bizet (Carmen)

Pianiste chef de chant : Aurélien Richard

Costumière : Florence Laforge

Habilleuse : Gwénaëlle Noal

Éclairagiste : Pierre Peyronnet

Régie lumières : Stéphane Blanche

Poursuite : Damien Dubreuil

Administration-diffusion : Colomba Ambroselli

Théâtre du Rond-Point • 2 bis, avenue Franklin-D.-Roosvelt • 75008 Paris

Réservations : 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Du 22 janvier au 28 février 2008 à 18 h 30, relâche les lundi et dimanche

Durée : 1 h 15

28 € | 16 € | 14 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher