Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 16:32

Un conte de fée dépoussiéré


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Du conte de Charles Perrault à la version des frères Grimm, on pensait tout connaître de « Cendrillon ». Pourtant le théâtre L’Élysée nous donne l’occasion de revoir nos classiques avec une « Cendrillon » qui n’a que peu de rapport avec ce que l’on pourrait attendre d’un poussiéreux conte de fées. En effet, il s’agit de la version écrite par Robert Walser dans une mise en scène pour le moins surprenante, que l’on doit à la compagnie Monika-Neun.

Écrivain et poète suisse, Robert Walser est connu pour ses descriptions fines et précises de situations banales. Fidèle à l’esprit de l’auteur, la mise en scène que nous donne à voir Julio Gueirrero déplace nos repères jusqu’à les perdre et nous offre bien plus qu’un rendu fidèle au célèbre conte de fées. Car on retrouve ici les éléments clés de l’histoire : les sœurs de l’héroïne, le prince, la pantoufle de vair…, mais surtout une incursion dans la face cachée du conte avec toute une galerie de personnages totalement improbables, voire surréalistes, dans un traitement qui surprend et fait rire par son caractère original et personnel.

Cette pièce a ceci d’intéressant qu’elle obéit au double principe d’être à la fois une comédie et un conte de fées. L’humour est présent tout au long de l’histoire, notamment à travers le traitement de nombreux détails tels que la robe de Cendrillon, ses chaussures, mais également dans le jeu des comédiens qu’on ne peut que saluer. On retrouve une Cendrillon plus souriante que jamais, jusqu’à en être insupportable. Elle avoue elle-même avoir « un farfadet dans le cœur » et semble nourrir son intarissable gaieté de la méchanceté de ses terribles sœurs. Le prince, quant à lui, épris de sa belle au point d’être l’objet d’une véritable transe rappelle dans la grandiloquence de son jeu le bien connu personnage de cartoon « Pépé le putois ».

Également fidèle à la tradition du conte de fées, la Loi de Cendrillon creuse toute une dimension de la psyché humaine dans le traitement de deux histoires simultanées. Sur le plan des personnages principaux, on décèle, par exemple, les prémices d’un inceste fantasmé entre Cendrillon et ses sœurs jusqu’au masochisme. On retrouve également la figure d’un prince androgyne, dont la sexualité adolescente est à l’image de nombreux héros classiques. En parallèle à l’histoire et tout au long de celle-ci, les personnages d’un théâtre d’arrière-cour, appartenant au monde de la forêt ou de la nuit, ne cessent d’apparaître. On pense, par exemple, à la venue d’un étrange personnage hirsute.

Côté scénographie, la Loi de Cendrillon aurait parfaitement pu être jouée en extérieur. L’espace investi est pourtant celui d’une salle de théâtre donnant un caractère un peu figé à la pièce. On retrouve pêle-mêle un salon de jardin, des grillages ou encore un matelas, qui constituent une apparente pagaille là où préexistent différents espaces de jeu. En outre, on apprécie le traitement de l’éclairage ainsi que la musique de Laurent Pessin qui contribuent à donner une tonalité toute particulière à l’histoire.

Ainsi la loi de Cendrillon est une pièce où se croisent bon nombre d’ingrédients tels que l’humour, l’exagération, la finesse et le décalage. Et, bien que le spectateur soit un peu perdu dans un ensemble parfois inabouti, cette pièce marquée par un talent certain témoigne d’un caractère personnel et pertinent. 

Élise Ternat


La Loi de Cendrillon, de Robert Walser

Compagnie Monika-Neun

Monika.neun@orange.fr

Contact : 06 60 67 08 45

Mise en scène : Julio Guerreiro

Avec : Nathalie-Rachel Legros, Raphaël Pigache, Mélanie Robert, Alice Tedde et Patricia Tévenet

Lumière : Jérôme Aubert

Musique : Laurent Pessin

Collaboration scénographique : Aude Vanhoutte

Assistante à la mise en scène : Aurélie Pitrat

Attachée de production : Anne Khalhoven

Théâtre L’Élysée • 14, rue Basse-Combalot • 69007 Lyon

Réservations : 04 78 58 88 25

Tram|métro : Guillotière

Le 30 et 31 janvier et du 2 au 7 février 2009 à 19 h 30

Durée : 1 heure

10 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher