Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 23:29

Charismatique et flegmatique David Stanley

 

C’est dans une lumière blanche et crue que s’ouvre le dernier spectacle de Jacques Bioulès, « Ad vitam », d’après Joël Jouanneau. On plisse un peu les paupières parce que la clarté violente du plateau contraste avec l’obscurité du cadre de la salle. Et c’est dans cette contradiction en clair-obscur que l’interprète David Stanley va évoluer, d’un bout à l’autre du spectacle. Sans perdre pied dans ce contraste aveuglant, qui mène toute l’intrigue du spectacle, il va nous servir de guide dans les méandres d’un texte au début un peu abscons, mais qui bien vite séduit et happe.

 

Un personnage singulier, un peu nerveux, s’affaire dans un décor d’immense bibliothèque aux rayonnages emplis de centaines de dossiers de rangement, tous les mêmes : blancs. Il commence à nous conter son histoire, qui n’est pas claire de prime abord. Il s’emmêle, s’agite, évoque des bribes de souvenirs d’enfance, des situations saugrenues, où descendu dans les boyaux d’une grotte humide, il aurait aperçu, enfant, une peinture rupestre. Celle-ci représente deux lettres entrelacées, qui n’ont cessé de le troubler toute sa vie durant. Éternelles questions sans réponse.


Ces quelques éléments d’histoire de départ font l’effet d’un grand puzzle éparpillé, qui contraste avec l’ordre apparent des dossiers classés sur les rayonnages. Petit à petit, on arrive à assembler les pièces éparses de l’intrigue. On s’aperçoit alors qu’il s’agit d’une introspection psychologique. Le personnage creuse en fait dans ses souvenirs et tâtonne pour trouver un sens à son existence. Nous sommes donc associés au processus de recherche et de recomposition. L’écriture est telle en effet qu’il est impossible d’anticiper sur le propos suivant. On doit donc avancer avec le personnage, à son rythme, en accompagnant sa quête vers la vérité.


© Marc Ginot


On aurait pu croire un tel propos inextricable, dénué de sens. En effet, pourquoi fonder une pièce sur les simples balbutiements névrosés d’un personnage ? Dans quel but ? C’est dans la thématique de l’écriture que se trouve le liant qui donne tout son corps à cette structure apparemment disloquée. Car le protagoniste est écrivain, et il aura passé sa vie à tenter d’éclaircir son âme obscure. Il décrit la relation délirante qu’il entretient avec son éditeur. Ce dernier lui demande de réécrire le même manuscrit pendant quinze ans, d’une manière, puis d’une autre, jusqu’à le rendre presque fou. Cet aspect du spectacle est un délice de franche ironie. Joël Jouanneau brosse ainsi des personnages absurdes, dont le caractère est décrit avec une joyeuse espièglerie dans un style acéré qui fait mouche.


Ce spectacle est d’abord une sensation, de trouble. Le spectateur est en symbiose avec le personnage et cherche, avec lui, les raisons de ce trouble. Cette relation au public est solide, subtile et ne se distend à aucun moment, malgré ces problématiques d’écriture pure, de racines, et d’ailes.


Ad vitam est une rencontre entre plusieurs créateurs aux univers bien définis et différents. La mise en scène de Jacques Bioulès, presque allégorique, subtile et élégante, rencontre l’écriture tortueuse, quasi automatique et narquoise de Joël Jouanneau, pour donner au charismatique et flegmatique David Stanley deux leviers théâtraux d’une rare et précieuse finesse. Qu’il actionne avec brio. 


Ilène Grange

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Ad vitam, de Joël Jouanneau

Compagnie Jacques-Bioulès • Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

04 67 41 32 71

contact@theatreduhangar.com

Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

Du 20 au 31 janvier 2009 : le 20 janvier 2009 à 20 h 45, le 21 janvier 2009 à 19 heures, le 22 janvier 2009 à 19 heures, le 23 janvier 2009 à 20 h 45, le 24 janvier 2009 à 20 h 45, le 25 janvier 2009 à 17 heures, le 28 janvier 2009 à 19 heures, le 29 janvier 2009 à 19 heures, le 30 janvier 2009 à 20 h 45, le 31 janvier 2009 à 20 h 45

13 € | 9 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher