Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 21:46

Madame Irma, reine

de comédie


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Irma la Douce est une prostituée qui officie plus particulièrement sur le pont Caulaincourt. Quand elle rencontre Nestor le Fripé, petit truand, c’est « la touche », le coup de foudre. Ensemble, ils traversent de multiples aventures pour tenter de vivre leur amour. Chaque jour, Irma apporte le fruit de son travail à Nestor, qui cependant est jaloux de tous les clients de sa belle. Comment concilier rentrées d’argent et fidélité conjugale ? Nestor décide d’adopter une double identité et devient le seul et unique « hareng » de sa bien-aimée qui ne le reconnaît pas…

Le spectacle présenté par la Compagnie Lez’armuses est en fait une adaptation de trois textes : Irma la Douce, les Harengs terribles et la Jalousie du Fripé. Ces textes donnèrent lieu à certaines adaptations connues, comme la version des années 1960 avec Colette Renard (que certains spectateurs avaient en tête en arrivant au spectacle) ou la version filmée de Billy Wilder avec Shirley McLaine et Jack Lemmon. Ici, tout est condensé, mais pas diminué ou affaibli. En effet, le spectacle est certes court (une heure quinze) mais intense, sans aucun temps mort. Avec seulement trois comédiens et des moyens très réduits, Sophie Plattner, qui met en scène et joue Irma, parvient à créer toute une palette d’effets et à faire vivre les personnages.

D’abord Irma, donc. Avec ses bas résille et sa grosse fleur rouge dans les cheveux, c’est la reine de Montmartre. Elle est à la fois dominatrice et tendre, se donnant au plus offrant mais en fait toujours fidèle à son Nestor ! Lorsque celui-ci est au bagne (« au dur » !), la voici, désespérée, en Pénélope des trottoirs. À qui donc me faisait penser cette comédienne, ou son personnage, je ne sais plus ? J’ai fini par retrouver : quelque chose de la môme Piaf-Cotillard. Même grands yeux clairs, même gouaille, même côté à la fois provocateur et tendre… Irma aime Nestor, donc. Lui, c’est le petit truand du quartier. Mais à force de travail (si, si !), il finira par devenir un vrai caïd. Et lui, qui me rappelait-il, donc ? Ça y est ! Un faux air de Denis Podalydès. (Moi, j’adore !)… Cette bouche, ces châsses, pardon ces yeux, y’ a comme un air de famille. Et cet air tantôt ahuri, rageur ou incrédule ! Bravo à Michaël Gonnet. Entre les deux, Bob le Hotu. Il tient le bar des Inquiets. Le vrai titi, avec sa casquette de travers et son accordéon. Ah, l’accordéon ! Il est au spectacle ce que son sac à main est à Irma : un objet central, indispensable, plus qu’un accessoire. Josias Villechange, puisque tel est le nom de ce musicien, chanteur et comédien, est excellent : toutes ses interventions, avec son teint gris, ses yeux de cocker et ses reparties imparables, ponctuent les duos Irma-Nestor avec un regard caustique et terre à terre qui fait mouche. Une sorte de Droopy des faubourgs…

« Irma la Douce »

Dans ce tout petit espace, la mise en scène déploie des trésors d’ingéniosité. Un simple tabouret, une ampoule, et nous voilà chez Irma ou plutôt dans la chambre d’hôtel où elle officie. Son argument massue : « Viens chez moi, j’ai un radiateur ! ». Quelle commerciale, cette Irma ! À propos de commerce, l’un des passages les plus réussis est justement un de ceux où l’accordéon a quasiment le rôle central : chaque jour, Irma apporte à Nestor un billet qui lui est remis par un certain M. Oscar, en réalité Nestor lui-même, sous un déguisement ! Magie du théâtre : un simple changement de chapeau, une écharpe, et on y croit… L’accordéon, dans cette séquence totalement burlesque, joue à un rythme de plus en plus rapide, montrant que cette situation devient intenable ! Et dans les chansons, c’est tout ce mélange d’humour, de tendresse et de légère vulgarité qui s’exprime avec entrain.

En tout cas, le trio de comédiens est excellent et semble beaucoup s’amuser ! Et si le spectacle se conclut par un hymne reconnaissant à la capitale, la pièce n’est pas pour autant un tableau nostalgique d’un Paris peuplé de prostituées au grand cœur et autres « caves » bien intentionnés. Le spectacle joue à fond la carte du burlesque et du rythme : tout est enlevé, plein d’une énergie très communicative. Quant au lieu, la péniche Demoiselle, il contribue à créer une ambiance chaleureuse. Les comédiens sont très près du public, et pas moyen d’aller se reposer dans une quelconque coulisse… Un conseil : si vous ne voulez pas vous retrouver avec un boa rouge clignotant autour du cou ou recevoir des propositions indécentes de la part des protagonistes, évitez le premier rang ! 

Céline Doukhan


Irma la Douce ou la Jalousie du Fripé, d’après Alexandre Breffort, musiques de Marguerite Monnot

Compagnie Lez’armuses

www.irmaladouce.fr

Mise en scène : Sophie Plattner

Avec : Sophie Plattner, Michaël Gonnet, Josias Villechange

Costumes : Aline Froux

Décors : Reinette Gonnet, Fanny Beltrami

Collaboration artistique : Juliette Allauzen-Woirin

Diffusion : Béatrice Savouret, beabarre700@yahoo.fr

Péniche Demoiselle • en face du 57, quai de la Seine • 75019 Paris

Métro : Riquet ou Stalingrad

Réservations : 06 67 15 45 80 ou eva@peniche-demoiselle.fr

Du 18 janvier au 1er février 2009, dimanche à 20 heures, lundi et mardi à 21 heures, lundi 19 janvier 2009 à 16 heures et 21 heures

Durée : 1 h 15

14 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Dizzy84 28/01/2009 02:09

Oui, moi aussi je les ai revu. D'abord parce que ça fait plaisir de pouvoir aller voir une pièce de qualité pour un prix qui reste humain (10 euros) (surtout à Paris), ensuite et surtout parcequ'une fois que je l'ai vue, j'ai eu envie de la "montrer" à mes copains. Parce que c'est ce genre de pièce pour lesquelles on est fier d'être parmis les premiers à l'avoir vue et à la faire découvrir à ses amis avant que les médias nous ai devançé.En l'occurence, le pari, un peu fou, de faire revivre cette tendre histoire d'amour, ce "vaudeville" des bas-quartiers comme le disait un autre article sur la pièce (http://kourandartavignon.unblog.fr/2009/01/21/irma-la-douce-ou-la-jalousie-du-fripe-adaptation-et-mise-en-scene-de-sophie-plattner-a-la-peniche-demoiselle-jusquau-1er-fevrier-par-bilguissa-diallo/#more-297) alors que tant de personnes ont encore en souvenir la super-production de J. Savary, est un pari trois fois réussi. Car si rien, dans la mise en scène, ne permet de comparer les deux pièces (une super-production quasi hollywodienne contre un cadre intimiste et humain, proche des spectateurs), il n'est pas dit que la qualité de l'une n'égale pas l'autre! Je dirais même plus, on préfèrera sûrement la proximité qu'offre ce nouveau spectacle que le souvenir paradoxalement un peu froid de la "grandiose" agitation savarienne.Bob rythme, Irma envoûte (surtout le 1er rang!), et Nestor nous fait rire. C'est un spectacle, rafraîchissant, plaisant, émouvant, virevoltant, écoutant, un spectacle complet nous transportant, une petite 1 heure et quart durant, dans un Paris dont nous sommes tous ignorant, mais qu'on découvre amoureusement.

sharron welsh-maillot 26/01/2009 12:33

c'est la quatrième fois que je vois ce spectacle et j'y retourne encore!Ca fait tellement plaisir!

Rechercher