Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 21:49

« Tornades d’histoires »

 

C’est une intensive journée qui s’annonce pour Edgar. Celui-ci doit signer son contrat de mariage avec la riche Henriette dont les rentes sont plus qu’attendrissantes. Mais que faire de sa bonne Florestine avec qui il entretient également une relation secrète ? Il va falloir faire preuve d’imagination pour jongler entre les deux jeunes femmes…

 

Une histoire contenant tous les ingrédients du parfait vaudeville : une liaison avec tous ses détours, ses infidélités, trahisons, mensonges, et satire intemporelle du rapport entre hommes et femmes. Comme le disait Labiche dans une autre pièce, le Misanthrope et lAuvergnat : « Les paroles d’honneur, c’est comme la neige… Ça fond devant le soleil ». Tout ceci ponctué de chansons, de danses. On a ici affaire à un véritable spectacle, où tous les arts se marient avec harmonie.


En effet, même si l’on n’est pas forcément friand de cette forme théâtrale, les comédiens ne manquent pas de talent et nous offrent une énergie suffisamment impressionnante pour être de toute évidence séduit. Le rythme de Labiche est extrêmement complexe à rendre, et malgré quelques fautes de rythme (notamment dans l’enchaînement des chansons et des scènes) les claquements de portes et de joues, l’essoufflement angoissé des personnages témoignent d’une véritable fidélité à l’univers de l’auteur.


© Olivier Pertoldi


Les comédiens prennent en charge de grands couplets chantés. Et, même si Ariane-Olympe Girard s’impose dans le personnage d’Henriette avec une voix impériale (qualité d’ailleurs mise en avant et assumée dans la pièce avec humour lorsqu’elle se fait traiter de prétentieuse par les autres « poules » de la noce), les autres comédiens restent tout à fait honorables dans leur performance.


Je veux citer aussi Julie Déliquet (Florestine). Elle est surprenante de ruptures et saisit au mieux les subtilités du jeu vaudevillesque. Drôle sans être superficielle, elle est à mon sens le pilier humoristique du spectacle et donne de l’énergie aux autres comédiens.


Petit bémol quant aux danses qui m’ont paru un peu inconsistantes par rapport au reste de la pièce. En effet, il est difficile de chorégraphier sur un petit espace une noce de quatorze personnages, et les mouvements sont plutôt nonchalants et pas suffisamment synchrones. Ce n’est malgré tout qu’une petite déception par rapport au reste de la pièce qui vaut le détour et assure un bon moment de théâtre. 


Louise Pierga

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Edgar et sa bonne, dEugène Labiche

Mise en scène : Jean-Pierre Hané

Avec : Jean-Pierre Hané, Julie Deliquet, Ariane-Olympe Girard, Catherine Piffaretti, David Seigneur, David Aubert

Et les personnages de la noce : Laurence Dupont, Carine Cikurel, Daniela Delle Cave, Romain Morice, Séverine Guérin, Johan Mogade, Monique Régnier, Mathieu Pinto Cardoso

Chorégraphie : Philippe Fialho

Pianiste et arrangeur : Laurent Epstein

Direction vocale : Ariane-Olympe Girard

Création lumière : François-Éric Valentin

Théâtre 12 • 6, avenue Maurice-Ravel • 75012 Paris

Réservations : 01 44 75 60 31

Du 8 janvier au 8 février 2009, du jeudi au samedi à 20 h 30, dimanche à 15 h 30

Durée : 1 h 10

11 € | 13 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher