Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 14:46

La merveilleuse légèreté
de l’être


Par Vincent Morch

Les Trois Coups.com


La compagnie L’Emporte-pièces de Bernard Sultan a proposé sur la scène Watteau de Nogent-sur-Marne « … Du vent », un spectacle pour le jeune public, léger et rafraîchissant, composé de variations ludiques sur le thème du souffle, qui replonge le spectateur dans la faculté d’émerveillement de l’enfance.

Le vent, qu’est-ce que le vent ? Invisible, facétieux, sensuel, joueur, coléreux, il n’a rien à voir avec d’incompréhensibles et abstraites différences de pression atmosphérique. C’est un enfant, un enfant invisible, dont on peut faire, avec un peu d’imagination, le plus amusant, le plus poétique, le plus inépuisable des compagnons de jeu. Tel est l’argument de ce spectacle ingénieux, que quatre interprètes se chargent d’illustrer avec conviction et talent.

Le dispositif scénique, un espace carré installé sur la scène du théâtre et entouré de trois rangées de bancs bas, permet de se retrouver au plus près des acteurs et de participer pleinement avec eux à la redécouverte de ces petits riens qui nous avaient tant surpris et amusés autrefois : le plaisir pur du souffle sur notre visage, la grâce de ces films plastiques déployés en volutes dans l’espace, l’amusement que procure le son des flacons en plastique que l’on presse – et le jeu délicieusement pervers qui consiste à les utiliser pour faire s’écrouler les châteaux de cartes des autres…

© Ernesto Timor

À ces saynètes qui font appel à l’expérience primordiale de nos sens se mêlent d’autres à vocation plus pédagogique, comme celle que j’appellerai la « Comptine du sac plastique » sur la pollution, ou plus purement poétique, comme celle où un dispositif hétéroclite de ficelles et d’ustensiles divers (ventilateur, brique, cailloux, chemise, portemanteau) crée en quelques minutes un univers où toute chose se met à déborder d’une vie électrique. Était-ce là l’illustration de l’animisme spontané des enfants ?

Tous ces brefs tableaux sont ponctués de chansons et de textes portés par des voix bien posées et particulièrement agréables. Fait important à noter, les acteurs évitent un écueil inhérent à ce genre de spectacle en parvenant à jouer la candeur et la naïveté avec beaucoup de simplicité, de sorte que l’on réussit à voir en eux des enfants et non des adultes qui jouent aux enfants. Les textes pâtissent en revanche peut-être d’une certaine ambiguïté : bien écrits, poétiques, je me suis demandé si leur niveau de vocabulaire et leur théâtralité ne les rendaient pas quelquefois trop difficiles d’accès pour les jeunes spectateurs et si, par conséquent, ils ne s’adressaient pas de préférence aux adultes. Quoi qu’il en soit, à observer les enfants présents lors de la représentation, cela ne semblait pas leur poser de problème : happés par le spectacle, fascinés par les divers jeux qui leur étaient montrés (hélices diverses et variées, ballons, coupures de journaux, petits bonhommes de papier), il n’est pas à douter que, rentrés chez eux, ils se seront essayés à leur tour à ces expériences ludiques.

Si la communication, le partage de ces plaisirs simples, est le cœur de … Du vent, et si l’on en ressort, comme cela a été mon cas, avec un peu de ce regard renouvelé et de ce désir de jouer avec rien et pour rien, alors cela vaut la peine de proposer à des enfants de le voir, et de les accompagner si possible. 

Vincent Morch


… Du vent. Spectacle pour paroles, gestes et objets envolés, de Bernard Sultan

Coproduction Compagnie L’Emporte-pièces, La Scène Watteau, Théâtre de Choisy-le-Roi, Théâtre de la Marionnette à Paris, la Ville de Pantin

Avec l’aide à la création du conseil général du Val-de-Marne

Avec le soutien de l’A.D.A.M.I. et du conseil général de Seine-Saint-Denis dans le cadre du projet In situ

Texte et mise en scène : Bernard Sultan

Scénographie et lumières : Violaine Burgard

Plasticienne et interprète : Geneviève Grabowski

Chorégraphe, danseur : Boris Jacta

Musicienne, chanteuse : Jeanne La Fonta

Plasticien et interprète : André Lamourère

La Scène Watteau • place du Théâtre • 94736 Nogent-sur-Marne cedex

Réservations : 01 48 72 94 94

Représentations tout public : mercredi 14 janvier 2009 à 15 heures, vendredi 16 janvier 2009 à 20 h 30, samedi 17 janvier 2009 à 16 heures

Représentations scolaires : lundi 19 janvier 2009 à 10 heures et 14 h 30, mardi 20 janvier 2009 à 10 heures et 14 h 30, vendredi 16 janvier 2009 à 14 h 30

Durée : 50 minutes

15 € | 13 € | 9 €

Les autres représentations :

– Du 26 février au 5 mars 2009 au Théâtre du Fil-de-l’Eau de Pantin

– Du 10 au 13 mars 2009 au Grand Théâtre de Lorient

– Du 7 au 10 avril 2009 au Centre culturel de Chevilly-Larue

– Le 27 mai 2009 à La Ferme du Mousseau d’Élancourt

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher