Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 20:30

La beauté des vulnérables

 

Traiter d’un sujet aussi grave que le mal-être et le désarroi face au sida, avec une philanthropie pleine d’espérance et de poésie, tel est le projet de « Suspendus » de Franck-Olivier Laferrère. Un très beau texte à entendre au Théâtre de Nesle.

 

L’histoire se passe dans un petit village de Provence. Jean-François (Jean-Claude Falet), la soixantaine, partage sa vie entre ses parents qui vivent à deux pas, son jardin, ses regrets de l’homme qu’il a aimé mais n’a pu accompagner dans les derniers jours de sa maladie, la maladie… et l’accueil de jeunes plombés à qui il offre un havre pour se reconstruire. Et voici que déboule Louise (Héléna Soubeyrand), du haut de ses vingt ans, déjà aigrie, meurtrie tout autant par le virus qu’elle a chopé que par la désillusion d’un idéal et d’un amour qu’elle n’a su rencontrer.


L’histoire est banale, celle d’une génération qui n’a connu que le sida et la fin des espérances, confrontée à une autre, non moins déçue, mais d’avoir perdu un paradis originel qui n’est plus, celui de l’amour libre et insouciant, des audaces, des lendemains qui chantent.


Franck-Olivier Laferrère signe là une pièce longuement mûrie, très écrite, parfois trop. Il fait se rencontrer deux êtres, tous deux murés soit dans leurs souvenirs, soit dans leur non-avenir, à l’image des projections en fond de scène de photos-tableaux qui suggèrent leurs univers intérieurs : nature désolée, ossements… comme autant de vanités * contemporaines. Deux êtres qui finissent par s’apprivoiser, se rencontrer.


« Suspendus » | © Emmanuel Donny


Dans une mise en scène soignée – entre les barreaux de néon aux couleurs du rainbow flag pour l’un et l’espace bordélique qu’elle dessine au sol pour l’autre –, il construit ce long apprivoisement par la parole. La parole empreinte de sagesse biblique de Jean-François cesse progressivement de se heurter aux cris de révolte de Louise. Celle-ci baisse la garde jour après jour, révise ses jugements, abandonne son mépris, se met à écouter… alors que Jeff quitte sa posture confortable de l’accueillant charitable.


Et là réside le véritable intérêt de la pièce, malgré une interprétation (en particulier de Jean-Claude Falet) qui gagnera au fil du temps en fluidité. Au-delà aussi des nombreux sujets qu’elle aborde (le mal-être qui fait prendre des risques, l’histoire de l’émancipation homosexuelle, l’émergence du sida et la lutte qui s’ensuivit…) au risque de rendre la narration parfois complexe.


Cette pièce fait se rencontrer deux êtres recroquevillés qui s’ouvrent l’un à l’autre, exposent leurs fêlures, dévoilent leur histoire. Parce qu’ils se rendent accessibles l’un à l’autre, ils rendent possible une rencontre et une parole authentiques. Ils s’ouvrent à la vie, s’ancrent, s’épaulent. 


Olivier Pradel

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


* Beaux-arts. Composition (nature morte le plus souvent) évoquant de manière symbolique la destinée mortelle de l’homme.


Suspendus, de Franck-Olivier Laferrère

Compagnie Jean-Claude-Falet • 20, rue du Docteur-Laffitte • 40090 Bougue

09 75 20 15 45 | 06 81 16 54 02

contact@labeletoile.fr

www.myspace.com/labeletoile

Scénographie : Franck-Olivier Laferrère

Direction d’acteurs : Sei Shiomi

Avec : Jean-Claude Falet, Héléna Soubeyrand

Création Images : Séverine Bourguignon

Création lumières : Philippe Laurendeau

Musique : Yann Laferrère

Costumes et graphisme : Toxic Twin

Théâtre de Nesle • 8, rue de Nesle • 75006 Paris

Réservations : 01 46 34 61 04

www.myspace.com/suspendus

Du 7 janvier au 14 février 2009, du mercredi au samedi, à 19 h 30

20 € | 15 € | 7,50 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher