Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 16:19

 

Dans le cadre des « Questions brûlantes »

 

« Presse et culture : création et critique,

quel mariage et quel divorce ? »

 

Samedi 10 janvier 2009 à 16 heures

Au Théâtre du Vieux-Colombier

Débat animé par Joël Huthwohl, directeur du département des arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France et par Laure Saveuse-Boulay, doctorante en histoire

En présence d’Armelle Héliot, critique dramatique ; Pascal Ory, historien spécialiste d’histoire culturelle ; Jérôme Garcin (sous réserve), écrivain, journaliste et Bruno Raffaelli, sociétaire de la Comédie-Française


La presse française est en crise. Les grands quotidiens traditionnels sont concurrencés par les gratuits. La création d’une presse en ligne bouleverse les pratiques du monde journalistique. La profession s’inquiète, les lecteurs s’éparpillent. Ce constat partagé par tous suscite de nombreux débats publics et privés, le plus souvent axés sur le financement et l’indépendance de la presse en démocratie. Dans ce contexte, la question de la place de la culture apparaît clairement comme secondaire. Rares sont les analystes qui se penchent sur le rétrécissement de l’espace consacré à la critique et à ses conséquences.


Pourtant la géographie de ce domaine, en particulier celui de la critique dramatique, a profondément changé dans la période récente : parution de journaux gratuits comme la Terrasse, ouverture de blogs comme ceux d’Armelle Héliot ou Jean-Pierre Thibaudat, la parole de plus en plus donnée aux spectateurs via Internet, quasi-disparition de la critique savante même dans les revues spécialisées. Si ce n’était la stimulante persistance de l’émission le Masque et la Plume, reflet d’une certaine vitalité de la critique théâtrale et de son attractivité pour le grand public, on peut pour ainsi dire conclure à sa marginalisation dans la presse écrite.


Les artistes et les spectateurs doivent-ils s’en inquiéter ou s’en réjouir ? Si l’on admet que la presse, prise en étau entre la publicité et le bouche-à-oreille, n’a que peu de poids dans la fréquentation des salles, que les acteurs se vantent volontiers de ne pas la lire, que contester ses jugements est monnaie courante, que manquerait-il finalement au théâtre après l’hypothétique disparition de la critique ? Cette interrogation renvoie à la position et au rôle du critique face à la création et à l’art. Est-il un censeur ? Le Monsieur Tout-le-monde de l’orchestre ? La mouche du coche et des artistes ? Un fervent militant de la cause théâtrale ?

J.H.


« Questions brûlantes »

Quatre samedis dans la saison, la Comédie-Française vous propose d’assister et de participer à des rencontres, réunissant, sur des thèmes liés à l’actualité, des historiens, des universitaires, des hommes de théâtre, des journalistes, des comédiens ou des essayistes, pour une confrontation d’opinions et d’analyses. Chaque rendez-vous comprend une introduction historique, suivie d’un débat. Les thèmes abordés sont illustrés par des lectures, des extraits sonores ou des projections.


Prochaines « Questions brûlantes »

Image et texte : Quelle place pour le texte, la parole et la poésie dans une société de l’image ? le samedi 28 mars 2009 à 16 heures

Acteur et métier : Être acteur, de quel métier, de quelle profession s’agit-il ? le samedi 30 mai 2009 à 16 heures


Recueilli par

Les Trois Coups


Théâtre du Vieux-Colombier • 21, rue du Vieux-Colombier • 75006 Paris

Réservation : 01 44 39 87 00/01

Plein tarif : 8 € – tarif réduit : 6 €

Site Internet : www.comedie-francaise.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher