Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 13:35

Une gaieté laborieuse…


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Confiant dans la tradition des fêtes et dans la réputation de l’auteur, Sacha Guitry, comme dans celle du compositeur, Reynaldo Hahn, le public était venu nombreux. À défaut de s’en « fourrer jusque là », comme dit le baron de « la Vie parisienne », il espérait au moins une franche partie de détente et de rire. Il n’a eu droit qu’à un honnête divertissement.

Après une ouverture légère et plutôt gaie, lorsque le rideau s’ouvre, on ne peut guère avoir de doute sur ce que l’on va voir. Ce que l’on découvre, c’est un appartement bourgeois où il ne manque pas une moulure, pas un tableau. Côté jardin, la table est mise pour un petit déjeuner. Côté cour, trône un meuble-secrétaire. Au fond, une porte ouverte sur un vestibule laisse entrevoir un perroquet portant chapeaux et manteaux. Trois autres portes donnent sur les chambres de Monsieur, de Madame et de Mademoiselle ; elles ne vont pas tarder à claquer. Nous sommes bien au boulevard.

L’accorte Félicie, la soubrette interprétée par Arletty lors de la création de Ô mon bel inconnuen 1933, chante le premier air avec vivacité et légèreté, mais les choses se gâtent avec l’entrée en scène de la famille. La dispute sonne faux, et l’on ne peut s’empêcher de penser que le texte a beaucoup vieilli. Guitry dit lui-même, avec la malice qu’on lui connaît, qu’il avait d’abord songé, « pendant une dizaine de minutes », à écrire une tragédie bourgeoise avant de se décider pour une comédie. L’impression parfois donnée par cette nouvelle production – et le rythme plutôt lent ou le ton sérieux, que le metteur a choisis pour certaines scènes, n’y contribuent pas peu – est celle d’un drame bourgeois du dix-huitième siècle. Il y manque souvent la folie qui fait la saveur de la comédie dite de boulevard.

« Ô mon bel inconnu » | © Laurent Guizard

Les comédiens-chanteurs, dans cet ordre pour la plupart, s’en sortent bien. Lara Neumann (Félicie) a beaucoup d’abattage. Elle assume avec panache le caractère caricatural de son personnage et elle interprète avec beaucoup d’allant l’air de la Chalcographie. Olivier Hernandez est un honnête Lallumette, muet, et donne toute sa mesure quand il recouvre la voix pour chanter. Marianne Lambert rend avec un égal bonheur les pudeurs ou les audaces de la fille Aubertin. Jean-Baptiste Dumora est sans doute plus un chanteur qu’un comédien, mais il n’a pas à rougir de son interprétation du mari et père, Prosper Aubertin. Valery Rodriguez, dans le rôle de Jean-Paul, assure crânement son personnage d’ahuri et d’amoureux transi. Edwige Bourdy (Mme Aubertin) sait trouver des accents convaincants pour rendre les tourments de l’épouse au bord de sa première infidélité. Virgile Frannais est un fringant « homme aux quatre chapeaux », et l’intéressant numéro de claquettes de Jean-Michel Fournereau, qui assume en plus de la mise en scène les rôles de Xavier et Victor, n’est pas son principal mérite.

L’orchestre de Bretagne est très à l’aise avec la partition de Reynaldo Hahn, même si la direction de Jean-Pierre Haeck manque un peu de punch, à mon goût.

D’où vient alors cette impression persistante d’incomplétude ? D’abord, comme le répétait une spectatrice, du fait « qu’il y a peu de musique là-dedans », mais, après tout, nous sommes dans une comédie musicale et non dans un opéra. Et puis il y a de très belles choses dans ce qu’a écrit Reynaldo Hahn : le trio Ô mon bel inconnu, par exemple, ou l’air de présentation de la maison. La pièce peut même, avec un peu d’imagination, être lue ou entendue comme un éloge du pouvoir du verbe, de l’écriture et du salut par le chant !

Alors ? Alors, l’explication me paraît tenir au fait que la magie de Guitry ne fonctionne plus. À sa création, nous dit Florian Bruyas dans son Histoire de l’opérette en France, la pièce n’obtint guère qu’un succès d’estime. C’est sans doute tout ce qu’elle mérite aujourd’hui.

Bien sûr, on rit – et de bon cœur – à telle ou telle réplique, mais l’ensemble ne tient plus. Les vers de mirliton aux rimes improbables finissent par lasser. Beaucoup de bons mots n’en sont plus. Surtout, la vision des femmes et de la société est parfaitement surannée.

Sacha Guitry a longtemps été considéré comme un maître du mot et de l’esprit. On le vénère encore à ce titre. Malheureusement, Ô mon bel inconnun’appartient pas à cette veine de l’esprit français que l’on compare au vin de Champagne, ou alors c’est un champagne qui a perdu son pétillant. Ses bulles se sont raréfiées, car il est éventé. 

Jean-François Picaut


Ô mon bel inconnu…, de Reynaldo Hahn

Comédie musicale en trois actes (1933)

Livret de Sacha Guitry

Nouvelle production

Coproduction : Opéra de Rennes | Opéra-Théâtre de Metz

Direction musicale : Jean-Pierre Haeck

Mise en scène : Jean-Michel Fournereau

Avec :

– Prosper Aubertin : Jean-Baptiste Dumora, baryton

– Antoinette : Edwige Bourdy, soprano

– Marie-Anne : Marianne Lambert, soprano

– Félicie : Lara Neumann, soprano

– Lallumette : Olivier Hernandez, ténor

– Claude Aviland : Virgile Frannais, baryton

– Jean-Paul : Valery Rodriguez, baryton martin

– Xavier/Victor : Jean-Michel Fournereau

Orchestre de Bretagne

Décor : Éric Chevalier

Costumes : Frédéric Llinares

Lumières : Gilles Fournereau

Chef de chant : Colette Diard

Opéra de Rennes • place de l’Hôtel-de-Ville • B.P. 3126 • 35031 Rennes cedex

02 99 78 48 68

http://www.opera-rennes.fr/

Durée : 2 h 50

– Décembre 2008 : dimanche 28 à 16 heures, lundi 29 et mercredi 31 à 20 heures

– Janvier 2009 : jeudi 1er à 16 heures

De 10 € à 49 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

carambaole:0114: 31/12/2008 16:18


pour vous et votre famille et pour votre blog;je
vous souhaite de nombreuses visites .
votre blog est très agréable à surfer

Les Trois Coups 31/12/2008 16:41


Merci infiniment.
Je vous souhaite une année 2009 grandiose.
Vincent Cambier pour "les Trois Coups"


Rechercher