Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 15:35

« Sade ou le Théâtre des fous »

 

Théâtre Toursky • 16, promenade Léo-Ferré • 13003 Marseille

Jeudi 22, vendredi 23, samedi 24 janvier 2009 à 21 heures

 

Mise en scène et chorégraphie : Marie-Claude Pietragalla, Julien Derouault

Création musicale et mixe : Laurent Garnier, assisté de Benjamin Rippert

Avec la voix d’Alain Delon

Avec : Marie-Claude Pietragalla, Julien Derouault, Aurore Di Banco, Nam Kiung-kin, Sébastien Perrault, Carl Portal, François Przybylski, Claire Tran

Lumières : Éric Valentin

Scénographie : Gérard Didier

Costumes et éléments scéniques : Patrick Murru


L’œuvre de Sade n’avait jamais été revisitée par la danse.

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault nous emmènent dans un ensorcelant voyage au pays du sadomasochisme chic et de l’avilissement choc, entre baroque et électro.

Une commedia dell’arte moderne, où la perception joue avec l’illusion, le drame avec les facéties.

Deux heures de spectacle enchanteur et intense.


La véritable liberté consiste à ne craindre ni les hommes ni les dieux. Jusqu’au bout, le Divin Marquis bravera l’enfermement et l’interdit qui frappent son œuvre. L’écrivain, qui a passé trente ans en prison, passera les onze dernières années de sa vie enfermé à l’asile de Charenton, observant le rituel immuable des fous réinventé chaque jour sous ses yeux. Obéissant à la pulsion d’écrire, il fait de son incarcération le moteur de sa liberté pour créer.


Pietragalla Compagnie se définit comme le théâtre des corps et nous a, depuis sa création en 2004, toujours offert des œuvres d’exception. Sade ou le Théâtre des fous nous entraîne dans un univers envoûtant où les personnages s’amusent et se jouent de l’inconstance et de la complexité des rapports humains.

Visages blancs, muscles saillants sous les déshabillés dans la lumière lunaire. Corps dénudés d’hommes, seins nus de femmes…

Dans un décor épuré et blanc, tel un asile psychiatrique, ils sont huit. Huit corps puissants. Huit corps d’hommes et de femmes qui s’affrontent, se toisent, se provoquent, s’enlacent et se percutent. Ils sont huit fous qui, pour passer le temps, se costument et endossent les rôles qui les sortent de leur ordinaire. À la fois fous et sains d’esprit, victimes et bourreaux, doux et violents, ils passent de l’un à l’autre, oublieux de leurs mimiques, transfigurés par leurs habits. Enfermés, comme Sade, dans leur condition. Comme Sade, ils ne s’échappent qu’en inventant.

Les tableaux s’enchaînent à la recherche effrénée du plaisir et reproduisent à merveille la pensée de l’écrivain.

La musique exceptionnelle de Laurent Garnier contribue à la perfection à créer cette dualité en alternant le baroque et son style savant et sophistiqué aux atmosphères sonores et angoissantes de la prison.


Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault n’épargnent rien et provoquent en nous une réflexion légitime sur ce que nous sommes et notre part d’ombre.

Ils mettent à mal notre chair, notre sang et nos nerfs. Ils évoquent la violence, le sexe, la folie, l’enfermement sans jamais tomber dans la caricature.

Sade, en danse, ne pouvait être que du Pietragalla. La danse suscite la grâce.


Production Pierre Cardin et Pietragalla Compagnie

Avec le soutien exceptionnel de la région Nord - Pas-de-Calais


Recueilli par

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Théâtre Toursky • 16, promenade Léo-Ferré • 13003 Marseille

Réservations : 0820 300 033

www.toursky.org

Durée : 1 h 35

Tarifs de 25 à 35 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher