Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 17:23

La crasse de la bonne conscience


Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


Après l’avoir lue, répétée en public, la compagnie le Théâtre Midi-Juste de Valréas et de Buis-les-Baronnies a créé la pièce de Sophie Bocquillon « Le passé est un plat qui ne se mange pas ». Salles pleines pour ces trois représentations au Ring et succès public. Un spectacle joliment profond.

le-passa--est-un-plata---gc.jpgEn 1998, un intérieur douillet et un peu rococo d’un couple de retraités, un peu vieillot, confortable sans être vraiment cossu (très beau travail de Guylain Servonnat). Chaîne hi-fi, poste de télévision, table basse, fauteuil… Parties de Scrabble, gestes lents et minutieux. Rideaux, tapis, moquette, tout dénote un havre de paix protecteur qui tient en respect l’extérieur, de peur de… De quoi, au juste ? Mais le vieux couple a beau se calfeutrer, la vie, le passé, la vérité forcent la porte de derrière. Sous la forme incongrue d’une lettre boomerang apportée par le facteur. Et cette missive est pour le moins bizarre : elle est datée du mois de janvier 1943. Cinquante-cinq ans après, donc. Forcément, ça intrigue d’abord et ça finit par inquiéter…

Sophie Bocquillon a signé là une très bonne pièce. La construction en est remarquable et nous tient en haleine jusqu’au bout. À coups de petites phrases stylées et stylets, l’auteur débusque la crasse de la bonne conscience, nous amène par glissements progressifs vers la vérité et nous renvoie à nos propres secrets, enfouis avec soin dans les caves de nos cœurs.

La mise en scène de Serge Pauthe a l’élégance de se concentrer sur l’essentiel : les déplacements et le jeu des acteurs.

Jean-Louis Deville incarne un policier avec une sobriété et une dignité impeccables. Christelle Herrero interprète une femme de ménage pétillante, enjouée, avec beaucoup de savoir-faire. Nic Mazodier est d’une justesse étonnante. On dirait qu’elle joue sa propre vie. Quant à Serge Pauthe, c’est un régal. Il faut voir comment il susurre avec gourmandise ses répliques, de sa diction parfaite, comment il fait sonner chaque mot de Sophie Bocquillon, comment il en révèle subtilement les intentions, comment il compose de tout son corps et de tout son cœur ce vieux retraité rattrapé par son inextinguible histoire d’amour avec Judith. 

Vincent Cambier


Le passé est un plat qui ne se mange pas, de Sophie Bocquillon (inédit)

Le Théâtre Midi-Juste – Cie Serge-Pauthe • chemin Mastignac B.P. 66 • 84602 Valréas cedex

04 75 28 22 60 | 06 81 05 52 69

http://theatrebaronnies.free.fr

alain.bosmans@laposte.net

Mise en scène : Serge Pauthe

Avec : Nic Mazodier, Jean-Louis Deville, Christelle Herrero
et Serge Pauthe

Décor : Guylain Servonnat

Costumes : Marie Grégoire

Assistant à la mise en scène : Jean-Louis Deville

Assistante technique : Audrey Rocchi-Bosse

Éclairages : Pierre Vigna

Décor construit par Didier Raymond dans les ateliers
de la Comédie de Valence-C.D.N.

Photos : Alain Bosmans

Le Ring • 13, rue Louis-Pasteur • Avignon

04 90 27 02 03

Jeudi 13 avril 2006, vendredi 14 avril 2006 et samedi 15 avril 2006
à 20 h 30

16 € et 11 €

Maison de pays • 130, promenade de la Digue • 26110 Nyons

04 75 26 50 24 (réservations)

Vendredi 28 avril 2006, samedi 29 avril 2006
et dimanche 30 avril 2006 à 21 heures

16 €, 13 € et 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher