Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 16:39

De West Side Story à Tekken

 

Première escale française pour la dernière création de Bruno Beltrão et sa compagnie Grupo de rua. La Ferme du buisson confirme l’intérêt qu’elle porte au travail du jeune chorégraphe brésilien, accueilli dès 2001 pour « From Popping to Pop or Vice-versa » et aujourd’hui avec « H3 ». La Ferme du buisson, un modèle du genre. Le genre qui réussit au délicat exercice des associations équilibrées entre culture, affluence populaire et exigence, ou encore convivialité et efficacité. Conçu comme un parc d’attractions  de la culture, on peut tout autant y voir de la danse contemporaine que du hip-hop, du théâtre classique qu’une performance underground ou encore y assister à des concerts de musiques actuelles. Bref, La Ferme, on a envie d’y aller si R.E.R.…

 

Un grand plateau noir propice à la danse, barré d’un rai de lumière blanche à l’avant-scène et semblant dessiner une rue, sert d’écrin à la première partie de H3. H3 qui prolonge d’ailleurs le travail de recherche initié par H2 2005, avec une utilisation de l’espace différente et surtout la question de « danser ensemble », quasi absente du hip-hop. Enfin dans ce dernier opus, Bruno Beltrão ajoute la problématique de la danse au sol, considérant désormais sa compagnie à la hauteur de l’exercice.


Ambiance urbaine.

Bruits de véhicules se croisant : le spectateur à l’impression d’être posé à un carrefour et d’attendre la confrontation entre deux bandes rivales (peut-être les Sharks et les Jets !). Peu à peu, le combat commence, toujours un contre un.


Rien à redire sur la maîtrise du corps et l’énergie des danseurs-combattants, qui se transforment à l’occasion en badauds. Puis le bleu et le vert (d’après des tee-shirts aux couleurs acidulées à double fonction : permettre la reconnaissance du danseur et inscrire le spectacle dans une esthétique « fluo kids », bien dans l’air du temps !) entrent en scène. Ils se jaugent, se mesurent. Puis ô surprise, de battle on glisse à duo.


« H3 » | © Scumeck


Subtilement, Beltrão permet à cet univers suintant la testostérone qu’est le hip-hop d’aller vers des territoires plus tempérés. On se surprend à être touché par cette douceur qui émane de la danse portée par le bleu et le vert, sans jamais abandonner complètement les dogmes de la danse de rue. C’est dans cette tentative assez réussie d’approfondir la porosité entre les courants, favoriser les interactions que le travail de Beltrão convainc.


Plus tard, l’espace scénique, toujours dessiné plus par l’obscurité que la lumière d’ailleurs, trace un rectangle sombre et brillant à la fois, qui dessine la mer noire sur laquelle évoluent les danseurs. Les phases sont toujours bien réglées et les danseurs impressionnent, encore, à la limite de l’acrobatie. Mais si la technique est irréprochable, Grupo de rua peine à sortir des travers hip-hoppiens. On a l’impression d’assister à un meeting de démonstration tant le schéma narratif semble coincé à l’étage des jeux vidéos : gang 1 va mettre une raclée à gang 2.


L’absence quasi totale de musique empêche l’esprit de s’évader, rattrapé qu’il est par les crissements des baskets sur le sol qui le ramènent plutôt à ses souvenirs de gymnase. Enfin, certains mouvements font regretter l’hégémonie du duo baggy/tee-shirt X.X.L., nous privant du plaisir de voir des corps frémir.


Alors si H3 n’est pas encore le pont idéal entre danse contemporaine et hip-hop, entre la rue et le théâtre, cette tentative nous fait quand même passer cinquante agréables minutes. 


Andrée Lechat

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


H3, de Bruno Beltrão

Grupo de rua | Rio de Janeiro

Chorégraphie : Bruno Beltrão

Assistant à la direction : Ugo Alexandre

Avec : Thiago Almeida, Bruno Duarte, Eduardi Hermanson, Luiz Carlos Gadelha, Kleber Gonçalves, Kristiano Gonçalves, Filipe de Moraes, Danilo Pereira, Bruno Williams

Lumières : Renato Machado

Costumes : Marcelo Sommer

Productrice déléguée : Mariana Beltrão

Administration : João Marcos Beltrão

Photo : Scumeck

La Ferme du buisson • allée de la Ferme • 77448 Marne-la-Vallée

Réservations : 01 64 62 77 77

Les 13 et 14 décembre 2008 à 20 h 45

Durée : 50 minutes

De 4 € à 20 €

Du 17 au 21 décembre 2008 au Centre Pompidou • place Georges-Pompidou • 75004 Paris

Réservations : 01 44 78 12 33

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher