Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 16:04

La légèreté et la grâce des nuages

 

Revenue de l’enfer de « Dans le rouge » (créé en 2006-2007, aussi à L’Aquarium), le clown Gaïa s’apprête à traverser le purgatoire. Dans ce deuxième volet librement inspiré de « la Divine Comédie » de Dante, Lucie Valon nous offre une vision décalée, légère, infiniment drôle de cet entre-deux, entre enfer et paradis.

 

Avec Blank, le purgatoire se révèle un espace de repos si vide que Gaïa est confrontée au choix – si difficile aux indécis – d’y trouver sa place, alors qu’une voix automatique l’invite à patienter « dans l’attente de la régularisation de [son] dossier ». Prototype de toute ces « salles d’attente » du monde, cette « zone de détente » se mue rapidement pour elle en un lieu d’épreuves multiples – où le latin qui lui est enseigné prend pour elle des accents allemands – en vue de successives affectations, auxquelles elle se révèlera bien peu adaptée. Tantôt éreintée au point de s’endormir sur son balais, tantôt entremetteuse au pays des Bisounours, tantôt standardiste qui se fout de ses correspondants…, notre purgatorienne finira par jaillir comme un petit diable de sa boîte. Un lieu épuisant en somme… dont l’issue – enfer ou paradis – demeure incertaine.

 

Petit bout de femme immaculée, perdue dans une scène sombre et épurée, Lucie Valon offre à son public comme un miroir. Celle qui, arrivée au purgatoire, se perd dans ses espaces infinis, est confrontée à ses protocoles et rituels, tente de réussir ses tests d’aptitude, s’épuise dans les tâches successives qui lui sont confiées… est l’alter ego d’un public plongé dans un monde déshumanisant aux accents « purgatoresques ».

 

Il faut rendre hommage au travail de Lucie Valon et Christophe Giordano, parfaitement ciselé, et au talent magistral de la mime-clown qui conquiert son public dès les premiers instants – talent rare – par un geste sûr, une palette impressionnante d’expressions et d’émotions qui lui permettent de croquer avec justesse la beauté de l’humain et l’absurde de son quotidien.

 

Blank offre-t-il une vision burlesque du purgatoire ? Clownesque oui, burlesque non… tant le traitement reste toujours juste et gracieux, mêlant farce et gravité. Ce spectacle d’une grande fraîcheur est une invitation à redécouvrir que nous avons tous « un Stradivarius dans le grenier ». Parce qu’elle a dépoussiéré le sien, Gaïa subvertit et humanise ce « monde du milieu » et en fait bien autre chose qu’un lieu médiocre. 

 

Olivier Pradel

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Blank, de Lucie Valon et Christophe Giordano

Compagnie La Rive ultérieure • 39, avenue Mathurin-Moreau • 75019 Paris

08 74 49 83 76

info@rive-ulterieure.com

Écriture et conception : Christophe Giordano, Lucie Valon

Mise en scène : Christophe Giordano

Interprétation : Lucie Valon

Création lumière : Xavier Baron

Création sonore : Christophe Giordano, Alban Guillemot

Régie plateau : Sarah Dureuil

Administrateur de tournée : Jean-Baptiste Pasquier

Théâtre de l’Aquarium • La Cartoucherie • route du Champ-de-Manœuvre • 75012 Paris

Réservations : 01 43 74 99 61 ou www.theatredelaquarium.com

Du 9 au 21 décembre 2008, du mardi au samedi à 20 h 30, le dimanche à 16 heures, relâche le lundi

Durée : 1 heure

20 € | 14 € | 8 €

Crédits : © Maud Trictin

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher