Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 00:22

Bouquets minéraux au Théâtre du Hangar

 

On n’a pas coutume d’entendre à voir, et de voir à entendre. C’est pourtant cette double rencontre entre les sens que nous propose David Stanley dans son spectacle « le Puits dans la tour » d’après Radovan Ivsic. Ce poète croate né en 1921, surréaliste, controversé, est interprété par David Stanley sur la scène du Théâtre du Hangar, en corrélation étroite avec « le Miroir » d’après Charles Baudelaire, jusqu’au 13 décembre 2008. Les deux expériences, au souvenir assemblées, éclosent fraternelles, dans une nuée minérale riche de simplicité.

 

Un personnage sans âge, un peu gauche, entre en scène, et n’a pas l’air certain de ses gestes, de ses déplacements. Il erre dans ses mouvements et prend son temps pour agir. Il actionne les mécaniques des projections et des projecteurs, il est seul, en scène, en spectacle. Tout est entre ses mains.


Une alternance de dires poétiques, qu’on découvre subtils, surréels et sensoriels, se font entendre. Je dis se font entendre, puisque David Stanley parvient à agir sur ces mots, avec des expressions de visage calmes et précises, sympathiques autant que furtivement passionnées, oniriques. David Stanley crée du théâtre légèrement, simplement, dans l’adresse à l’objet, au public. Il nous emporte.


Radovan Ivsic fut censuré, interdit par la dictature titiste, taxé d’art décadent, et fit résistance à ces oppressions à Paris en continuant à écrire. Je ferai ici un parallèle qui me vient à la plume : je dirai que David Stanley rejoint cet auteur dans l’idée d’une résistance, mais d’un nouveau genre. C’est une résistance pour quelque chose, c’est une sympathie, un calme et une invitation à écarter les branches pour regarder derrière, à scruter le reflet de l’eau, pour voir Narcisse et ses lianes aux sons gymnopédiques d’un piano cristallin.


Des projections de mots, d’estampes rose pâle et grises crayonnées donnent un relief à la scène, et on se souvient bien de ces pastels quand le poème de Narcisse survient. Les éléments sont donc disposés en scène, épurés, symboliques, pour que leur résonnance et leur portée nous reste, pour accompagner les mots de Radovan Ivsic, minéraux et surréels.


David Stanley nous emporte complètement, par des poignées de feuilles d’arbre qui soufflent comme des fantômes, et de dessins qui guident l’imagination. Il fait alors naître le théâtre, simplement, sereinement, humblement, avec une envie ferme d’engager le fameux dialogue de l’auteur au public, en passant par l’acteur, messager gorgé d’onirisme, dynamique et sincère, calme et stupéfiant. 

 

Ilène Grange

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Puits dans la tour, d’après Poèmes de Radovan Ivsic

Compagnie Jacques-Bioulès

Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

Réservations : 04 67 41 32 71

www.theatreduhangar.com

communication@theatreduhangar.com

Imaginé et interprété par David Stanley

Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

Réservations : 04 67 41 32 71

Du 28 novembre au 13 décembre 2008 : vendredi 28 novembre à 20 h 45, dimanche 30 novembre à 17 heures, mercredi 3 décembre à 19 heures, vendredi 5 décembre à 20 h 45, samedi 6 décembre à 19 h 15, mardi 9 décembre à 20 h 45, jeudi 11 décembre à 19 heures, samedi 13 décembre à 19 h 15

13 € | 9 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher