Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 19:31

Les maestros de l’impro


Par Ingrid Gasparini

Les Trois Coups.com


Pour la sortie en D.V.D. de leur spectacle, Les Bonimenteurs remettent le couvert pour deux soirées exceptionnelles au Casino de Paris. Pour le retour des fils prodigues, l’ambiance était électrique. Les guichetières en panique accueillaient un méli-mélo de fans impatients et de V.I.P. en goguette, tous venus applaudir le duo star de l’improvisation.

Qui sont Jean-Marc Michelangeli et Didier Landucci ? Avec leur noms qui les feraient gentiment passer pour des peintres du quattrocento, ces deux complices sont devenus des figures inévitables de l’improvisation théâtrale. Un sport de haute voltige qui consiste à jouer sans texte, autant dire sans parachute. Mais avec ces deux-là, pas de panique, on regagne toujours la terre ferme en douceur et sans dérapage.

« Rien dans les mains, rien dans les poches, et même pas peur, nous sommes les bonimenteurs. » Tout commence sur cette devise, lancée crânement à la cantonade. Hors impro, les deux compères campent des personnages très typés : Michelangeli incarne l’animateur ringard et vaniteux, et Landucci le gars gentil mais un peu simple, prêt à tout pour servir les désirs abusifs de son acolyte. Ce parti pris du couple dominant-dominé constitue en soi une belle trouvaille, mais son usage systématique devient un peu pesant par la suite.

Les Bonimenteurs

Le vrai spectacle commence finalement quand Landucci remue les petits papiers multicolores dans le seau à champagne : les thèmes laissés par le public. L’apparente fragilité du comédien et sa tentative pour gagner du temps avant de se jeter dans le vide renforcent naturellement l’empathie des spectateurs. Puis l’impro commence, et tout est là : une saisissante sincérité dans l’interprétation des personnages, de belles histoires, de l’énergie et une complicité inoxydable. Leur jeu est fin, vif et précis, et leur complémentarité évidente : investi corporellement jusqu’au petit orteil, Landucci pose l’ambiance et les décors quand Michelangeli dompte le verbe et se concentre sur l’histoire.

Pour qui connaît un peu les matchs d’improvisation, les contraintes ici imposées sont de grands classiques. Gestes arrêtés, mots lancés, partie chantée, rien de très révolutionnaire. Mais ce qui pourrait n’être qu’un exercice laborieux devient ici une brillante envolée, fluide et maîtrisée. Toutefois, on pourrait regretter le manque de renouvellement dans la prise de risques : distanciation dans la partie chantée, contraintes figées, intermèdes longuets. Mais c’est sans doute le prix à payer pour « assurer » le spectacle.

Au final, peut-être que l’intelligence des Bonimenteurs aura été de faire alterner des sketchs « garde-fous » et des improvisations sans filet. Les intermèdes ultra-chorégraphiés succèdent ainsi aux saynètes inventées. Le dosage n’est pas toujours heureux, mais l’influence de la commedia dell’arte insufflée par Carlo Boso est un plus indéniable. Et le tandem excelle bel et bien dans l’art de nous faire rire. Rien dans les mains, rien dans les poches, mais tout dans la caboche. 

Ingrid Gasparini


Les Bonimenteurs, de et par Jean-Marc Michelangeli et Didier Landucci

Boulègue Production • 29, rue Toussaint • 13003 Marseille

04 91 08 87 58

www.lesbonimenteurs.com

Collaboration artistique : Carlo Boso

Régisseur général : Yvan Bonnin

Casino de Paris • 16, rue de Clichy • 75009 Paris

Réservations : 08 926 98 926

Le 1er et 2 décembre 2008 à 20 h 30

Durée : 1 h 15

24 € à 44 €

En tournée :

– 5 décembre 2008 – Nouveau Théâtre à Chatellerault

– 10 janvier 2009 – Théâtre de Verre à Châteaubriant

– 11 janvier 2009 – centre culturel Jacques-Duhamel à Vitré

– 13 janvier 2009 – salle Coppelia à La Flèche

– 22 janvier 2009 – centre culturel de Ternier

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher