Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 11:28

Le médecin imaginaire

 

Jusqu’au 21 décembre 2008, le convivial Théâtre Daniel-Sorano à Vincennes présente « Diagnostic », une comédie enlevée de Daniel Pennac. Réalisant que sa nouvelle se prêtait à l’art du mime, l’auteur a immédiatement pensé à Jean-Claude Cotillard, dont il avoue avoir vu cinq fois de suite fois la pantomime « la Vie en rose » à Avignon sans en être jamais revenu, pour mettre en scène et incarner le personnage loufoque de Galvan, apprenti médecin obnubilé par sa future carte de visite. Le choix de la talentueuse Cotillard Compagnie se révèle en effet être un bon diagnostic.

 

Le décor, uniquement constitué de deux portes à battants qui se laissent entrevoir derrière un écran, n’est pas sans rappeler la froideur du milieu « hospitalier ». Dans le plus grand silence, un homme, rabougri mais déterminé, traverse la scène derrière une roue de voiture sans prêter la moindre attention au jeune homme qui tente de l’interpeller. Lorsqu’il s’adresse enfin à lui, c’est pour solliciter son écoute. Le jeune homme étant écrivain, il ne fait aucun doute que son histoire va l’intéresser.


Car, avant d’être garagiste, Galvan était apprenti médecin aux urgences des hôpitaux de Paris. Un métier difficile, où il s’efforçait de gagner la confiance de ses supérieurs pour assouvir son rêve le plus cher, une carte de visite avec son nom gravé entouré de belles arabesques ciselées dans le bristol. Mais, en tentant de sauver un malade hors du commun, Galvan va accumuler les erreurs de diagnostic, jusqu’à perdre son sang-froid et, par la même occasion, son caducée et sa précieuse carte de visite.

 

© Pierre François

 

Ponctuée d’amusantes projections sur l’écran de cartes de visite plus farfelues les unes que les autres, toutes introduites par l’ouverture automatique des portes à battants comme pour dénoncer la primauté du statut social sur l’homme, la mise en scène évoque à elle seule le rêve avorté de Galvan. Ils ont peu de répliques, et pourtant les comédiens, qui apparaissent tels des fantômes au gré des souvenirs de l’ex-médecin, parviennent à faire exister sur scène tout un service d’urgences par la seule maîtrise de l’art difficile du mime. Impeccablement chorégraphié, chacun de leurs déplacements donne sens au récit narré par Jean-Claude Cotillard, qui, tel un Thomas Diafoirus des temps modernes, semble se délecter de donner voix à ce traitement au scalpel de la médecine. Quant à Paul Bouffartigue, il parvient, par sa grande présence scénique et son sens aigu de l’écoute, à créer un personnage à part entière du rôle totalement muet de l’écrivain, relevant par ses simples expressions et gestes l’absurde d’une situation ou l’atrocité d’un diagnostic, et tient par conséquent en haleine l’intérêt du spectateur.


Car, malgré quelques longueurs dues au fait que toute tentative de mise en scène d’une nouvelle, de surcroît de Daniel Pennac, clôt les portes de l’imagination plus qu’elle ne les ouvre en imposant au spectateur d’autres images que celles que lui auraient apportées une lecture personnelle, la troupe de Jean-Claude Cotillard relève le difficile défi de respecter à la fois le rythme imposé par le style inimitable de l’auteur et son intérêt pour la pantomime. Diagnostic concrétise ainsi la rencontre de deux maîtres, l’un du verbe, l’autre du mouvement, offrant ainsi au public un bon divertissement. 


Johana Boudoux

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Diagnostic, de Daniel Pennac

Mise en scène : Jean-Claude Cotillard et Alan Boone

Avec : André Antébi, Paul Bouffartigue, Jean-Claude Cotillard, Nicole Genovese

Costumes : Claire Djemah

Décors : Charlotte Smoos et Katia Siebert

Lumières : Mathieu Courtaillier

Création sonore : Franck Combe

Coproduction Cotillard Compagnie, Théâtre Daniel-Sorano, Pôle culturel d’Alfortville

Théâtre Daniel-Sorano • 16, rue Charles-Pathé • 94000 Vincennes

Métro : Château-de-Vincennes ou R.E.R. Vincennes

Réservations : 01 43 74 73 74

Du 12 novembre au 21 décembre 2008 à 20 h 45, dimanche à 16 heures, relâche les lundi et mardi

Durée : 1 h 30

22 € | 18 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher