Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 21:13

« Petit traité de toutes vérités sur l’existence »

et « Critique de l’anxiété pure »,

de Fred Vargas

 

Adaptation théâtrale par Claire Lasne et Lulu Ménase, décors de Jo Vargas
Samedi 29 avril à 20 h 30 et dimanche 30 avril à 17 heures

 

Une rencontre exceptionnelle en présence de l’auteur

 

Ces quatre artistes nous ferons découvrir les prémices d’un spectacle et les enjeux d’une mise en scène.

 

Entrées : adultes 12 € – tarif Off : 10 € – étudiants : 9 €

 

PRÉSENTATION

 

Le théâtre Les Ateliers d’Amphoux propose d’aborder deux textes de Fred Vargas, auteure réputée de romans policiers, sous le regard de deux metteurs en scène. C’est l’auteur elle-même qui a eu l’idée de confier ses deux fascicules, Petit traité de toutes vérités sur l’existence (2001) à Claire Lasne et Critique de l’anxiété pure (2002), à Lulu Ménase. Il sera aussi question de mettre en exergue la continuité de ces textes, écrits à un an d’intervalle.

 

Ces deux fascicules sont un discours solitaire adressé par l’auteur à un public imaginaire qui devient finalement un acteur incontournable de l’aventure qui lui est proposée. C’est un voyage utopique en même temps qu’un pastiche de cours magistral ou qu’une aventure intérieure. Le narrateur y est un personnage extraverti, conversant avec son public dans la complicité d’une œuvre commune : la résolution de la « monstrueuse pelote » des tracas emmêlés de l’univers et de l’humanité. Un vaste programme ! L’auteur propose donc d’inculquer au public les « concepts » qui permettraient d’en finir à jamais avec l’anxiété.

 

Les sujets abordés en désordre sont l’ennui, l’amour, la politique, l’économie, le libre arbitre, le mieux-être… Chacun appelle une démonstration joueuse, savante et méthodique, mais qui, poussée à son extrême, dévie vers des brèves de comptoir, des non-sens, ou vers des sketches franchement comiques, mais sans jamais perdre de vue une certaine rigueur de la méthode scientifique.

 

Claire Lasne, directrice du centre dramatique régional de Poitou-Charentes, comédienne et metteuse en scène, nous lira des extraits du Petit traité de toutes vérités sur l’existence et en jouera certains passages afin de nous délivrer certaines clés de la théâtralité.

 

Lulu Ménase fera une lecture de son adaptation théâtrale de Critique de l’anxiété pure, qu’elle agrémentera d’explications professionnelles avec son point de vue de metteuse en scène. L’occasion pour nous de comprendre quelle réflexion conduit du texte littéraire à la mise en scène et quelle est la démarche de théâtralisation d’une œuvre.

 

Aussi, Jo Vargas, peintre chargée de réaliser le décor de Critique de l’anxiété pure, viendra nous présenter son travail. Cela nous permettra de comprendre comment l’artiste procède pour créer le décor d’une pièce tout en retranscrivant l’atmosphère d’un texte.

 

Ces différentes approches seront pour les spectateurs la possibilité de découvrir les prémices d’un spectacle et de mieux comprendre les enjeux d’une mise en scène. Et également, de découvrir ou redécouvrir les textes de Fred Vargas avant la sortie en mai de son nouveau « rompol » : Dans les bois éternels.

 

Inauguré en 1998 et situé en plein cœur d’Avignon, le théâtre Les Ateliers d’Amphoux est un théâtre permanent aux multiples facettes. Plus qu’un lieu de représentations, c’est un lieu de rencontres, d’échanges et de découvertes, avec une programmation toujours en mouvement : musique, rencontres thématiques, lectures, conférences, expositions… sans oublier les stages de théâtre à l’année.

 

Amateurs et amoureux de théâtre, ou tout simplement curieux, sont invités à découvrir des pièces toutes aussi différentes les unes des autres, avec pour point essentiel la recherche de l’adéquation entre les écrits et l’art de la scène.

 

Classiques ou contemporains, peu importe… du moment que l’approche théâtrale y trouve sa place !

 

Au fil des années, au fil des rencontres, d’ici et d’ailleurs, sont nées de multiples collaborations artistiques.

 

C’est dans la régularité, l’évolution et les coups de cœur que de nouveaux projets voient régulièrement le jour, avec une envie partagée de création nouvelle.

 

Créé et dirigé par Monique Cerf, le théâtre est un ancien hôtel particulier aux murs du xive siècle composé de trois salles de spectacle : la salle Noire, la salle Pierres et la salle de l’Acte. Sans oublier la salle d’exposition et le hall d’accueil, espace de convivialité.

 

Voici Les Ateliers à l’année… mais sachez qu’en juillet, durant le Festival, un nouveau souffle y est injecté à vitesse grand V. Plus d’une quinzaine de compagnies viennent chaque jour y jouer des spectacles tous aussi différents les uns des autres.

 

De la Vie de M. de Molière (de Mikhaïl Boulgakov) à Conte de fées à l’usage des moyennes personnes (de Boris Vian), en passant par les spectacles pour enfants ou bien par Camille Claudel, être matière, tout un chacun peut y retrouver le théâtre qu’il aime.

 

LES BIOGRAPHIES

 

Fred Vargas

 

Romancière et archéologue

 

vargas-72dpi-gc.jpg

 

Née en 1957 à Paris d’une mère chimiste et d’un père intellectuel, la petite Fred (diminutif de Frédérique) est vite marquée par la dualité de cet héritage génétique. Elle doit en effet à sa mère son esprit mathématique, tandis que ses aptitudes artistiques ont été développées auprès de son père, une « encyclopédie humaniste », selon elle. La jeune fille grandit auprès de sa sœur jumelle, Joëlle, et entreprend après son bac des études d’histoire. Tout cela la mène à devenir une brillante archéo-zoologue, branche archéologique désignant les chercheurs collectant des informations sur les sociétés passées à partir d’ossements d’animaux. Elle se spécialise sur la vie villageoise dans l’Europe médiévale.

 

Pourtant, cette brillante scientifique ressent le besoin de réveiller sa fibre paternelle et se lance dans la bande dessinée, puis l’accordéon. Mais ne se trouvant pas assez bonne musicienne, Fred Vargas pense qu’elle trouverait « amusant » d’écrire un roman policier. Elle signe sous le nom de Fred Vargas en reprenant le pseudonyme porté par sa sœur, peintre de son état (Jo Vargas, qui a elle-même emprunté ce nom au personnage joué par Ava Gardner dans la Comtesse aux pieds nus de Joseph L. Mankiewicz). Mais bien qu’elle renie aujourd’hui ce livre (« nul de chez nul », dira-telle), sa première tentative est un coup de maître : en 1986, les Jeux de l’amour et de la mort remporte le prix du Roman policier du Festival de Cognac, et se voit publié aux éditions du Masque.

 

• Romans

 

(aux éditions du Masque)

 

les Jeux de l’amour et de la mort (1986)

 

(aux éditions Viviane Hamy)

 

– l’Homme aux cercles bleus (1992)

– Ceux qui vont mourir te saluent (1994)

– Debout les morts (1995)

– Un peu plus loin sur la droite (1996)

– Sans feu ni lieu (1997)

– l’Homme à l’envers (1999)

– Pars vite et reviens tard (2001)

– Petit traité de toutes vérités sur l’existence (2001)

– Coule la Seine (2002)

– Critique de l’anxiété pure (2003)

– Sous les vents de Neptune (2004)

– la Vérité sur Cesare Battisti (2004)

– Dans les bois éternels (2006)

 

(aux éditions Librio)

 

Salut et liberté ! (2003)

 

• Bande dessinée

 

(aux éditions Viviane Hamy)

 

les Quatre Fleuves (2000, en collaboration avec Edmond Baudoin)

 

Claire Lasne

 

Comédienne et metteur en scène

 

Après une formation à l’ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) | École de la rue Blanche (Marcel Bozonnet, Jean-Christian Grinevald), et au Conservatoire national supérieur d’art dramatique (Philippe Adrien, Bernard Dort, Mario Gonzales, Stuart Seide), Claire Lasne travaille en tant que comédienne avec Lucien Melki, Jean-Christian Grinevald, Christian Landy, Marcel Bozonnet, Marc Dugowson, Isabelle Janier, Stuart Seide, Marc Zammit, Anne Torrès, Jean-Paul Wenzel, Gilberte Tsaï, Françoise Lepoix et Caroline Marcadé.

 

Elle débute comme metteur en scène en montant des pièces de Mohamed Rouabhi, les Acharnés (1993), les Fragments de Kaposi (1994), Jeremy Fischer (1997), Ma petite vie de rien du tout.

 

Elle signe également des mises en scène de pièces d’Anton Tchekhov, traduites par André Markowicz et Françoise Morvan, Être sans père de Platonov, en 1996, suivi de Ivanov 1942/1999 (1999) et de l’Homme des bois (2002).

 

En 2001, Claire Lasne met en scène Dom Juan de Molière, qui sera repris au Festival d’Avignon 2002. Princes et princesses, de Michel Ocelot, a été créé sous chapiteau à Poitiers en 2003.

 

En 2004, pour la conception et la mise en scène de Joyeux anniversaire, elle a choisi l’enchantement du déguisement, la force évocatrice des archives sonores et de la culture populaire pour conter les joies et les peines de l’histoire contemporaine.

 

Par la force d’une écriture scénique qui privilégie la musique, la langue des signes et la danse à la parole, ce pan de mémoire intime et collective fait revivre les brûlures du temps du sida et de l’argent triomphant.

 

Parallèlement, Claire Lasne dirige de nombreux ateliers en direction des professionnels et des amateurs. Depuis juillet 1998, elle codirige, avec Laurent Darcueil, le centre dramatique de Poitou-Charentes.

 

« Lorsque, grâce à l’homme de ma vie, j’ai entrepris la lecture du Petit traité, je n’ai pas eu à attendre la fin pour en être gaga. À la page 16, déjà, j’ai été dévorée d’une angoisse : quelqu’un d’autre que moi, peut-être, allait s’en emparer. J’ai par la suite dû constater que des millions de gens s’emparaient des livres de Fred Vargas. Qu’importe. Soyons partageurs. Soyons grands. Et distribuons allègrement les petits traités. »

 

Lulu Ménase

 

Metteur en scène et comédienne

 

Lulu Ménase est née à Istanbul. Après avoir fini ses études secondaires, au lycée américain, elle est partie les poursuivre à l’université de Paris-Sorbonne et a préparé sa thèse sur Peter Brook et la Royal Shakespeare Company.

 

De 1971 à 1979, elle a travaillé à Paris avec Mehmet Ulusoy. En 1981, elle a fondé la compagnie de l’Orient-Express. Ses mises en scène ont été présentées en France, en Europe, en Afrique et dans les Caraïbes : 1001 Nuits de Richard Soudée, Asfalt d’A. Özyalçiner, Vénus et Adonis de W. Shakespeare, le Kiosque de cristal de M. Mungan, Je sais que tu es dans la salle… de Sacha Guitry, Vita nova de Dante…

 

Elle a interprété des rôles dans les pièces d’Alita Baldi : Palais brûlés de Sevim Burak, Argonautika d’Apollonios De Rhodes, Hercules de G. Haendel, Une autre histoire de paradis d’I.-B. Singer.

 

En 2005, elle a monté les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs à l’Institut français d’Istanbul. Le spectacle se joue actuellement, jusqu’à la fin mai 2006.

 

Elle a également réalisé des documentaires pour la télévision française.

 

Habituée des Ateliers d’Amphoux, où elle a créé Orlando de Virginia Woolf en 2000, Une autre histoire de paradis d’I.-B. Singer en 2002 et joué Palais brûlés en 2001 de Sevim Burak, elle y présentera donc cette année, les 29 et 30 avril, deux textes de Fred Vargas Petit traité de toutes vérités sur l’existence et Critique de l’anxiété pure avec la complicité de Monique Cerf, Fred Vargas et Claire Lasne.

 

« Fred Vargas m’a confié l’adaptation théâtrale et la mise en scène de son ouvrage, Critique de l’anxiété pure, paru aux éditions Viviane Hamy en 2002.

 

« Il s’agit d’un discours solitaire adressé par l’auteur à un public imaginaire, qui devient un acteur incontournable de l’aventure qui lui est proposée : voyage utopique en même temps que pastiche de cours magistral ou “aventure intérieure”. Entre la présence du public et le narrateur, l’auteur nous met en présence de sa “conscience” intime, qui le morigène lors de ses excès du verbe… La tentative de “dialogue” avec la conscience nous ramène à d’autres troubles : c’est à la fois avant et après En Attendant Godot. Il faut gruger Godot… À l’aide, public !

 

« Le narrateur est personnage extraverti, conversant avec son public dans la complicité d’une œuvre commune : la résolution de la “monstrueuse pelote” des tracas emmêlés de l’univers et de l’humanité. Il propose d’inculquer à son public les “concepts” qui permettraient d’en finir à jamais avec l’anxiété. Les sujets abordés en désordre sont l’ennui, l’amour, la politique, l’économie, le libre arbitre, le mieux-être… Chacun appelle une démonstration joueuse, savante et méthodique mais qui, poussée à son extrême, dévie vers des “brèves de comptoir”, des non-sens, ou vers des sketches franchement comiques, mais sans jamais perdre de vue la pseudo rigueur de la méthode scientifique. »

 

« La tâche est ardue, nous dit le narrateur : “La vie avec ses cinq continents et six milliards d’hommes dessus, qui ne sont pas tous en train de faire la planche, c’est peu de le dire.” »

 

Jo Vargas

 

Peintre

 

Formation :

 

– 1976-1981 : École nationale des arts décoratifs, Paris, atelier de scénographie G. Wakhewitch

– 1981-1982 : décoratrice aux ateliers de l’Opéra de Paris

 

Expositions personnelles :

 

– Galerie Maison-Mansart, Paris (1995)

 

– Festival Écripeinchanteurs, La Roche-sur-Yon (1995)

 

– Galerie Liliane-François, Paris (1996, 1998)

 

– Galerie Vent-d’Ocre, Paris (1996, 1998, 2000, 2004)

 

– Centre culturel de Mitry-Mory (1997)

 

– Bibliothèque des littératures policières (1997)

 

– Festival Suite pour Série noire, Bergerac (1997)

 

– Festival Polar sur la ville, Saint-Quentin-en-Yvelines (1998)

 

– Centre culturel, Saint-Nazaire (1998)

 

– Café Bon Goût, Bonn, Allemagne (1999)

 

– Festival du Roman policier de la Bastille, Paris (2000)

 

– Théâtre national de Cergy-Pontoise (2000)

 

– Historial de la Grande Guerre, Péronne (2003)

 

– Galerie Pablo-Barletta, Paris (2004)

 

Conception et réalisation de décors de théâtre :

 

– Argonautika, Théâtre des Arts de Cergy-Pontoise, Festival d’Avignon (1991)

 

– les Contes de Cantorbery, Musée du Moyen-Âge, Paris (1992), Festival d’Avignon (1993)

 

– la Vita Nova, Festival d’Avignon (1996)

 

– Fresque du Théâtre national de Cergy-Pontoise (2001)

 

– Rideau de scène d’Une autre histoire de paradis, au théâtre Les Ateliers d’Amphoux (2002)

 

Expositions collectives :

 

– Exposition surréaliste Changer la vue, Cahors (1986)

 

– Salon de Montrouge (1994)

 

– Europe vivante, Alliance française, Washington (1997)

 

– A Contemporary Vision of European Works, Hong-Kong (1997)

 

– Galerie Vent-d’Ocre, Paris (1997)

 

– Galerie Liliane-François, Paris (1999)

 

Recueilli par

Vincent Cambier

www.lestroiscoups.com

Ateliers d’Amphoux • 10, rue d’Amphoux • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 86 17 12

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher