Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 23:37

Festif et intempestif


Par Fabrice Chêne

Les Trois Coups.com


Le Sans plomb à Ivry-sur-Seine, friche industrielle et lieu artistique alternatif, accueille le dernier spectacle de la compagnie Niza, « Ainsi soit-il », « théâtropérarock » déjanté, création pour quinze comédiens, (très) librement inspiré du Nouveau Testament.

Des « vies de Jésus », il y en a déjà eu beaucoup. Mais assister à un spectacle où les apôtres (garçons et filles mêlés) arborent un tee-shirt à leur nom, où Jésus apparaît au balcon en chantant Sergent Pepper en play-back, avant de demander « une clope » sur la croix, c’est moins courant. C’est cette relecture résolument iconoclaste du Nouveau Testament que propose dans son dernier spectacle la toute jeune compagnie Niza, constituée en 2003 par des élèves du cours Florent.

Amélie Gouzon et Quentin Delorme, les metteurs en scène, n’en sont pas à leur coup d’essai. On a pu déjà apprécier l’originalité de leur démarche dans leur création de l’an dernier, « Au bord de la vie », de Gao Xingjian, au Théâtre des Enfants-Terribles. Leur compagnie, lauréate du prix Paris jeunes talents en 2007, multiplie les projets originaux et transculturels, notamment à travers des expériences théâtrales au Maroc et au Vietnam.

Une constante du travail de cette compagnie : l’interactivité entre les acteurs et le public. Le spectacle Ainsi soit-il est conçu comme une déambulation dans les différentes salles du Sans plomb. Trois espaces, correspondant aux trois parties de la pièce, accueillent successivement les spectateurs, qui se trouvent ainsi fréquemment au contact des acteurs. Pour donner une idée de l’ambiance : à la fin de la deuxième partie, le public est invité à lapider Jésus en lançant des boulettes de papier !

Si cet aspect déambulatoire a pour conséquence des enchaînements un peu approximatifs et quelques longueurs, il permet aussi à la troupe de donner la pleine mesure de sa fantaisie. De cette pièce forcément un peu foutraque, on retient quelques moments forts, assez hilarants : la Nativité, la Cène, ou encore Jean écrivant fébrilement l’Apocalypse, à quatre pattes et en peignoir. C’est un théâtre exubérant qui refuse de se prendre au sérieux, mélange ébouriffant d’Artaud, de Sara Kane et de cinéma gore (le ketchup gicle volontiers), le tout dans une ambiance joyeuse un peu potache.

Évidemment, c’est très sacrilège, et les acteurs se font un plaisir de pousser assez loin la provocation. Avec une parodie aussi outrée, ne court-on pas le risque de la gratuité ? Au contraire, à l’heure de la résurgence de la religion dans les sphères publique et politique, cette interrogation sur le sens du sacré et de la spiritualité dans notre monde prend tout son sens. Façon de dire la mort du sacré ? Dérision d’une religion sans religiosité ? L’interprétation reste ouverte.

L’installation finale en forme de kermesse, avec braseros et stands, est une trouvaille. Malheureusement, l’humidité et le froid ont raison de la résistance du public qui, d’abord nombreux et participatif, finit clairsemé.

Malgré l’aspect un peu hétéroclite, le travail de mise en scène et d’utilisation de l’espace est réel. Cette jeune troupe possède une réelle inventivité et une vraie ambition, la seule qui vaille : faire évoluer le langage théâtral de notre temps. On attend avec impatience sa prochaine production. 

Fabrice Chêne


Ainsi soit-il, déambulation, spectacle, installation, librement inspiré du Nouveau Testament, Antonin Artaud et Alexandre Jodorowsky

Mise en scène : Quentin Delorme et Amélie Gouzon

Avec : Julie Audrain, Jonathan Benzacar, Gorka Berden, David Cicolani, Florent Dorin, Laure Espinaf, Jehanne Gascoin, Nicolas Grandi, Justine Le Pottier, Claudia Mollese, Élise Pradinas, Philippe Renault, Étienne Rousseau, Lolo et Nono…

Le Sans plomb • 38, rue Gabriel-Péri • 94200 Ivry-sur-Seine

Réservations : collectifinfini@gmail.com

www.billetreduc.com

Infos : www.myspace.com/spivry

Les 27 et 30 septembre ; 2, 4, 9 et 18 octobre ; 4 et 8 novembre 2008 à 20 heures

Durée : 2 heures environ

Entrée : 2 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher