Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2006 2 21 /03 /mars /2006 22:55

La bosse du théâtre populaire


Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


Mi-mars 2006, le Kronope donnait quatre représentations du « Bossu », d’après Paul Féval, au Théâtre du Chêne-Noir à Avignon. Salles pleines, public aux prunelles pailletées… Le succès, quoi.

gonzague-72dpi-gc.jpgLes gens d’une certaine génération connaissent tous l’histoire de ce Bossu, adaptée d’un roman de Paul Féval et immortalisée à l’écran, notamment par Jean Marais.

Le narrateur dit : « La nuit tombe et un épais brouillard s’installe dans les fossés du château de Caylus. Blanche de Caylus attend Philippe de Nevers, qu’elle a épousé en secret, pour lui confier la jeune Aurore, née de leur union. » Bien sûr, si ce n’était que cela, ce serait trop simple. Alors Philippe de Gonzague veut faire occire son cousin de Nevers, dont il est jaloux, pour mettre la main sur sa fortune et sur sa femme. D’un assassinat, deux bénéfices ! Mais le chevalier Lagardère, à l’âme indomptable et à la conscience rectiligne, passe par là…

Ah, qu’il est doux et jouissif de voir un bon et beau spectacle ! Le Théâtre du Kronope a compris depuis longtemps – je me souviens avec émotion d’un Notre-Dame de Paris somptueux – que la magie s’accommode très bien de beaux décors et de beaux costumes. À cet égard, le Kronope fait feu de tout bois et m’embarque immédiatement dans l’aventure, comme un enfant qui ne demande qu’à être étonné. Jean-Claude Delacour et Damien Gandolfo (aux lumières) contribuent de fort belle façon à m’émerveiller. De même que les images vidéo de Fodor et Damien Gandolfo sont, pour une fois, totalement justifiées. Elles m’instillent leur puissance de suggestion comme une évidence.

Quant à la mise en scène de Guy Simon, elle est parfaitement structurée. Elle me conduit avec une grande habileté et sur un rythme bondissant vers l’épilogue. Une fin comme à l’époque bénie où les « bons » triomphaient des « méchants ». En outre, il a un sens pictural très développé, le bougre. Plus largement, le Théâtre du Kronope dans son entier a la bosse du théâtre populaire, comme d’autres ont la bosse des maths. Ce n’est pas par hasard qu’ils empruntent le chemin expressionniste et impertinent de la commedia dell’arte.

Martine Baudry interprète plusieurs personnages avec truculence. Julie Saint-Laurent impose un Passepoil ébouriffant. Joëlle Richetta, à la plastique superbe et sensuelle, émeut et séduit par sa partition textuelle de Blanche et Aurore de Caylus. Guy Simon m’impressionne avec son Lagardère chevaleresque et vif, m’amuse avec son Bossu sûr de lui et drôle.

Quant à Jérôme Simon (Philippe de Gonzague), il compose avec classe un salaud d’envergure, magnifiquement cauteleux, retors et avide, qui manie le venin et la méchanceté comme un mousquetaire sa rapière. C’est le genre de comédien qu’on aurait surnommé naguère : « l’homme que vous aimerez haïr ! ». 

Vincent Cambier


Le Bossu, de Paul Féval

Théâtre du Kronope • impasse Favot • 84000 Avignon

Tél. : 04 90 27 14 31 – télécopie : 04 90 85 93 50

kronope@club-internet.fr

Adaptation : Joëlle Richetta

Mise en scène : Guy Simon

Avec : Martine Baudry, Joëlle Richetta, Julie Saint-Laurent, Guy Simon et Jérôme Simon

Création et réalisation de masques et accessoires : Martine Baudry
et Bronislav Trytko

Costumes : Sylvie Delalez et Laura Tavernier

Assistantes costumes : Héléna Payan, Claudine Puget
et Marie-Clémence Valcher

Création lumière : Jean-Claude Delacour et Damien Gandolfo

Musique et régie son : Fodor

Images vidéo : Fodor et Damien Gandolfo

Décors : Jacques Brossier et Bronislav Trytko

Peinture décors et recherche graphique : Vivien Simon

Maître d’armes : Véronique Buisson

Photos : Anaïs Richetta-Simon

Création graphique : Francis Bordet

Relations publiques : Bérengère Daris

Théâtre du Chêne-Noir • 8 bis, rue Sainte-Catherine • Avignon

Tél. : 04 90 86 58 11 – télécopie : 04 90 85 82 05

Abonnements et locations : 04 90 82 40 57

chenenoir@numericable.fr

Jeudi 16 mars 2006 à 19 heures ; vendredi 17 mars 2006 et samedi 18 mars 2006 à 20 heures et dimanche 19 mars à 16 heures

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher